Coups de coeur

  • âme brisée

    Akira Mizubayashi

    Tokyo, 1938. Quatre musiciens amateurs passionnés de musique classique occidentale se réunissent régulièrement au Centre culturel pour répéter. Autour du Japonais Yu, professeur d'anglais, trois étudiants chinois, Yanfen, Cheng et Kang, restés au Japon, malgré la guerre dans laquelle la politique expansionniste de l'Empire est en train de plonger l'Asie.
    Un jour, la répétition est brutalement interrompue par l'irruption de soldats. Le violon de Yu est brisé par un militaire, le quatuor sino-japonais est embarqué, soupçonné de comploter contre le pays. Dissimulé dans une armoire, Rei, le fils de Yu, onze ans, a assisté à la scène. Il ne reverra jamais plus son père... L'enfant échappe à la violence des militaires grâce au lieutenant Kurokami qui, loin de le dénoncer lorsqu'il le découvre dans sa cachette, lui confie le violon détruit. Cet événement constitue pour Rei la blessure première qui marquera toute sa vie...
    Dans ce roman au charme délicat, Akira Mizubayashi explore la question du souvenir, du déracinement et du deuil impossible. On y retrouve les thèmes chers à l'auteur d'Une langue venue d'ailleurs : la littérature et la musique, deux formes de l'art qui, s'approfondissant au fil du temps jusqu'à devenir la matière même de la vie, défient la mort.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Lorsque la Grande Dépression lui prend presque tout ce qu'elle possède, la famille d'Ellie est contrainte de quitter sa maison en ville et de recommencer à zéro, au coeur des forêts sauvages de la toute proche montagne aux échos. Là-bas, Ellie se découvre un profond amour pour la nature. Surtout, elle y retrouve une force et une liberté plus que bienvenues, après qu'un accident a laissé son père dans le coma. Déterminée à ramener son père parmi les vivants, la jeune fille se lance dans une expédition pour rejoindre le sommet de la montagne. Une femme y vivrait. Surnommée « la sorcière », elle posséderait d'extraordinaires secrets de guérison. Mais la sorcière et la montagne ont encore beaucoup d'histoires à révéler à Ellie. Et, avec elles, une nouvelle chance de bonheur.

    Gros coup de cœur pour *La montagne qui m'a sauvée*!

    1929. C'est la Grande Dépression et la famille d’Ellie doit tout quitter, leur maison en ville et recommencer au coeur d'une montagne, la montagne aux échos... Ellie, 12 ans, est au coeur du roman. Elle va tout faire pour sauver et réveiller son père (victime d'un accident qui l'a laissé dans le coma), elle n'hésite pas à courir / sortir / aller à la rencontre d'autres personnes pour sa famille, pour aller mieux. Ellie E.S.T. au monde, elle l'habite véritablement, son courage est fou et la frontière entre possible et impossible n'existe pas pour elle, elle n'a que faire de la rationalité et c'est bien à son intuition qu'elle se fie..  La montagne qui m'a sauvée est un roman historique, initiatique et d'aventure absolument formidable qui ne se lâche pas une fois commencé. Lauren Wolk, l'autrice, est une ensorceleuse et c'est un bonheur de la suivre dans ce bon gros roman généreux de 450 pages rempli de l'histoire d'une famille soudée, qui se bat ensemble contre la dureté des temps.

    Gaëlle

  • Trois adolescents, trois destins liés par leur désir de rébellion et de vengeance.

    Whisper, princesse surprotégée par le Roi, n'a jamais franchi les portes du Palais. Personne ne doit connaître son existence depuis qu'un mystérieux mal s'est emparé de la Reine. Lorsque son père la condamne à un mariage forcé, la jeune fille s'enfuit et cache sa véritable identité.

    De l'autre côté du royaume, Eden, fougueuse jeune femme au caractère bien trempé, est chassée d'un orphelinat. Son seul désir : venger la mort de son père, un brillant inventeur tué par le Roi. Quand elle rencontre Whisper, elle saisit l'opportunité de s'introduire au Palais par son aide.

    Jadis, paysan, se voit remettre par sa tante un précieux antidote, le seul capable de sauver la Reine. Sur sa route vers le Palais, il croise celle d'Eden et de Whisper...

    Trois personnages, et trois destins aussi liés qu'opposés.
    Au bout de leur route périlleuse, il faudra que justice soit rendue.

    L'antidote mortel #1

    Whisper / Eden / Jadis. 3 personnages / 3 naissances et des débuts de vie très différents. Plusieurs choses les mettent même tous trois en position d'ennemis au départ mais leurs destins vont se lier intimement tout au long du volume... Le trio de personnages va connaître un nombre d'obstacles et de mésaventures dingue mais leur humanité, leur intelligence, leur courage et leur persévérance sont sans fin et ils auront bien besoin de toutes ces heureuses qualités pour changer l'avenir du royaume d'Orgon... L'antidote mortel, c'est donc l'histoire d'un trio de personnages à la rencontre improbable mais bien réelle et à l'alliance inattendue mais indispensable... j'ai dévoré et adoré ce premier volume d'une toute jeune autrice, Cassandre Lambert! [ Très bonne nouvelle : suite et fin de cette saga en septembre 2021! ]

    Gaëlle

  • Salomé, fantôme stagiaire, est ravie : le commandant Krok Mythène vient de lui confier sa première mission dans le Monde Des Revenants. Avec ses amis Zef, Nouk et Will, elle va devoir exfiltrer du Louvre mémé Babilis, une momie qui est en train de se réveiller d'un trèèèès long sommeil. Mais il faut faire vite et échapper aux Vivants !

    Les justiciers de la nuit : le réveil de la momie

    Une bande de copains menée par Salomé (une fantôme!), se voit confier une mission de haute importance : une momie du Louvre se réveille, il faut la ramener au MDR, le Monde Des Revenants... Ca, c'est le point de départ. Et si la coopération avec son équipe fonctionne à fond et que l'exfiltration de la momie se passe plutôt bien, il y a évidemment des difficultés non prévues comme le repérage de la petite troupe par des Vivants... !!! Des chasseurs de Revenants, leurs pires ennemis! Nos héros vont commettre tout un cas d'actes interdits mais avec un seul objectif en tête : sauver leur communauté et arrêter les méchants... *** Ce volume très illustré (par Julien Lelièvre et Karensac) est super dynamique et plein d'humour ; les jeux de mots sont géniaux et le rythme donné par Cécile Alix est fort addictif. Une fois commencé, on a juste envie de terminer cette aventure ! À conseiller trèèès largement dès 9 ans pour le dynamisme, l'humour et la coopération de cette troupe atypique de joyeux copains!

    Gaëlle

  • Dans le monde de Léa et Tom, les rues et les établissements scolaires ont des noms de femmes célèbres, et ce sont les hommes qui s'occupent des enfants. Comme dans toutes les écoles, on apprend que le féminin l'emporte sur le masculin, « parce qu'il est réputé plus noble que le masculin à cause de la supériorité de la femelle sur le mâle ». Il en est ainsi depuis la nuit des temps, et personne ne semble vouloir remettre en cause cet ordre établi. Pourtant, Léa et Tom voient bien que quelque chose ne va pas... Alors, ils se mettent à réfléchir, et détricotent ensemble les clichés de ce monde où règne la domination féminine.

    Ajouter au panier
    En stock

    Renversante

    *** La place des hommes et des femmes dans la société est remise en question de manière originale dans *Renversante*, le nouveau roman de Florence Hinckel génialement illustré par Clothilde Delacroix. *** Extrait : "Mon père est antisexiste, c'est pour ça qu'il m'a demandé de réfléchir à la position des hommes et des femmes dans la société. Il se révolte à cause de ce qu'il appelle "la domination féminine"." Léa bougonne mais se plie à la demande... Dans le monde de Léa, tout est inversé par rapport au nôtre : les rues portent des noms de femmes, ce sont les garçons qui sont fortiches en français et les filles en maths ; les compétitions de foot féminines sont fameuses et l'anatomie masculine est largement méconnue. Les hommes sont moins bien payés que les femmes et s'occupent des enfants à la maison ; pour les élections, il y a beaucoup plus de candidates que de candidats, etc. etc. Léa énumère et petit à petit prend conscience que le monde dans lequel elle grandit est profondément sexiste et que son sexe a de nombreux privilèges... les choses peuvent-elles changer, comment établir un équilibre entre les hommes et les femmes? Tout inverser permet à Florence Hinckel de pointer les préjugés, les inégalités et les injustices. Renverser les choses comme cela permet de faire un vrai pas de côté et ce texte permettrait d'animer de belles discussions dans les classes et dans les familles! A noter, les illustrations de Clothilde Delacroix sont vraiment géniales et drôles, elle méritent qu'on s'y attarde!

    Gaëlle

  • Douze scènes de la vie de Jacominus Gainsborough, un lapin assez réservé, et de ses amis.

    Les riches heures de Jacominus Gainsborough

    Un jour chez les Gainsborough naquit un enfant. Prénommé Jacominus, celui-ci va grandir, à *son* rythme et se faire petit à petit sa place dans le monde... Jacominus grandit, se blesse, se relève, connaît des contrariétés, des petites et d'immenses joies. Il a souvent la tête dans les nuages, il voyage, il apprend des langues étrangères, il fait 1000 rencontres, il connaît des peines – des petites et des immenses, il tombe amoureux. Le temps s'accélère, Jacominus sourit, vieillit, regarde autour de lui et profite des plaisirs minuscules. Avant de s'endormir pour toujours sous l'amandier, Jacominus se dit "Je n'ai pas été un héros, et ma vie a été simple. Ce fut une petite vie, vaillante et remplie. Une bonne petite vie qui a bien fait son travail. Je t'ai bien aimée ma petite vie. Tu m'as donné une petite bûche, une patte folle et du fil à retordre, mais je t'ai bien aimée." A travers le personnage de Jacominus, Rébecca Dautremer parle de nos vies, de *la* vie. Jacominus n'est pas un super-héros, il est un être modeste dans lequel chacun de nous peut se retrouver ou se projeter. Ainsi, le propos de l'album est universel... En plus de l'écriture qui est parfaitement maîtrisée, il y a l'illustration du livre. Elle est tout bonnement somptueuse et les doubles-pages que l'on tourne sont autant de tableaux que l'on voudrait voir chez soi...

    Gaëlle

  • Une maman, c'est comme un nid, une maman, c'est comme un véhicule, une maman c'est comme une fontaine... A la manière d'une comptine, ces phrases courtes accompagnent chaque étape du quotidien d'un bébé. Au fil des pages l'enfant grandit et passe par différents apprentissages. Le lecteur suit l'enfant au fil de ces petits pas qui sont de grandes étapes pour lui. La maman qui était un nid, un refuge pour le nouveau-né devient une route, une histoire ou un spectacle pour l'enfant qui joue.
    En même temps que l'enfant grandit, la distance qui le sépare de sa mère dans l'image s'agrandit aussi.
    Jusqu'à la dernière image, celle des premiers pas de l'enfant.
    Car une maman c'est comme une maison qu'on porte en soi pour toujours.

    Une maman, c'est comme une maison

    Qu'est-ce qu'une maman pour son enfant? Une maman, et bien... c'est comme une maison, ou comme le sommet d'une montagne. C'est comme une fontaine, une coquille, une mélodie, c'est comme une cheffe cuistot... c'est tant et tant une maman! Le rapport d'une maman à son enfant est profondément intime et c'est en même temps un sujet parfaitement universel, partagé par tant d'humains... Dans *Une maman c'est comme une maison*, Aurore Petit réussit à retranscrire avec force couleurs vives et émotions fortes le caractère tout personnel de la maternité en même temps que l'universalité du sujet. Et j'adooore comment elle a réussi à faire se compléter le texte et les illustrations... Cet album est pour moi l'un des plus beaux qui existent pour parler du sentiment maternel et du lien si étonnant et particulier qui unit un enfant à sa maman. À noter, l'album est sous jaquette et quand on la déplie, cela fait un poster!

    Gaëlle

  • À quoi ressemblera ma vie ? Vais-je être heureux ? Es-tu fier de moi ? Où êtes-vous ? Pourquoi ai-je peur ? Pourquoi ne puis-je pas faire cela ? Si je vole, vais-je tomber ? Quelle est la taille de l'univers ? Est-ce que tu m'attends ? Resterons-nous ensemble ? ...
    Les enfants intelligents posent des questions intelligentes. Des questions parfois surprenantes, et d'autres, bien sûr, que chacun de nous a déjà posées. Britta Teckentrup n'apporte aucune réponse aux questions qu'elle rassemble dans cet ouvrage, mais elle souligne avec ses images leur sens et leur extrême importance.
    Ainsi, un personnage qui, tel une figure de Caspar David Friedrich, se tient devant une étendue sans fin, nous dit simplement que tout est possible...

    Qu'attends-tu ? ; le livre des questions

    Dans *Qu'attends-tu?*, on trouve des questions, beaucoup de questions (l'album compte près de 200 pages) mais pas de réponses. Les questions sont parfois courtes - "Est-ce que je suis spécial?" - et parfois plus longues ou multiples sur une seule page - "Quand quelqu'un est très vieux et meurt, puis qu'un arbre pousse sur sa tombe, est-ce que c'est encore lui?". Les questionnements sont existentiels, philosophiques, poétiques et feront tous naître en chacun de nous des choses différentes, sourire - peur - timidité - nostalgie, et on se sentira plus ou moins concerné, et on s'arrêtera ou on passera plus ou moins vite à une autre page. La longueur de la question n'est évidemment pas proportionnelle à la réflexion qui peut naître derrière. Celle-ci sera différente selon l'âge du lecteur, son histoire, le moment où est lue la question, s'il est seul ou à plusieurs... Dans tous les cas, cet album est d'une richesse extraordinaire (avec des illustrations à tomber!) et il doit compter autant de lectures possibles que de lecteurs! "Et si l'hiver ne s'arrêtait jamais, que se passerait-il?"

    Gaëlle – libraire philosophe !

  • De la plage au port, à la traversée en bateau vers l'Île des mille oiseaux, nous retrouvons Prune et Robin, rencontrés dans Au jardin , et qui partent à la découverte du littoral et de la mer. Fourmillant de détails et d'informations, ce livre raconte la beauté et la diversité de la faune et de la flore, mais également les dangers qui menacent aujourd'hui l'équilibre marin dû au réchauffement climatique et à la pollution plastique, entre autre. On découvre les animaux, les plantes ainsi que les termes de marine - l'Échelle de Beaufort, la pavillonnerie, etc. - les règles de la pêche à pied ou le fonctionnement d'un phare. Le dernier chapitre est consacré au rôle de la recherche scientifique pour tenter d'enrayer la destruction de ces espaces marins et préserver la vie de ces habitants et la nôtre. Un magnifique livre documentaire, à la fois ludique et très pédagogique.

    *À la mer* de Emma Giuliani

    Quelle chance : Prune et Robin sont en vacances au bord de la mer! Au programme : balade à la plage et observation des coquillages ; contemplation des bateaux sur le port, navigation et visite d'une phare... les activités sont nombreuses et les découvertes maritimes que vont faire les deux enfants sont au coeur de ce somptueux nouvel album signé Emma Giuliani! C'est comment dans une palourde? / Qu'est-ce que l'estran? / Et une goélette? / Qu'est-ce que peut bien désigner la queue-de-lièvre? / Et saviez-vous que le safran n'est pas qu'une épice?? : après lecture, vous saurez répondre à toutes ces questions, foi de libraire ! À la mer de Emma Giuliani met la mer et ses richesses à l'honneur et cet album mérite toute notre attention! [ A conseiller dès 5 ans ! ]

    Gaëlle – libraire maritime !

  • En 1870, Auguste, le rejeton idéaliste d'une riche famille d'industriels reconnaissait un enfant qui n'était pas le sien. Aujourd'hui, Blanche de Rigny, fille de marin breton, découvre qu'elle pourrait très bien prétendre à cette fortune amoncelée... Qu'ils soient fourbes, cyniques ou cupides, les descendants de cette dynastie devront composer avec la ténacité de leur lointaine cousine qui n'entend pas rester ce petit rameau discret au pied de leur arbre généalogique. Et si elle décidait d'en élaguer toutes les branches pourries ?

    Ajouter au panier
    En stock

    Le mot d'Annabelle

    En 1870, M. de Rigny achète un remplaçant pour éviter à son fils Auguste de partir faire la guerre, mais celui-ci préfèrerait rejoindre la Commune… En 2020, Blanche de Rigny, mère célibataire et lourdement handicapée qui travaille au ministère de la justice arrondit ses fins de mois en revendant à des dealers des fichiers clients…   150 ans d’écart, la société est toujours régit par l’argent et les plus malins s’en sortiront toujours … Un roman noir, historique et social réjouissant !

    Annabelle

  • C'est le grand jour de l'élection des délégués de classe. Mortelle Adèle est bien décidée à remporter tous les suffrages, face à l'insupportable Jade et la timide Mélissa : il est grand temps d'abolir la conjugaison et de rendre le bavardage obligatoire... Les bêtises, c'est maintenant !

    Ajouter au panier
    En stock
  • Jessie n'est pas le genre de fille à s'embarrasser de formules de politesse. Elle est irrévérencieuse, insupportable, bref une vraie peste ! Il faut bien admettre qu'elle voit souvent clair dans le jeu des autres, mais les vérités toutes crues balancées en pleine figure, les gens n'aiment pas ça. Pourtant, cet été-là, à Valras-Plage, Jessie arrive à se constituer une petite bande d'amis, tous attirés par son culot, sa franchise et son espièglerie. C'est le clan des cabossés, constitué des enfants de la plage avec qui personne ne veut traîner : Manuel qui bégaie, Arthur qui est franchement moche et Nathalie handicapée par sa timidité. Leur quartier général est une ancienne boutique de souvenirs, point de départ de leurs folles virées à bord d'un quadricyle à pédales, la fameuse «rosalie» des plages. Leur amitié de plus en plus forte permet à Jessie de dévoiler le douloureux secret qu'elle cache derrière ses provocations. Le premier tome d'une série pleine d'humour et qui aborde l'acceptation des différences, l'amitié solidaire et toutes les bêtises acidulées de l'enfance.

  • Confiance et sa grand-mère doivent passer l'été ensemble, en Italie. Voilà qui ne les enchante guère... Pourtant, entre ces deux-là, il se pourrait bien que la magie opère ! L'humour malicieux de Susie Morgenstern dans un roman survitaminé, tout en dialogues.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Gurty peut trembler, Tête de Fesses tient sa revanche ! Son arme ultime? TROIS ADORABLES CHATONS !!

    À peine Gurty est-elle arrivée en Provence que Tête de Fesses réunit tous les animaux de la campagne pour leur annoncer une stupéfiante nouvelle : ce satané chat est devenu père de famille !
    Il s'apprête à recevoir Madame Tête de Fesses et leurs chatons dans quelques jours... Cette nouvelle sonne comme un coup de tonnerre, et Gurty redoute que ses vacances soient gâchées par l'arrivée des bébés chats. L'ennui, c'est que Tête de Fesses a l'intention d'éduquer ses enfants pour en faire un commando guerrier. Il rêve en effet de constituer une armée secrète de chatons sanguinaires pour assouvir ses désirs de tyrannie et de vengeance...

    Le 9ème volume des aventures de Gurty est sorti!

    Oyé, oyé, braves lecteurs de Provence, la nouvelle est d'importance : Jean-Jacques, aka Tête de Fesses, est papa ! Pour notre amie Gurty, cela veut surtout dire que son ennemi juré s’est multiplié ! Et tandis que Gurty se demande comment passer ses vacances sereinement, Jean-Jacques, lui, se réjouit : il tient sa revanche sur nos héros ! En effet, il n'a aucun doute sur le fait qu’il sera bientôt à la tête d'un commando guerrier dont les soldats seront ses petits. Son objectif : agir en despote sur les animaux du jardin. Mais c’est sans compter sur notre héroïne fétiche qui va se prendre d’amitié pour les chatons et surtout sur la maman des petits qui ne va pas s’en laisser conter quand elle découvrira les desiderata de leur papa. Bertrand Santini, je vous dis merci ! Pour les belles idées disséminées ici sur l’éducation des filles et des garçons, les intrigues si bien renouvelées et cette bonne humeur toujours au rendez-vous ! --- Chronique de Gaëlle Farre, pour le numéro 208 du magazine Page des libraires.

    Gaëlle

  • Un livre-jeu à manipuler, pour créer et récréer des câlins à l'infini.
    Il est l'heure d'aller au dodo pour les bébés animaux. Grâce aux languettes, amuse-toi à les réunir avec leur papa et leur maman pour qu'ils puissent s'endormir tranquillement. L'un contre l'autre, on est toujours bien !

    Merveille que cet album!!

    Voyez plutôt...  

    Gaëlle

  • L'intensité des émotions de l'enfance et la poésie d'une écriture tout en retenue.

    Les vacances avaient la forme d'un escargot avec la maison au centre, et je faisais des cercles de plus en plus grands pour tenter d'arriver au bord. Et puis un jour, un été, j'y suis arrivé. C'était là et je ne l'avais jamais su.

    L'histoire d'une rencontre qui change la vie

    Esther Andersen raconte l'histoire de vacances renouvelées chaque été au même endroit, chez Angelo, au cœur d'un champ de maïs. C'est aussi l'histoire d'une rencontre qui change la vie. (...) je n'avais pas vu la plus grande vague. Celle qui est arrivée par la plage comme une surprise. Le genre de rencontre qui vous enlève les mots et vous émeut au plus profond, le genre de rencontre qui fait que vous n'êtes plus le même après. *** Il y a du Sempé dans les illustrations fines et délicates d'Irène Bonacina. Et un petit goût d'éternité dans les mots de Timothée de Fombelle...  Le grand format à l'italienne de l'album permet au lecteur de s'échapper, de s'évader, de sentir le souffle de l'été. J'aimais les jours qui font des grandes boucles pour arriver moins vite au soir. Cette phrase de Timothée de Fombelle n'est-elle pas magnifique? Je crois qu'Esther Andersen est l'un des plus beaux albums qui soient. Et j'en suis toute émue... ***  

    Gaëlle

  • On sait peu de choses sur M, on ne connaît que l'initiale de son prénom, on sait qu'il n'est plus un enfant, qu'il a les yeux bleus et qu'il est parfois triste. On sait qu'il est sur la plage et qu'il aimerait être comme la mer, que parfois il crie, qu'il réfléchit beaucoup et se pose beaucoup de questions. Il se demande : "Y a-t-il quelqu'un de l'autre côté ? Y a-t-il quelqu'un là-bas, là où s'enfuient les vagues ? Quelqu'un comme moi ? " Il se demande : "Et comment peut-on être si triste avec un soleil pareil ? Et si joyeux à la fois ? " Et ce quelqu'un "est-ce qu'il est seul aussi ? Est-ce qu'il a un vélo ? Un chat ? Un chien ? " Joanna Concejo a écrit et illustré une histoire délicate et profonde, une histoire qui s'adresse à notre coeur, mais qui pénètre au plus profond de nous et raconte la colère, la douleur et le bonheur de l'âme humaine.
    Une quête de soi.

    Un livre :
    - Pour nous écouter nous-mêmes ;
    - Pour respecter les émotions des autres ;
    - Pour écrire une histoire grâce à une double page remplie de châteaux de sable.

  • Une semaine de colonie de vacances, racontée à travers les regards croisés de cinq enfants aux âges et aux tempéraments différents : Louise, Marco, Jeanne, Nina et Ali. Des préparatifs à l'anxiété du voyage en bus, des premières rencontres aux joies de la vie collective, Fanny Dreyer évoque le cheminement vers l'autonomie et l'épanouissement, ainsi que la capacité enfantine à se recréer un équilibre en dehors des repères familiaux. En réinscrivant chaque individualité au sein du groupe, l'autrice-illustratrice pose un regard à la fois attentif et enchanté sur ces petites sociétés qui s'inventent le temps des vacances. C'est également la relation des enfants à la nature, au coeur des événements de la colonie, que Fanny Dreyer célèbre en autant de tableaux qui exhalent une douceur et une grâce magnétiques.

  • Auprès de mon arbre, je vivrai heureux...

    En ce dimanche après-midi, Lisia et sa famille partent prendre un bain. Pas un bain dans une baignoire, non: un bain de forêt ! En pénétrant dans les sous-bois, le paysage change radicalement : rien que des arbres, beaucoup d'arbres, et de toutes les tailles ! Ça sent la terre et la résine de pin. Tous les sens de Lisia sont en éveil. Se frotter aux troncs, les serrer contre soi, marcher pieds nus dans la mousse pour se reconnecter à la nature, observer les arbres et imaginer leur longue vie... Au fil des pages, nous plongeons avec Lisia dans une extraordinaire découverte sensorielle. Les illustrations à l'aquarelle de Juliette Lagrange offrent un véritable écrin de verdure au texte d'Isabelle Collioud. Il ne reste plus qu'à soulever les branches pour rejoindre Lisia et sa famille.
    C'est au Japon qu'a été inventé le bain de forêt pour faire une pause, se ressourcer, se déconnecter grâce à la nature. La sylvothérapie est une pratique ancestrale très appréciée, aux vertus thérapeutiques avérées. Elle apaise l'humeur, réduit le stress, renforce le système immunitaire et développe la créativité. Comme la lecture, en somme !

  • Oie se fait une joie d'aller se baigner avec ses amies. La journée promet d'être magnifique ! Mais une fois au bord de l'eau, ses amies préfèrent se reposer sur l'herbe plutôt que profiter de la baignade... Oie, déçue, songe à rentrer. Mais elle aperçoit soudain une Chose affreuse, terrifiante, monstrueuse... sûrement une terrible bête sous-marine !
    Les trois amies vont se réunir pour braver leur peur... et une fois le mystère résolu, il est enfin temps de profiter ensemble et sans nuage des joies d'une belle baignade partagée, des rires et des plongeons.

  • Papa, Maman et moi, on est allés prendre Bob et Dom, les parents de Papa, en voiture. On ne leur a pas dit où on allait, Papa voulait leur faire la surprise. Après des millions de kilomètres, on est arrivés sur une plage toute longue. Mais Bob et Dom n'ont pas reconnu la plage de leurs vacances. On a poursuivi la route des souvenirs. Sur le retour, la voiture était pleine de trésors.

  • Entre album, beau-livre et documentaire, ce livre original et inclassable nous plonge dans l'été à travers trois grands axes - l'été nature, l'été des animaux, l'été au quotidien. S'y côtoient :- de l'information scientifique, avec les BD de l'expert Loupiote : pourquoi il fait chaud en été, pourquoi il y a des orages, pourquoi les étoiles brillent dans le ciel, pourquoi il faut protéger les abeilles...- des zooms sur la vie agricole (moissons, fenaisons, fabrication du fromage...) et sur la vie des animaux (reptiles, coquillages, crustacés...).- des planches naturalistes pour découvrir les insectes, les fleurs, les fruits et légumes d'été.- des fresques estivales en bord de mer ou en montagne pour observer la nature, les animaux, les activités de saison...- et aussi : des poésies et chansons, des activités manuelles, des recettes, la fête de l'école, le centre aéré, les vacances, les embouteillages avec quelquesidées de jeux pour patienter dans la voiture, les fêtes de l'été...et même : du land-art !Pour chaque double-page, les auteures-illustratrices varient les techniques, usant joyeusement de crayons, peinture, photos, bande dessinée, gravure sur lino, dessin numérique...

  • Nous retrouvons les personnages de la série, évoluant parmi les rues, les magasins et le parc dans une ambiance estivale. Les enfants ne manqueront pas de remarquer toutes les transformations dues au changement de saison et au passage du temps.
    Mille détails à observer et, si l'on a les quatre livres, à comparer.

    Rotraut Susanne BERNER est née à Stuttgart en 1948. Elle a fait des études de graphiste à l'Ecole supérieure des Arts et Métiers de Munich. De 1975 à 1977, elle a travaillé dans la publicité et comme graphiste. Aujourd'hui, elle exerce son métier d'illustratrice à Heidelberg. Elle a reçu le Deutscher Jugendliteraturpreis de l'illustration (prix de l'illustration jeunesse allemand).

  • Veuve depuis peu, Suzette repense à Francesco, son premier amour, perdu de vue il y a 60 ans. Sa petite-fille Noémie l'invite alors à partir à sa recherche. Sur la route de l'Italie, les deux femmes vont, du haut de leurs générations et de leurs expériences respectives, échanger sur la vie de couple, l'engagement et les histoires qui durent... Et s'il n'y avait pas d'âge pour vivre le grand amour ?

    Le mot de Claire

    Encore une fois, Fabien Toulmé réussit à nous prendre par les sentiments, les bons ! La relation entre Suzette et sa petite-fille sera aussi riche d’enseignements pour l’une que pour l’autre et amènera les lectrices et lecteurs à se questionner sur ce sujet universel qu’est l’amour, dans toute sa complexité et sa beauté. Le bd-bonheur de l’été !

  • Rien ne destinait mon grand-père à se survivre. Blessé à la face en 1918, il a, par la suite, exercé l'emploi réservé de cantonnier et mené une vie qu'on pourrait dire sans histoires jusqu'à sa mort en 1973. Il a disparu sans rien laisser derrière lui. Toutes les traces matérielles de son existence, et même son nom, se sont effacées. Il a demeuré dans ma mémoire au travers de quelques menues images.
    Mais plus que mes souvenirs d'enfance ce sont les signes qu'il ne cesse de m'adresser depuis sa mort, il y a près de cinquante ans, qui ont rendu ce récit nécessaire. Toute une série de coïncidences troublantes : le surgissement inattendu, dans le champ de mes perceptions, d'un être ou d'un animal, auquel il est en quelque façon associé ; des échos unissant, à travers le temps et l'espace, sa voix à d'autres ; des survivances répandues dans l'air, déposées sur les paysages. De lui j'ai hérité le goût des livres et de la marche.
    Pour l'évoquer, j'ai fait avec ce que j'avais. Je n'ai pas consulté les archives de la Grande Guerre, ou si peu. Si enquête il y a, elle porte sur l'énigme de sa présence toujours vive. Elle questionne ces appels intermittents et ténus, adressés à moi seule et que je tente de saisir à même la peau des choses, dans leur innocente nudité, leur supposée insignifiance.
    A. M.

    Et si on lisait ...

    Anne Maurel, La Fille du bois Cinquante ans après sa disparition, Anne Maurel évoque avec infiniment de pudeur et de tendresse son grand-père qui ne cesse de lui adresser des signes ‘qui ont rendu ce récit nécessaire.’ Coïncidences, surgissements inattendus, échos, qui rendent « sa présence toujours vive » à l’origine de cette déclaration sublime, leçon de vie, d’humilité, d’espoir et de vie… « Il faut, pour courir l’aventure, vouloir sans réserve ce qui vous arrive, quand vous n’avez rien décidé. Garder les épaules dégagées et le regard franc […] Comme mon grand-père, il faut s’alléger. Donner sa médaille à un chien. » Un texte d’une grande beauté littéraire aussi. « On a souvent remarqué le mutisme des soldats de retour du front. On a, me semble-t-il, moins souvent souligné leur goût pour la lecture. Dans le silence qui se faisait autour d’eux, dilatant l’étendue, des voix s’élevaient. Des voix sans corps visible, sorties des pages des livres, que, pour toujours revenus de la guerre blessés, mutiles, les poumons brûlés, la mâchoire fracturée, détournés de l’action, ils écoutaient frémir, frissonner, murmure. » *** Chez Maupetit, on vous conseille particulièrement ce roman ! Et Corinne la lectrice a enregistré une pastille sonore qui vous permettra de découvrir "par les oreilles" ce roman que nous aimons beaucoup… Venez donc le retrouver à la librairie ! *** Lupus · La Fille Du Bois

    Damien

  • La mère d'Eva

    Silvia Ferreri

    Quelques mètres seulement les séparent. Entre les murs de cette clinique, Eva s'apprête à changer de sexe. Garçon prisonnier d'un corps de fille, il y a dix-huit ans qu'elle attend...
    Tout près du bloc opératoire, sa mère, elle aussi, patiente... Comme elle l'a aimée, sa fille ! Comme une longue lettre ouverte qu'elle lui adresserait, la mère d'Eva se souvient. De l'enfance. De la différence. Du chemin qu'il leur a fallu faire pour accepter - pour s'accepter. Sans cacher ses doutes, ni les épreuves. Aujourd'hui, c'est un fils qui lui renaît. Elle l'aimera. Comme toutes les mères du monde aiment leur enfant. Sans conditions.

    Ajouter au panier
    En stock

    Le mot d'Annabelle

    Eva convainc ses parents de la laisser se faire opérer pour changer de sexe. Sa mère l’accompagne donc dans une clinique en Serbie. Dans la salle d’attente, la mère d’Eva raconte … L’enfance d’Eva, le choix des jeux et des vêtements de garçon. Puis la puberté et l’adolescence. La douleur d’Eva de ne pas être dans le bon corps se conjugue à celle de sa mère de la voir rejeter sa féminité, ses règles et sa poitrine, la possibilité d’être mère à son tour …   Un roman fort, émouvant et dérangeant, qui remue les entrailles mais aborde un sujet essentiel.

    Annabelle

  • Une : Orna. Deux : Emilia. Trois : Ella. La première vit très mal son récent divorce. Elle s'apitoye sur elle-même, fréquente sans vrai désir Guil, un avocat rencontré sur un site web qui lui ment avec aplomb. Elle connaît brutalement un destin tragique. La deuxième, une réfugiée lettone, auxiliaire de vie, est une pauvre fille solitaire, paumée, mystique. Le fils de son précédent employeur - qui vient de mourir - veut l'aider à trouver du travail. Il s'appelle Guil. Ça ne se termine pas bien non plus. Apparemment, Guil sévit en toute impunité... C'est alors que survient la troisième, l'inquiétante Ella...

    Ajouter au panier
    En stock

    le mot d'Annabelle

    3 femmes, 3 solitudes, rencontrent le même homme … Un roman noir , social et psychologique original, subtil et bien écrit dont toute l’ampleur se révèle dans les dernières pages !

    Annabelle

  • Voilà l'été ! C'est le moment de se protéger du soleil pour jouer dans les vagues ou lézarder sur la plage.
    C'est aussi la saison où l'on se repose dans des draps frais avant de repartir butiner parmi les fleurs comme une petite abeille !
    Dans ce joli tout-carton à toucher, les animaux, petits et grands, se préparent, comme l'enfant, à entrer dans l'été.
    Des pages à caresser, des flaps à soulever, des formes à suivre du bout du doigt et des illustrations en linogravure pour le plus grand plaisir des tout-petits.

  • Elle, c'est Maggie. Elle file à toute allure sur ses patins à roulettes ! Mais plus ses jours font « pop » comme du maïs soufflé, plus ses nuits se révèlent noires et lugubres. D'autant que d'étranges présences fantomatiques s'invitent à son chevet. Pas question de se laisser impressionner ! Maggie va mener l'enquête et partir à la recherche du fantôme qui la hante... Par l'autrice de «Louve» et de «Rosalie et les langages de plantes», un album tout en délicatesse.

    Coup de cœur pour Maggie fantôme de Fanny Ducassé

    Maggie a l'habitude d'évoluer parmi des jours pop avec le soleil qui brille, le ciel piscine et du gazon bien frais. Mais dernièrement, ses jours s'assombrissent... un nuage gris la poursuit! Elle ne va pas se laisser griser longtemps l'environnement ! Maggie va trouver le courage d'aller au-devant de ses peurs et d'aller à la rencontre de ce nuage. Et elle rentrera apaisée car après l'avoir vu, elle trouve qu’il n'a finalement de bien effrayant, il est même plutôt élégant.  Ce que l'on n'arrive pas à nommer ou à identifier est et sera toujours ce qui effraie le plus... cette histoire est en fait la recette du succès pour confronter l'inconnu / se placer en face de ses peurs et ainsi pouvoir les maîtriser !

    Gaëlle

  • À 17 ans, Gioia ne se résout pas à faire comme les autres. Enfermée dans sa bulle, elle écoute en boucle les Pink Floyd, discute avec son amie imaginaire, photographie les gens de dos et collectionne dans un carnet des mots étrangers intraduisibles.
    Puis, sans prévenir, sa rencontre avec Lo fait voler en éclats ses convictions. Solitaire comme elle, ce garçon lui inspire des émotions qu'elle n'a jamais ressenties. Mais voilà qu'il disparaît sans laisser de trace. La jeune fille commence à douter : aurait-elle aussi imaginé cette relation incroyable ?
    Pour être heureuse de nouveau, Gioia est déterminée à retrouver son amour perdu...

    Et pourtant, le bonheur est là

    Dans Et pourtant, le bonheur est là, on est en Italie et on fait connaissance avec Gioia, 17 ans – elle a toujours été "à part", elle aime écouter Pink Floyd, ne blague pas et ne se maquille jamais et converse avec une amie imaginaire, Tonia – et Lo (aka Lorenzo), 18 ans. Si Gioia pouvait ne jamais être chez elle tant ça se passe mal, elle le ferait... alors quand elle rencontre Lo, avec qui tout se passe si facilement et naturellement, c'est une bouffée d'air frais! Entre eux, c'est un amour évident, fulgurant mais qui va connaître bien des drames. Le premier, c'est la disparition même de Lo! Gioia part alors à sa recherche, désespérément, et réalise vite qu'elle ne sait rien, ou presque, de lui. S'ensuit une quête qui relève presque de la traque... Il y a au coeur de Et pourtant, le bonheur est là une formidable histoire d'amour ; le rythme de l'auteur est vif, les chapitres sont nombreux et nous poussent à toujours continuer... c'est un roman à conseiller aux ados dès 14-15 ans ET aux adultes! ***

    Gaëlle

  • Ressac

    Diglee

    En février 2020, sur un coup de tête, Maureen Wingrove a décidé de s'éloigner d'une situation familiale compliquée, de s'éloigner du monde et des réseaux sociaux pour tenter de se retrouver. Direction la Bretagne, pour une semaine de retraite dans une abbaye battue par les embruns. Une semaine dense, intense. Une semaine assaillie par des vagues de souvenirs, par des émotions, par des portraits de femmes, par des rencontres insolites et inoubliables. Une semaine face à elle-même, en quête de sérénité, que Maureen Wingrove partage ici avec nous.

    Ressac est le journal de cette parenthèse. Un récit sensible et puissant, à la fois extrêmement intime et universel, qui touchera en plein coeur toutes celles et ceux qui ont déjà éprouvé cette sensation de trop plein, ce désir de prendre le large.



    Maureen Wingrove (Diglee) est une illustratrice, autrice de bande dessinée et romancière française. Elle a récemment publié Libres, puis Baiser après MeToo (avec Ovidie). ELle est également passionnée de poésie et de littérature.

    Gros coup de cœur de Gaëlle pour l'élégant *Ressac* de Diglee, aka Maureen Wingrove

    Début février 2020, Maureen Wingrove fait une retraite de 5 jours dans une abbaye en Bretagne. Tout d'abord vécue comme une nécessité de mettre de côté le monde grouillant et grondant d'informations et autres injonctions ; cette retraite sera aussi le temps des retrouvailles avec elle-même, ses blessures encore ouvertes, ses difficultés récentes ressenties dans le quotidien... Stopper le temps et sa course folle. Se consacrer un temps seule, retirée... Maureen Wingrove va faire provision de silence, d'ennui (un ennui riche et salvateur, celui qui permet de créer!), de confiance en elle – et d'un peu de vent également (ah, la Bretagne !). Des rencontres amicales riches de signes et de sens seront aussi de la partie... Autant de bons ingrédients qui permettront ensuite à Maureen de mieux être au présent. *Ressac* est un superbe texte tout en émotions et en sensibilité qui m’a beaucoup touchée… Extraits : « Je veux être celle sur laquelle m'appuyer quand je coule. » « J'avais oublié comme le silence enserre et réconforte. » « Je peux vivre pour moi. » ***

    Gaëlle

  • J'aime *Six citrons acides sifflent sur le sentier* !

    Sur un sentier, il y a 6 citrons acides en balade et qui sifflent... Bientôt, ils rencontrent un champignon , 2 bananes , 3 patates, 4 radis, un melon et même un duo rigolo de fraise-framboise - qui se sont tous fait chipé / ba-barboté / taxé / dérobé / fauché quelque chose... les 6 citrons vont filer à la suite du chenapan, le rattraper et régler le préjudice.  Ils deviennent même copains de langage sympathique et rythmé ! Six citrons acides sifflent sur le sentier est joyeusement signé-illustré par Françoise de Guibert et il est le premier album d'une toute nouvelle maison d'édition bien nommée Six citrons acides! La maison veut mettre à l'honneur la langue et ses sonorités tour à tour sifflantes, chuintantes ou occlusives. C'est dynamique, drôle et ma foi fort efficace, foi de libraire !

    Gaëlle

  • OLYMPE DE ROQUEDOR EST EN FUITE. On veut la marier contre son gré et s'emparer du domaine dont elle est l'héritière. Traquée par ses ennemis sur les terres hostiles des Loups de l'Azeillan, la jeune rebelle rencontre Décembre, un ancien soldat borgne, et son complice, le timide et mystérieux Oost. Ensemble, ils vont livrer un combat sans merci pour reconquérir le château de Roquedor...

    Olympe de Roquedor

    Dans ce (superbe) roman mené à quatre mains (Jean-Philippe Arrou-Vignod ET François Place !), il y a tout d'abord une improbable équipée... En effet, parieriez-vous sur le trio d'une marquise en pantalon, d'un marin déserteur et bègue et d'un ancien soldat amnésique et borgne? Moi, j'ai signé et franchement, je ne l’ai pas regretté. Et même... j'ai a.do.ré! Le rythme est dingue et les personnages sont hauts en couleur, en humeur et en humour! En toile de fond, il y a une quête de liberté, de vérité, d'intégrité aussi et la condamnation de la bêtise des nantis.  Olympe de Roquedor est un formidable roman d'aventure mené tambour battant et porté par une héroïne courageuse tout autant que modeste qui n'a rien à faire des apparences et des beaux atours. Pour tout dire, j'aimerais la connaître! Bon, maintenant, messieurs les auteurs : on veut LA SUITE ! VITE! ***  

    Gaëlle

  • Être sauvage, être libre. Justement, ça fait un moment que Simon en a assez d'obéir aux ordres de tout le monde, sous prétexte qu'il est un enfant. Furieux, il décide de partir détour et sans retour pour vivre seul, en pleine nature.

    Animal - le jour où je suis devenu loup

    Simon en a assez de tous les ordres qu'il reçoit à la maison, il est rempli de colère ! Alors il prend la poudre d'escampette et il va marcher. Très loin. Pendant trèèès longtemps. Simon décida qu'il devait partir de chez lui, vivre seul, en pleine nature. Une fois arrivé (au bout du jardin !), il se rend compte que la vie dans les bois n'est pas si facile… Moralités : - N’est pas Davy Crockett qui veut ! - Les câlins d’une maman et les crêpes d'un papa sont i-rrem-pla-çables… Simon! J'ai fait des crêpes avec Papa et il y a de la pâte à tartiner aux noisettes! *** ANIMAL est le premier album entièrement écrit ET illustré par Amélie Graux et je l'adooore! Il se situe quelque part entre le cultissime Max et les Maximonstres de Maurice Sendak et le film Moonrise Kingdom de Wes Anderson. Les décors sont parfaitement irrésistibles, l'humour est à tous les coins de pages et Amélie Graux n'a pas son pareil quand il s'agit de représenter l'enfance. BREF... ANIMAL a un charme fou !

    Gaëlle

  • La rencontre profonde d'un musicien compositeur et d'un écrivain poète autour de 17 chansons pour enfants et parents complices. 50 minutes de poussière de joie rock, de douceur pop, de ballades lo-fi.

    Parce qu'on aime nos gosses, on leur donne à manger de bonnes choses. C'est pareil en musique, pour l'oreille des enfants. Idem en littérature : on fait gaffe à leurs yeux.
    Ce livre-disque a été conçu comme un hommage à l'enfance et un trait d'union entre les générations : parents et enfants s'allongeraient dans l'herbe fraîche, un soir, ils mettraient la musique à fond et laisseraient courir leur regard, là-haut. Ils se donneraient la main. Ils seraient bien.
    Pour écrire et composer les chansons, Polar et Melquiot étaient accompagnés par des figures tutélaires : Bashung, Manset, Gainsbourg, Neil Young, Elli et Jacno, Taxi Girl, Joy Division ou Beck. Les enfants aussi ont droit aux fantômes illustres !

    En musique!

    Quand l'auteur-compositeur-interprète Eric Linder aka Polar rencontre le dramaturge Fabrice Melquiot, cela donne *Comme tu regardes le ciel étoilé - 17 chansons pour enfants et parents complices*. Les deux artistes ont voulu réunir petits ET grands autour d'une même oeuvre musicale... Ainsi, *Comme tu regardes le ciel étoilé* est un livre-CD fa-mi-lial autour duquel toutes les générations sont conviées! (Et croyez-moi, le pari est réussi!)   Les chansons (notons qu'elles ont été écrites, composées ET enregistrées en seulement deux semaines (!), dans une grange du Morvan!) sont mises en images par la plasticienne Jeanne Roualet et je tiens ici à la saluer pour son travail plastique que je trouve saisissant. Ses images toutes en noir et blanc qui mêlent plusieurs techniques sont tour à tour touchantes, surréalistes, humoristiques et toujours tellement poétiques... Bref, j'ai un gros coup de coeur pour ces 17 chansons où le rock et l'émotion s'entremêlent joliment!

    Gaëlle

  • Claudie, qui habite la maison au milieu de la forêt, invite ses voisins, l'ours Grandiose et le cerf, à partager une petite omelette aux myrtilles. Grandiose se demande s'il doit porter une cravate ou un noeud papillon, mais il choisit finalement de rester naturel. Il traverse le champ de jonquilles à qui il demande l'autorisation de les cueillir pour faire un bouquet. Quand il arrive chez Claudie, une bande de roitelets farceurs a mangé toutes les myrtilles du jardin. Heureusement, Grandiose connaît un endroit secret, un arbre merveilleux dans lequel poussent des myrtilles gigantesques. Il y conduit ses amis. Dans l'arbre, les myrtilles sont plus grosses et plus belles les unes que les autres. C'est une sacrée récolte ! Les trois amis en font un délicieux pique-nique. Une fois rentré chez lui, Grandiose se dit que c'est lui qui lancera la prochaine invitation...

    Vive les omelettes!

    Claudie vient de s’installer dans les bois et elle a invité ses « voisinoux » (à quand l’entrée de ce charmant nouveau mot signé Charlotte Lemaire dans le dictionnaire??) à venir partager une omelette aux myrtilles. On va voir les invités se déplacer – arriver – faire connaissance – et surtout devoir faire provision de myrtilles car de petits oiseaux chipeurs sont passés par là! Cela sera l’occasion d’une balade colorée et gourmande dans les bois qui ouvrira bien grand l’appétit de nos protagonistes. Place ensuite à un somptueux pique-nique… Tout est tellement réussi dans cet album... les couleurs, si vives ; le rythme de l'histoire – et quel régal de le lire à voix haute !! ; la manière dont Charlotte Lemaire investit les pages ; la gourmandise de la cueillette des myrtilles... le TOUT est juste irrésistible.  Nom d’une omelette, v’là une lecture printanière et joyeuse aux superbes couleurs qui met de bien belle humeur !

    Gaëlle – libraire gourmande!

  • Là où le feu et l'ours. Histoire de Violette est le récit de la rencontre d'une jeune femme et d'un ours nouveau-né. Leur périple, dans une steppe parcourue de vents de feu, les mènera jusqu'à l'Oasis, un lieu foisonnant qui leur réserve bien des surprises...

    Là où le feu et l'ours. Histoire de Violette est le premier roman de Corinne Morel Darleux, autrice de l'essai politique et littéraire Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce.
    Fortement empreint d'imaginaire, son récit vous transportera dans un univers déroutant, singulier et émouvant. Il est agrémenté d'un carnet réalisé par l'autrice qui permet de prolonger la lecture par des réflexions sur le climat, la société et notre rapport au vivant, en lien avec le roman.

    J’aime *Là où le feu et l'ours* !

    Il y a la Steppe. Avec du vent et du feu qui s'y déchaînent sans cesse et qu'il faut fuir. Désespérément.   Il y une jeune femme, Violette. Qui fuit. Et un ourson, Têtard, qui la suit partout. Ils vont en connaître des épreuves et des obstacles, et le temps va passer. Violette va vieillir et l'ourson grandir...   Violette est une belle héroïne qui ne cesse jamais de se battre, d'avancer avec détermination et courage. Elle est le personnage clef de cette fable écologiste, de ce roman d'aventures et initiatique qui se déroule dans un monde à la nature hostile et en souffrance mais où elle n'est jamais seule bien longtemps ; où les oasis sont rares mais où la transmission, le lien avec l'Autre sont essentiels et même vitaux. Sororité, amour et amitié, poésie, respect de la nature et de l'environnement : autant de valeurs que l'autrice Corinne Morel Darleux a en très haute estime et qui sont au cœur de ce superbe récit. [ À conseiller dès 11-12 ans! ]

    Gaëlle

  • Starlight

    Richard Wagamese

    Franklin Starlight mène une existence solitaire au coeur de l'Ouest canadien. Jusqu'au jour où il recueille sous son toit Emmy et sa fille Winnie, prêtes à tout pour rompre avec une existence sinistrée.

    En les emmenant dans la nature, en leur apprenant à la parcourir et à la comprendre, Starlight leur permettra de panser leurs plaies, de retrouver confiance. Mais c'est compter sans Cadotte, l'ex-compagnon d'Emmy, résolu à la traquer jusqu'aux confins de la Colombie-Britannique.

    Dans ce roman lumineux, on retrouve Frank, le héros désormais adulte des Étoiles s'éteignent à l'aube.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Lorsque Lily emménage avec sa famille dans une petite maison au bout du monde, elle est loin d'imaginer l'extraordinaire aventure qui l'attend. Un beau jour de printemps, elle trouve un bébé licorne coincé entre les ronces. Les deux amies découvrent le bonheur d'être ensemble et de partager de joyeux moments. Les saisons passent et quand le printemps revient, une horde de licornes apparaît: l'une d'elles s'avance pour récupérer son bébé.

    Un merveilleux album plein de tendresse et de magie pour tous les amoureux des licornes!

    Mon amie la licorne

    Une petite fille rencontre une licorne sur son chemin de promenade : l’une des plus jolies amitiés de la littérature jeunesse est née ! 

    Gaëlle

  • Dans son quartier, une Maison vit heureuse avec ses habitants. Elle aime les réchauffer pendant l'hiver, les réconforter les jours de rentrée, et l'été, abriter leurs secrets. Mais un jour, les habitants n'arrivent plus à se comprendre et laissent place à la colère et aux rancoeurs. Leurs conflits abîment la Maison et commencent à la détruire.

    Bien déterminée à arranger les choses avant d'être complètement démolie, la Maison décide de partir avec ses habitants pour changer d'air. Une nuit, elle part voyager à travers le monde et finit par s'installer dans un petit coin de paradis. Dans ce nouvel endroit, chacun redécouvre le plaisir d'être ensemble et les liens qui les unissent. Mais un jour, les disputes reprennent...

    /> Dans Changer d'air, les illustrations de Jeanne Macaigne pleines de fantaisie, d'humour et de poésie, sont au service d'une histoire qui parle à la fois d'écologie, et du rapport aux autres.

    Et si on changeait d'air?

    Il était une fois une Maison qui aimait follement son quartier. Elle aime tout autant ses habitants qui le lui rendent bien. Mais un jour, rien ne va plus : les habitants de la Maison ne font plus que se disputer. La Maison décide alors de faire prendre l'air à tout ce petit monde... Les disputes n'auront-elles plus jamais cours ?? Cet album de Jeanne Macaigne nous dit qu'une vie en harmonie avec notre environnement et notre habitat est nécessaire à tous. Ses illustrations tout en fantaisie colorée sont d'une richesse folle et nous font rêver... qu'est-ce qu'on aimerait prendre part au voyage ! Pour résumer, Changer d'air est un album !

    Gaëlle

  • Lorsque Sarah rencontre Théo, l'amour les court-circuite. Elle, l'écorchée vive, la punkette, se laisse convertir au bonheur par ce garçon aux airs de lutin, fou de Capra et de Fellini. Dans le tourbillon joyeux de leur jeunesse, de leurs amis et de leurs passions, naît Simon, puis Camille. Mais très vite, comme si leur allégresse avait provoqué la colère de l'univers, les médecins détectent à Sarah un cancer qui progresse à une vitesse alarmante. On leur annonce un combat sans trêve. Refusant de céder au désespoir, le couple choisit de s'y lancer à corps perdu, comme dans une extraordinaire croisade dont leur courage et leur amour seraient les complices.

    Ajouter au panier
    En stock

    le mot d'Annabelle

    Énorme coup de cœur ! Un roman fort et émouvant, une histoire d’amour superbe et tragique, mais aussi drôle et pétillante de vie à la fois.

    Annabelle

  • Disparaître

    Mathieu Ménégaux

    Une jeune femme se défenestre dans le quartier des Abbesses, à Paris. À des kilomètres de là, sur la côte d'Azur, la mer rejette la dépouille d'un homme impossible à identifier. Quel lien peut donc unir ces deux décès ? Plongeon dans l'univers impitoyable d'une prestigieuse banque d'affaires et enquête policière minutieuse seront nécessaires pour renouer les fils de ces deux affaires, dont émergeront pêle-mêle désillusions amoureuses, intransigeance du monde du travail et impossibilité de disparaître sans laisser de traces.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Vita nostra est le premier roman d'un cycle thématique inspiré aux auteurs ukrainiens Marina et Sergueï Diatchenko par Les Métamorphoses d'Ovide. Il est consacré au Verbe, celui qui était au commencement de toute chose, celui qui crée, façonne et altère le monde...
    Au sens littéral.
    Il est à noter que les romans du cycle n'ont de liens que la thématique de la métamorphose et un vers du Gaudeamus (Réjouissons-nous) - l'hymne des carabins : Vita nostra brevis est, brevi finietur (Notre vie est brève, elle s'achèvera bientôt). Le premier roman n'a d'autre titre que son sous-titre Vita nostra, le deuxième s'intitule Numérique, ou brevis est ; le troisième Migrant, ou brevi finietur.

    Sacha, une adolescente de 16 ans élevée par une mère célibataire, voit sa vie basculer l'été qui précède sa dernière année d'études secondaires.
    Pendant les vacances qu'elle passe en Crimée, un homme étrange fait irruption dans sa vie et l'oblige à exécuter des tâches absconses, comme nager nue chaque jour à quatre heures du matin.
    Tout écart entraîne une sanction, et l'obéissance est récompensée par des pièces d'or étranges.
    Sacha n'aura pas non plus le choix de ses études supérieures, car l'homme étrange lui enjoint de s'inscrire à l'Institut des technologies spéciales, installé dans la ville de Torpa. Les élèves de deu- xième et troisième année, gravement estropiés pour certains, ont l'air de phénomènes de foire.
    Quant au cours de spécialité, il consiste en la lec- ture de textes incompréhensibles qui se refusent à toute mémorisation. Pourtant, nulle voix ne s'élève contre cet état de fait - et pour cause ! - car, là encore, toute baisse d'assiduité fait l'objet de punitions, non pas à l'encontre de l'étudiant, mais de sa famille et de ses proches.
    Au cours de ses études, Sacha connaîtra plu- sieurs métamorphoses. Les premières vont tou- cher ses perceptions et ses émotions, altérant les premières et supprimant les secondes. Puis vien- dra le tour des changements physiques avec l'ap- parition d'ailes. Enfin, à l'issue de ses études à l'Institut des technologies spéciales - tous comme les autres étudiants qui réussissent leurs examens -, elle sera amenée à renoncer à son existence matérielle, développer une nouvelle essence, de nouvelles possibilités et un nouveau Moi, pour devenir un des Éléments de la Langue qui consti- tue la trame notre monde.
    Car les enseignants eux-mêmes ne sont pas humains (certains d'ailleurs ne l'ont jamais été), mais des Mots, des Règles de Grammaire...

  • Elmet

    Fiona Mozley

    « Le sol regorgeait d'histoires brisées qui tombaient en cascade, pourrissaient puis se reformaient dans les sous-bois de façon à mieux resurgir dans nos vies. » John est venu s'installer avec ses enfants, Cathy et Daniel, dans le Yorkshire rural où était née leur mère. Ils y construisent une petite maison, bordée par la forêt et la voie ferrée. Dans ces paysages tour à tour désolés et enchanteurs, les deux enfants grandissent en marge des hommes, chassant pour se nourrir et recevant, pour toute éducation, quelques leçons d'une voisine. Mais un gros propriétaire terrien, Mr Price, menace de les expulser si John refuse de passer à son service. Ravivant un passé trouble, ce chantage déclenche dans la région un crescendo de violence. Jusqu'où John ira-t-il pour protéger les siens ?

    Ajouter au panier
    En stock

    Le mot d'Annabelle

    Entre ode à la nature et conte de la violence humaine, un superbe roman qui plaira aux lecteurs de Dans la forêt ou My absolute darling.

    Annabelle

  • Du bureau de Dumbledore à la Salle sur Demande, en passant par la Chambre des Secrets et la cabane de Hagrid, Poudlard se révèle dans ses moindres recoins au travers d'illustrations fourmillantes de détails. Cet ouvrage fascinant dévoile les secrets de fabrication des décors et les coulisses des effets spéciaux. Truffé d'images des films et de clins d'oeil à la saga Harry Potter qui raviront les fans, ce magnifique livre propose une plongée immersive dans les lieux emblématiques de la célèbre école de sorcellerie.

  • Nice, 1947. Aurore Félix rêve d'une vie à elle, loin des contraintes familiales et bourgeoises. Elle décide d'échapper à son destin tout tracé en rejoignant Martin, un beau G.I., aux États-Unis d'Amérique, persuadée que seul le « Nouvel Monde » pourra lui offrir cet avenir fabuleux, plein de promesses de liberté.
    Seulement, une fois l'Atlantique traversé, Aurore déchante. Son fiancé ne l'a pas attendue. Abandonnée et sans repère, elle se refuse à faire demi-tour. Confrontée à ses peurs, ses espoirs déçus et une Amérique qu'elle ne connaissait pas, en pleine lutte pour les droits des femmes et pétrie de discriminations raciales, Aurore persiste pourtant : c'est ici qu'elle construira sa vie...

    Ajouter au panier
    En stock

    le mot d'Annabelle

    Un très joli roman qui aborde la maternité, l'avortement, la place des femmes dans la société et dans l'entreprise.

    Annabelle

  • Ce livre explore les rapports entre la littérature, l'environnement et l'écologie, dans une perspective écopoétique. Il est né du constat qu'avec la fin de la première décennie du 21e siècle la littérature française s'est mise à faire une place importante aux atteintes à l'environnement.
    L'écologie, longtemps suspecte dans l'univers littéraire, est aujourd'hui solidement ancrée dans la littérature d'imagination.
    À la lecture de ce qui a déjà été publié, l'on peut gager que la spécificité du sujet conduira aussi les auteurs à réinventer les formes romanesques. Aborder le changement climatique -phénomène qui se déroule sur une durée qui dépasse et de beaucoup le cadre habituel du roman- ou faire une place à la sensibilité des animaux -impossible à aborder par le biais romanesque de la psychologie traditionnellement privilégiée- amène déjà les romanciers à repenser en profondeur les modalités du récit.
    Ce volume est donc d'abord un livre consacré à la littérature de l'extrême contemporain. Cela implique que les auteurs qui sont abordés ne disposent pas (encore) tous d'une grande visibilité. Alice Ferney, Maylis de Kerangal, Laurent Mauvignier, Jean Rolin ou Sylvain Tesson sont certes des auteurs largement célébrés, parfois simultanément par la critique universitaire et par le grand public cultivé. D'autres, Gisèle Bienne ou Claudie Hunzinger par exemple, ont depuis longtemps un cercle de lecteurs fidèles, mais ne sont pas nécessairement connus du plus grand nombre.
    Guillaume Poix, Frank Bouysse et Éric Plamondon ont émergé plus récemment, mais se sont déjà rendus visibles, souvent en obtenant des prix littéraires majeurs.
    Quoi qu'il en soit de leur notoriété, tous ces écrivains signent des oeuvres où la problématique environnementale est l'occasion de réfléchir aux moyens par lesquels l'écriture est à même de rendre compte des problèmes et des défis actuels en matière d'écologie.

  • Bien plus qu'un ebook, le livre peut être un support écologiquement vertueux.
    Mais depuis vingt ans, l'objet livre et ses usages se sont industrialisés et mondialisés - concentration du monde de l'édition, délocalisation des impressions, essor du numérique...
    Cet objet manufacturé séculaire se retrouve aujourd'hui pris en tenaille entre des logiques artisanales et industrielles.
    Face aux exigences nouvelles des lecteurs, des questions inédites émergent. Sur quels piliers voulons-nous construire la chaîne du livre de demain??
    Entretiens, écofictions et manifestes?: des libraires, des éditeurs, des auteurs et des forestiers invitent à imaginer le livre de l'après-pétrole.

    Les droits de cet ouvrage sont intégralement reversés à l'Association pour l'écologie du livre.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Confettis

    Jolivard Adele

    À travers cinq histoires, Adèle Jolivard tient le journal d'une petite fille durant une année scolaire entière. La rentrée des classes en septembre, la cueillette des champignons en automne, le carnaval et ses chars, le départ en classe verte... D'apparence anodine, ces récits traduisent pourtant de façon très juste et sensible les sensations de l'enfance, ses découvertes et ses petits tracas.

    Avec un récit et des illustrations pleines de délicatesse, Confettis d'Adèle Jolivard nous emmène au plus près de ces émotions enfantines (la contemplation, la joie, parfois l'ennui) et saura parler aux premiers lecteurs comme aux plus jeunes, qui construisent chaque jour leur histoire et leurs souvenirs.

    Vive les confettis!

    Adèle Jolivard déroule l'année de CP d'une petite fille en cinq histoires. Le quotidien de l'enfant est jalonné de tout un tas de joies minuscules du quotidien : passer chez le buraliste, écrire soi-même sa lettre au Père Noël, se déguiser pour Mardi gras, prendre une photo avec un appareil jetable, jouer à un jeu de société en classe car c'est la fin de l'année...  Tous ces instants jolis sont croqués-illustrés par l'autrice herself. Et la délicatesse et la finesse extrême de ses traits viennent renforcer le caractère précieux de ces plaisirs minis-minis qui sont autant de confettis dans la vie de cette fillette. J'aime infiniment ces confettis de vie signés Adèle Jolivard et on peut les conseiller très largement dès 4-5 ans!

    Gaëlle

  • Tu n'as jamais couché avec un garçon, mais ça viendra. Et je vais tout te raconter. On va l'écrire ensemble, "LE SEXE". Version non censurée. ».
    Caroline, 42 ans, écrit à l'adolescente qu'elle a été. À 13 ans, celle-ci fantasme sur des garçons inaccessibles, rêve d'être désirée, espère une première fois flamboyante. Mais elle a surtout la tête pleine de questions. Comment s'y prendre ? Est-ce que ça fait mal ? Comment sait-on que l'on est amoureuse ? Et enfin : guérit-on un jour de son adolescence ?
    C'est lors d'une fugue en Angleterre à 14 ans que Caroline commencera à avoir quelques réponses à ses questions. Aujourd'hui, l'écrivaine partage des pages du journal qu'elle tenait, trente ans auparavant, et promet de rompre le silence et les tabous sur la sexualité. À moins que ce soit la fille et la femme qui racontent ensemble...

    D'après mon adolescence ; journal intime

    Caroline Solé a retrouvé ses journaux intimes d'adolescente et parle à la Caroline Solé d’alors. En se relisant et en se rappelant, elle fait état des obsessions adolescentes, du manque cruel de confiance en soi, de la timidité, du désir tellement fort qui se mêle à la peur de grandir, de la fascination et, en même temps, de l'ignorance immense des ados quant au sujet de la sexualité, de l'impatience en toute chose que l'on ressent à cet âge-là. Caroline Solé dit extrêmement bien le bouillonnement intérieur, l'urgence de vivre, de ressentir à 1 000 % et la difficile transposition de tout cela dans la réalité ! Caroline Solé se dévoile sans être impudique et avoue ne pas tout comprendre encore maintenant. « Mon adolescence continue de révéler ses angles morts et de déployer ses ailes. » D’après mon adolescence, journal intime, est un très beau roman sur l'adolescence, courageux, intime et sincère qui m’a touchée au cœur. --- Chronique de Gaëlle Farre, pour le numéro 207 du magazine Page des libraires.

    Gaëlle

  • La Chanson de l'arbre

    Après un superbe premier album, Le Renard et l'étoile (Gallimard Jeunesse, 2017), Coralie Bickford-Smith nous a parlé de la magie de l'instant présent avec Le Ver et l'oiseau (Gallimard Jeunesse, 2018) et c’est un grand plaisir que de la retrouver aujourd'hui avec La Chanson de l'arbre. Elle nous emmène dans un arbre immense au cœur d’une jungle luxuriante. Oiseau se sent si bien dans cet arbre que même si l'automne arrive, il n’a pas envie de partir. Surtout, il s’inquiète fort de ce que sera le quotidien de son ami-abri une fois qu’il sera parti : « Qui caresse ton écorce et te berce le soir ? ». La nuit venue, Oiseau écoute et constate que son arbre est un refuge pour tout un peuple qui le protégera. Rassuré, Oiseau s’élance pour d’autres contrées. Coralie Bickford-Smith invite à considérer le monde comme un ensemble, l’arbre n’est pas seul : quelle idée réconfortante ! --- Chronique de Gaëlle Farre, pour le numéro 207 du magazine Page des libraires.

    Gaëlle

  • Francis Hallé et Rozenn Torquebiau souhaitent transmettre leur passion pour les plantes aux plus jeunes à travers ce livre illustré par Francis Hallé lui-même. Comment les plantes naissent, se nourrissent, grandissent, dorment, se protègent, perçoivent le monde (et même ce qui nous échappe), comment elles émettent ou reçoivent des messages, comment elles collaborent avec les espèces animales : c'est tout l'univers du végétal qui s'offre au lecteur. Un livre qui passionnera aussi les plus grands !

    L’étonnante vie des plantes

    Dans L’étonnante vie des plantes, Francis Hallé – accompagné de Rozenn Torquebiau pour le texte – s’adresse en mots et en images aux enfants ! Comment les plantes naissent, respirent et se nourrissent-elles ? Comment les plantes communiquent et grandissent, dorment et se protègent-elles ? Toutes les réponses à ces questions – et bien d’autres ! – se trouvent dans ce documentaire à conseiller très largement aux enfants mais aussi aux adultes !

    Gaëlle

  • Et si ?

    Chris Haughton

    Et si une bande de singes un peu trop gourmands se laissaient tenter par des fruits appétissants ? Après tout, la voie est libre apparemment... Mais l'est-elle vraiment ?! Un album drôle et malicieux pour aborder la notion d'interdit avec les plus petits.

    Fête!! Un nouvel album de Chris Haughton vient de paraître!

    Il y a une bande de singes (un brin gourmands, ces singes!) qui se laisseraient bien tenter par des fruits jolis et fort appétissants, des mangues ... MAIS leur maman les a mis en garde, il y a des tigres qui rôdent et ils ont l'INTERDICTION de descendre de leur arbre. Cependant, la voie semble libre alors les singes vont tenter d'attraper une ou deux jolies mangues. MAIS la voie est-elle vraiment libre??? Réponse dans ce tout nouvel album irrésistible de Chris Haughton!   -   Et ci-dessous, une jolie mise en images de l'histoire :  

    Gaëlle

  • Miss Millie déteste : un, les tôt le matin, deux, l'école. Ce qu'elle aime, ce sont les chiens. Elle en veut un, peu importe lequel ! Jour après jour, elle demande à sa maman et, un matin, surprise ! Sa maman répond un grand «OUI !!!» Arrivées au refuge, lequel choisir ? Comment l'appeler ? Ah si seulement les chiens pouvaient répondre !

  • Les lapins aiment vivre entre lapins. Ils ne vont pas chercher plus loin que ce qu'ils connaissent et ce qu'ils aiment bien.
    Alors, lorsque Quenotte s'éloigne de son terrier : panique ! Le monde extérieur peut être effrayant, surtout lorsqu'il est peuplé de créatures étranges qui ne mangent pas de carottes. Mais est-ce que tous les géants, griffus et poilus sont mauvais ? Quenotte sera-t-elle assez courageuse, et osera-t-elle dépasser ses aprioris ?

    Le grand voyage de Quenotte

    « Pour être bien, vivons entre lapins ! » : telle pourrait être la devise de la tribu de Quenotte ! En effet, tout ce qui ne ressemble pas à un lapin fait peur ici. Que de monotonie ! Jusqu'au jour où Quenotte sort des sentiers battus pour une carotte qui se trouve « un poil de moustache à l'écart du terrier ». La voilà télescopée dans une contrée encore jamais visitée. Au départ, Quenotte est effrayée et fuit devant celui qu’elle prend pour un prédateur, mais ce dernier deviendra finalement un futur bon copain. Quenotte va ranger pour de bon ses appréhensions et s'amuser comme jamais avant de prendre la décision de faire connaître ses nouveaux copains à sa tribu. L'éloignement a parfois du bon ! Au travers de cette fable animalière illustrée de superbes aquarelles, Jessica Meserve met à l'honneur l'ouverture d'esprit et célèbre les joies du partage et de la différence. --- Chronique de Gaëlle Farre, pour le numéro 207 du magazine Page des libraires.

    Gaëlle

  • Les cicatrices

    Claire Favan

    Trop bon, trop c...
    Afin d'éviter les ennuis, Owen Maker s'est résolu à une existence de paillasson. Docile, falot, ce sympathique vendeur de voitures vit dans la peur de son ex-femme - ses crises de jalousies, ses chantages au suicide. Une seule solution : faire le dos rond. Mais lorsque son ADN est identifié sur une scène de crime, ce précaire équilibre commence à vaciller. Lui ? Le violeur et tueur de femmes le plus redouté de l'État de Washington ? Il ne peut s'agir que d'une erreur. D'une manipulation. De quoi réveiller quelques vieilles, très vieilles cicatrices...

    Ajouter au panier
    En stock
  • Je suis au monde propose une plongée dans la biodiversité, le monde du vivant, et une réflexion autour de la place de l'être humain dans cet ensemble.  Le texte, à la fois précis et aérien, se présente comme une humble tentative d'entamer avec un enfant de dix ans cette réflexion commune, nous immergeant dans la forêt, les mers ou les villes. Ce parcours est scandé par six grandes immersions poétiques et scientifiques dans la barrière de Corail, la jungle amazonienne, le marché de Barcelone, le continent de plastique ou la banquise.

  • C'est trop bien les grandes vacances ! Quand Vindru et Marie-Pierre passent l'été au bord de la mer, ils trouvent toujours quelque chose à faire. Un jour, ils ramassent des bricoles dans le jardin, un autre, ils construisent une cabane avec plein de petits trous de lumière. Ils lèchent un poteau qui a un goût de menthe, inventent quantité de mots et nagent un 4 fois 100 mètres sur le carrelage de la cuisine. Avec Vindru et Marie-Pierre, la vie est extraordinaire... le matin, le soir et le midi. Et le lendemain aussi !

    Kakunaks au soleil

    Kakunaks au soleil, c’est le récit de Marie-Pierre, Vindru et Jean-Jacques qui vont passer leurs vacances d’été chez Mamie Janieau et Marielle (le chien de Mamie)...    Et là, c’est 160 pages de bonheur qui commencent! Les histoires se passent au marché, dans le train ou dans le jardin, à la plage... des histoires du quotidien où la banalité rivalise avec l’absurdité.    "C'est trop bien les grandes vacances. Surtout le matin, le soir et le midi. Et le lendemain."   Kakunaks au soleil, c’est donc beaucoup d'humour et il y a toujours dans le fond une innocence propre à l'enfance qui est super touchante... on s’émerveille, la belle humeur est à l’honneur, et surtout, on se prend pas la tête et c'est trop bon!!    Bref... Marie-Pierre, Vindru et Jean-Jacques sont des aventuriers de l'ordinaire parfaitement irrésistibles et leurs estivales pérégrinations sont hautement indispensables! [ Éric Veillé : on en veut encore ! ]

    Gaëlle

  • Dans un pays dont on ignore le nom, où se succèdent des dictateurs qui tentent de le moderniser, une soeur et son frère jumeau vivent à la ferme de leurs parents, au milieu des plaines. Marcio travaille aux champs avec le père, un homme violent, tandis que Léonora s'occupe de la maison avec sa mère. Ils ont douze ans à peine et leur complicité semble totale, leurs jeux interdits irrépressibles. Mais un soir, alors que leurs corps se rapprochent doucement dans le fenil, le père surgit et voit se confirmer ce qu'il a toujours suspecté. Tandis qu'un nouveau coup d'État vient de se produire, les parents décident de séparer les jumeaux. Commence alors un combat long et incertain, celui de la réinvention de soi et de la quête obstinée de liberté. Véritable hymne à la désobéissance, Pense aux pierres sous tes pas est également un cri d'espoir. Et d'amour fou.

    Ajouter au panier
    En stock

    Le mot d'Annabelle

    Dans un pays inconnu au milieu d’un coup d’État, Leonora et Marcio s’aiment. Ils sont jumeaux et leurs parents vont essayer de les séparer. Ils feront tout pour se retrouver et s’inventer des règles pour vivre à leur manière. Une fable utopiste, quête d’amour et de liberté qui souffle un petit vent de désobéissance.

    Annabelle

  • Regarde

    Hervé Commère

    Jadis, Mylène a aimé Paco. Ensemble, ils ont fait les quatre cent coups. Jusqu'au braquage raté d'une bijouterie en Espagne, au cours duquel les deux amoureux se sont fait prendre. Mylène n'a jamais revu Paco, poignardé dans sa cellule un soir. Aujourd'hui, Mylène est libre. Elle travaille dans un dépôt-vente en banlieue parisienne, et vit dans une chambre de bonne. Parfois, le temps d'un week-end, elle loue un appartement quelque part, et s'imagine une autre vie.
    Ce week-end pourtant, Mylène ne rêve pas : dans la roulotte qu'elle a louée, tout la ramène à Paco. Les meubles, les objets, il y a même une photo de lui au mur. Cela semble inconcevable, mais on dirait qu'elle est chez lui...
    />

    Ajouter au panier
    En stock

    le mot d'Annabelle

    Entrer dans un roman d'Hervé Commère, c'est comme entrer dans un bon Fred Vargas. L'intrigue est là, prenante et bien menée, mais surtout les personnages sont touchants, attachants, humains. Dans Regarde, Hervé Commère retrouve les personnages de son précédents roman Sauf et on est contents de les retrouver, on est bien avec eux !  Gary, le gitan aux gros bras, Mathieu tout en pudeur et Myléne, étonnante femme riche qui vit dans une minuscule chambre de bonne. On se délecte de notre lecture et on quitte le roman en espérant les retrouver tous bientôt.

    Annabelle

  • Londres, 1850. Le Crystal Palace s'apprête à ouvrir ses portes à la première Exposition universelle : déjà, tout ce que la ville compte d'artistes se bat pour y accrocher ses toiles... Or dans l'atelier de Mme Salter, Iris rêve en silence. Elle qui ne peint encore, pour trois pennies, que des poupées de porcelaine, aspire à bien plus grand. A la fois belle et difforme, la jeune femme brille dans les bas-fonds, comme un diamant dans le brouillard : assez pour attirer l'oeil de deux hommes, l'obsession macabre d'un taxidermiste et l'inspiration d'un peintre préraphaélite - triangle obscur où valseront bientôt l'art, le désir et la mort...

    Ajouter au panier
    En stock

    le mot d'Annabelle

    Coup de cœur pour ce roman qui nous plonge dans le Londres de 1850 alors que l’exposition universelle s’installe. Un groupe de jeunes peintres préraphaélites, une jeune fille qui rêve de peinture et de liberté, un taxidermiste très bizarre… Une galerie de personnages aussi étranges qu’un cabinet de curiosités. Un roman à l’ambiance prenante et intrigante qui plaira à ceux qui ont aimé Miniaturiste.

    Annabelle

  • Inflorescence

    Raluca Antonescu

    Jura, 1911. Une femme se désespère d'être à nouveau enceinte. Pour implorer la fin de sa grossesse, elle se rend au Gouffre du Diable. A partir de ce lieu dont la terrifiante et réelle histoire nous est contée, Raluca Antonescu entrelace quatre générations de femmes qui traversent le siècle. Lorsqu'il y a plus d'une fleur sur une tige, on parle d'inflorescence. Les personnages de ce roman se construisent au sein de leur jardin, chacune à son rythme, en se réappropriant leur vie.
    L'inflorescence se fait l'expression de la transmission muette entre générations, le jardin un lieu-miroir qui n'appartient qu'à soi et permet la reconstruction. Jardin ou gouffre, pépinière en Argentine ou plates-bandes ordonnées d'un lotissement Levitt, pollinisation ou pollution ; l'auteure observe ce perpétuel balancier. Née à Bucarest en 1976, Raluca Antonescu est arrivée en Suisse à l'âge de quatre ans.

  • Les Inséparables est un court roman inédit de Simone de Beauvoir qui évoque son grand amour de jeunesse pour son amie Zaza dont la mort tragique provoquée par les préjugés et les diktats de la société de l'époque, la hantera toute sa vie. Mais bien au-delà, Les Inséparables met en scène l'éducation sexuelle et intellectuelle de deux jeunes filles "rangées" et rebelles dans un monde qui prétend leur interdire de devenir des femmes libres et pensantes pour les cantonner à un rôle d'épouse et de mère au service de la société.
    Ce texte autobiographique évoque avec émotion et lucidité les expériences fondatrices de la révolte et de l'oeuvre de la grande philosophe féministe : son émancipation mouvementée et l'antagonisme fondamental entre les intellectuels et les bien-pensants, qui formeront le socle des Mémoires d'une jeune fille rangée.

  • Un soir de 1935 au Dôme, Alberto Giacometti fût attiré par la beauté d'une femme longue et mince. Elle lui faisait face quand il entra dans le café. Elle avait levé la tête, peut-être parce qu'elle s'était sentie regardée. Elle revint les jours suivants. Lui la regardait comme il l'avait regardée le premier soir, intensément et à distance. Il se passa une semaine avant qu'il osât l'aborder.
    À Genève pendant la guerre, le souvenir d'Isabel hante Giacometti. Ce récit raconte l'invention dans une chambre d'hôtel transformée en atelier de la Figurine sur socle, un plâtre de trois centimètres. « La figure c'est vous » lui écrit-il en 1945. Elle m'a dès que je l'ai vue attirée dans son espace, transportée sur une scène où j'étais la chambre, le sculpteur et l'apparition. L'étendue et la figure. Rien n'eut été possible sans la découverte de photographies d'Alberto Giacometti modelant à l'hôtel de Rives : douze clichés d'Éli Lotar. Je n'ai pas écrit avec ces vues sous les yeux, mais avec leur souvenir, liant l'espace de la chambre à des paysages souvent évoqués dans les Écrits, des lieux où, quand le jour se lève, l'écart entre les êtres, entre les choses, grandit.
    Anne Maure

  • Nuit étoilée

    Jimmy Liao

    • Hongfei
    • 20 Août 2020

    Une jeune fille esseulée (incomprise de ses parents qui s'entendent mal, attristée par la perte récente de son grand-père), se lie d'amitié avec un garçon solitaire et sensible nouveau venu dans sa classe.
    Le harcèlement de leurs camarades les rapproche tandis que la brutalité de la vie citadine les pousse à la fugue.
    Leur périple les emmène jusqu'à la maison de grandpère située en montagne, au coeur d'une forêt profonde, lieu propice à profiter de nuits étoilées, aussi belles que celles peintes par Van Gogh. Au retour de leur escapade, alors que la jeune fille tombe malade, le garçon déménage... Elle ne le reverra pas. Mais désormais, la vie est comme plus légère, la route moins dangereuse.
    La magie de l'émancipation et de l'expérience a opéré.

    #FandeJimmyLiao !

    C’est l’histoire d’une jeune fille très seule. Dans sa famille, elle ne dit rien de son mal-être ni du harcèlement qu’elle subit à l’école. Et quand son grand-père meurt, elle garde sa peine pour elle. Arrive alors un garçon dans sa classe. Quand elle surprend des élèves en train de le frapper, elle trouve le courage de le défendre ! Après cela, ils deviennent inséparables. C’est comme s’il s’était créé autour des deux ados une bulle de protection qui va les aider à traverser des mois difficiles. Durant cet été-là, tout va changer pour nos deux héros. Ainsi, Nuit étoilée met en scène une rencontre salvatrice suivie d’un court voyage libérateur. Devenue adulte, l’héroïne se souviendra encore et encore de cet été qui a marqué un tournant dans sa vie. À noter, ce nouvel album de Jimmy Liao – injustement méconnu en France ! – rend hommage à l’art en général et à Magritte et Van Gogh en particulier.   --- Chronique de Gaëlle Farre, pour le numéro 203 du magazine Page des libraires. [ EDIT du 15 mars 2021 : Nuit étoilée a reçu le Prix Sorcières dans la catégorie Carrément beau Maxi! Bravo à Jimmy Liao! ]

    Gaëlle

  • Toi aussi, tu comptes

    Christian Robinson

    • Helium
    • 3 Février 2021

    En écho au mouvement Black Lives Matter, un album poétique aux illustrations puissantes, sur l'interdépendance entre les êtres et le respect des différences : que tu sois petit ou grand, le premier ou le dernier, toi aussi, tu comptes!

  • Yahho Japon !

    Eva Offredo

    Tsuyu vit à côté d'un champ de sarrasin, Chawan a toujours aimé les bols, Wan Wan est une petite fille de samouraï, Shikiri aimait bien les bagarres avec son petit frère, Kodomo vit avec très peu de choses... Avec Uchimizu, Moso et Higasa, ces 8 femmes japonaises nous parlent simplement de leurs passions et de leurs vies. Elles nous racontent leur parcours, leur enfance, leur lieu de vie ainsi que le métier qu'elles ont choisi.
    Des métiers méconnus et riches de traditions en lien avec la gastronomie, l'artisanat populaire, la science, la poésie, la santé, le sport ou encore l'art contemporain. Les illustrations invitent au voyage et des petits détails apparaissent à chaque lecture de ces histoires qui nous montrent que l'extraordinaire n'est pas loin, à la portée de toutes et de tous. Un album BD et documentaire qui parle de l'importance d'être soi-même, de croire en ses goûts, d'écouter son intuition et d'aller de l'avant.

  • La tentation

    Luc Lang

    « La température négative a figé le paysage dans un silence glacé, une apnée, un cristal où les oiseaux ne savent où se poser, une nature qui les piège en silhouettes de givre et de viande congelée. » François, chirurgien, aime la chasse et, même s'il ne se l'avoue pas, le pouvoir de tuer. Sur le point d'abattre un cerf, il hésite et manque son coup. D'où vient cette indécision ? De sa famille qui lui échappe ? Quand ses enfants le rejoignent au chalet, il ne sait quoi leur transmettre. Une passion, des biens, mais en veulent-ils seulement ? Son fils, banquier, a l'avidité du fauve. Sa fille, amoureuse éperdue, n'est plus qu'une bête traquée. Ce sont désormais des adultes à l'instinct assassin. Qui trahira qui ?
    Dans cette histoire familiale de la violence, le héros croit encore à la pureté. Ce roman raconte superbement sa chute et sa rédemption.

    Ajouter au panier
    En stock

    le mot d'Annabelle

    Un roman très fort, subtil et très bien écrit. Un auteur à découvrir absolument !

    Annabelle

  • Personne ne connaît vraiment Vanda, cette fille un peu paumée qui vit seule avec son fils Noé dans un cabanon au bord de l'eau, en marge de la ville. Une dizaine d'années plus tôt elle se rêvait artiste, mais elle est devenue femme de ménage en hôpital psychiatrique. Entre Vanda et son gamin de six ans, qu'elle protège comme une louve, couve un amour fou qui exclut tout compromis. Alors quand Simon, le père de l'enfant, fait soudain irruption dans leur vie après sept ans d'absence, l'univers instable que Vanda s'est construit vacille. Et la rage qu'elle retient menace d'exploser.
    Grand prix de littérature policière pour L'Été circulaire, Marion Brunet déploie tout son talent dans cette magnifique tragédie contemporaine qui mêle la violence sociale à la grâce d'une écriture sensible et poétique. Un poignant portrait de femme et de mère où l'intime rencontre la brutalité de notre société.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Par les routes

    Sylvain Prudhomme

    « Le monde se divise en deux catégories. Ceux qui partent. Et ceux qui restent. » La quarantaine, écrivain, Sacha quitte Paris pour le calme d'une petite ville du Sud. À peine installé, il retrouve son ami de jeunesse. Celui qu'il a toujours appelé l'autostoppeur vit désormais avec Marie et leur fils, habitués à ses disparitions et ses retours inopinés. Mais l'arrivée de Sacha bouleverse cet équilibre familial.
    Entre Sacha et Marie, les liens se resserrent. Que vaut la liberté face à l'amitié et à l'amour ?

    Ajouter au panier
    En stock
  • Scarlett et Novak

    Alain Damasio

    • Rageot
    • 3 Mars 2021

    Novak court. Il est poursuivi et fuit pour sauver sa peau. Heureusement, il a Scarlett avec lui. Scarlett, l'intelligence artificielle de son brightphone. Celle qui connaît toute sa vie, tous ses secrets, qui le guide dans la ville, collecte chaque donnée, chaque information qui le concerne. Celle qui répond autant à ses demandes qu'aux battements de son coeur. Scarlett seule peut le mettre en sécurité. A moins que... Et si c'était elle, précisément, que pourchassaient ses deux assaillants ?

    Ajouter au panier
    En stock

    La première nouvelle de Alain Damasio pour la jeunesse vient de sortir !

    De l'histoire, je ne dirai rien d'autre que cela : Novak est poursuivi mais heureusement, il a Scarlett, une intelligence artificielle, avec lui.  Heureusement? Vraiment?? Dans cette nouvelle aussi courte qu'intense, Alain Damasio propose une scène que l'on pourrait tous vivre dans un avenir plus ou moins lointain. En effet, l'aventure (ou plutôt la mésaventure !) que vit Novak pose notamment la question de notre dépendance aux nouvelles technologies...   Scarlett et Novak est une dystopie technologique littéraire qui se lit d'une traite (et le souffle court!) que j'ai adorée. La chute de la nouvelle permet de nombreux questionnements et ce, que l'on soit ado. ou adulte... Scarlett et Novak est à conseiller plus que largement autour de soi, dès l'adolescence et sans limite d'âge ensuite!

    Gaëlle

  • Le premier volet d'une série phénoménale signée Benoît Minville et dessinée par Ced, sur deux soeurs absolument irrésistibles !

    « Moi c'est Nola, bientôt 9 ans, surnommée « Punkette » parce qu'il paraît que j'écoute pas toujours et que j'aime l'ironie. Ma soeur Vinca, bientôt 7 ans, c'est « Poupoune » : elle est mignonne, elle a mauvais caractère, elle est drôle sans le faire exprès et elle parle à ses doudous. Toutes les deux, on s'entend bien, même si des fois on se discute. Des soeurs, quoi... Le samedi, Maman travaille et c'est Papa qui nous garde.. Pour nous, rien que de jouer dans notre chambre, ça prend des allures de quête. Alors quand en plus on utilise notre super-pouvoir, tout devient foufou... »

    Alerte *trop bonne lecture*!

    Prenez 2 fillettes, Vinca, ou "Poupoune", 7 ans et Nola ou "Punkette", 9 ans... Rajoutez des "discussions" (il faut comprendre "disputes") ; un peu de metal (la musique, oui!) et saupoudrez de "maladroitesse" (le mot parle de lui-même!) et vous obtenez ce super-trop-bon nouveau volume de la collection Pépix!   Extrait : Parfois, avoir une Poupoune comme petite soeur, c'est pas facile : elle comprend pas tout et s'agace vite. Mais parfois aussi, c'est la meilleure chose au monde.   Punkette et Poupoune sont au coeur de cette comédie familiale franchement géniale que j'ai adorée! C'est plein de bonne humeur, ça file trop la pêche... Benoît Minville : merci pour ce trop bon moment de lecture! Les dessins de Ced sont au diapason du ton de l'auteur et sont tour à tour drôles / mignons / musicaux et toujours dynamiques... A l'image des personnages de ce roman que l'on dévore d'une traite! Une belle nouvelle bonus pour terminer? Le tome 2 est prévu pour 2022, yes! [ A conseiller très très largement dès 8-9 ans! ]

    Gaëlle

  • Madga est une souris minuscule. Elle est née ainsi, minuscule et mignonne. Sur la pointe des pattes et le museau en l'air, elle n'est pas plus haute qu'une graine de chicorée.
    - Pour grandir, il faut laisser passer du temps, dit Maman. Et puis dormir aussi, et rêver...

    Quand est-ce qu'on est grand ?

    Dans Magda - La souris minuscule, Karen Hottois dit la très grande et même l'immense impatience d'une souricette de grandir et combien il est contrariant de dormir et de patienter et d'attendre que le temps ait pris son temps... Voilà un album petit format trop chou qui dit que grandir est enthousiasmant et que prendre son temps est tout aussi important! Le propos tout en délicatesse de l’autrice se retrouve dans les douces illustrations de Anaïs Massini... j’aime!

    Gaëlle

  • Au XXIe siècle, les règles sont toujours l'une des plus grandes discriminations sexistes.
    C'est beau le rouge s'inscrit dans une volonté de briser le tabou des règles porté par un réveil des mentalités et une libération de la parole.
    Ce livre s'inspire de conversations personnelles et d'observations faites par l'autrice et présentées dans un style humoristique, pragmatique et poétique.
    Un ouvrage pour informer sur les menstruations, mais aussi pour encourager les filles à gérer leurs règles de manière plus positive et sans gêne - plus que cela, à être fières de leur corps !

    Les règles, on en parle ??

    Lucia Zamolo parle de ce sujet encore tellement tabou en 2021 avec un naturel que j’ai trouvé vivifiant ! Elle démonte les clichés et les idées reçues qui sévissent encore autour des règles de manière simple et décomplexée. [ Mention spéciale au chapitre du sottisier qui recense les croyances dingues qui ont traversé les siècles ! ] Rajoutons à cela que Lucia Zamolo est une illustratrice accomplie et que ses dessins accompagnent parfaitement son propos. Bref… Ce livre illustré est à conseiller très largement dès 10 ans pour que les tabous autour du sujet n’aient plus de place !

    Gaëlle

  • Elfie et Magda vivent depuis la mort de leur mère chez une tante acariâtre. Mais un jour leur soeur aînée revient de Londres : elle a transformé un bus anglais en librairie ambulante pour aller de village en village. Une nouvelle vie commence ! Leur première étape les amène dans une île bretonne où de vieilles rancoeurs secouent la population, pour un mystérieux timbre perdu. Mais surtout, Elfie découvre qu'elle a hérité des talents de sorcière de sa mère, et d'un grimoire qu'elle doit nourrir de ses écrits. Entre le Club des cinq et Kiki la Petite sorcière, un récit tendre et aventureux, plein de mystères et du charme des petites choses du quotidien, une histoire envoûtante tant pour les plus jeunes que leurs parents.

    Le mot de Claire

    Coup de coeur général de l'équipe à Maupetit! Elfie et ses deux soeurs vivent dans un bus à étage transformé en librairie itinérante. La jeune fille a hérité de sa mère un grimoire vierge dont les pouvoirs se matérialisent lorsqu'elle écrit dedans... Des héroïnes attachantes, une pincée de magie et une bonne dose d'humanité sont les ingrédients de cette nouvelle recette à succès!

  • * Bingo Truffinette! *

    Ahhh, les aventures de Cookie sont irrésistibles!! C'est un chien qui se prend de temps en temps pour un ours (!) et il trouve que sa vie est géniale. Mais elle l'est aussi quand il décide d'être un canard, ahah! Il aime bien ranger ses rêves en "désordre alphabétique" et surtout-surtout, il veut changer le monde... Bingo Truffinette! : en voilà une mission, mais à chien-ours-canard, rien d'impossible, n'est-ce pas?! Ce volume fort original est à conseiller très largement en lecture à voix haute (dès 5-6 ans) ou en lecture seul (dès 7 ans), vous craquerez aussi, j'en suis sûre!

    Gaëlle

  • Par la talentueuse Seng Soun Ratanavanh, un imagier pour accompagner l'heure du bain et apprendre à nommer toutes les parties du corps, sans fausse pudeur. À son habitude, Seng Soun Ratanavanh compose des illustrations délicates, peuplées d'adorables enfants et de tendres personnages facétieux qui montrent comment exécuter les gestes de la toilette.
    Et, cerise sur le gâteau, bulle sur la mousse, une jaquette américaine fera un ravissant poster pense-bête !
    L'apprentissage de la toilette constitue un cap important dans le développement du tout-petit et son chemin vers l'autonomie en même temps qu'une occasion d'élargir son vocabulaire. Car ce rituel quotidien est un moment ludique et un temps de partage avec ses parents où, souvent, sous forme de jeu de reconnaissance, l'enfant s'amuse à identifier chaque petit coin du corps.
    Un guide indispensable pour se familiariser avec l'un des premiers apprentissages et rituels, et un manuel si joli que la toilette deviendra un vrai plaisir, même pour les lecteurs les plus rétifs au savon !

    Objectif : être propre comme un sou neuf!

    Seng Soun Ratanavanh signe là un sublime petit précis pour bien se laver! Les différentes parties du corps sont nommées et réprésentées, cet album est délicat, tendre, enfantin... c'est un plaisir que de tourner ses pages! Bonus : la jaquette du livre se transforme en joli poster - imagier!

    Gaëlle

  • L'histoire touchante d'une amitié entre une ourse et un garçon que tout oppose au premier abord : un animal sauvage d'un côté et le fils d'un bûcheron de l'autre. Une fois la peur passée et un bon goûter avalé, les deux compagnons réalisent vite qu'ils ne sont pas si différents. Mais que faire si le père de l'enfant les aperçoit ?

    La Vieille Ourse

    Ourse est affamée. Sven, le fils du bûcheron, va lui permettre de se sustenter. Et le père de Sven, qu’a-t-il fait ? Discrètement, il a surveillé, mais il n’a rien empêché. Il a même aidé cette belle amitié à se concrétiser… Le bûcheron, les mains abîmées et le cœur caché, n’a que faire d’une peau d’ourse, d’un trophée ou d’une renommée. Il veille sur son enfant et ses amis, quels qu’ils soient. Ahhh, cette phrase ! L’album est superbement illustré par Mélodie Baschet. On aimerait se transposer dans la dernière double-page tant elle est émouvante… 

    Gaëlle

  • La deuxième femme

    Louise Mey

    Sandrine ne s'aime pas. Elle trouve son corps trop gros, son visage trop fade. Mais plus rien de cela ne compte le jour où elle rencontre son homme. Récemment endeuillé par la disparition de sa femme, il lui fait une place, dans sa vie, dans sa maison, auprès de son fils.
    Discrète, aimante, reconnaissante, Sandrine se glisse dans cette absence, fait de son mieux pour que le bonheur renaisse au sein de cette famille. La sienne désormais.
    Jusqu'au jour où la première femme réapparaît.

    Ajouter au panier
    En stock

    Le mot d'Annabelle

    Un thriller addictif sur les violences physiques et psychologiques dans le couple .

    Annabelle

  • Les parents de Violette sont morts. Elle ne peut pas habiter toute seule, elle n'est qu'en CM1. L'assistante sociale qui s'occupe d'elle lui a dit que maintenant elle irait habiter chez son oncle, le frère de sa mère. Elle ne l'a pas vu depuis six ou sept ans mais elle s'en souvient très bien : il était vieux, gros et il puait. Quand elle arrive à Versailles, elle découvre que Régis-le-puant n'a pas changé et que sa maison est aussi horrible que lui. Violette est sûre d'une chose : elle ne peut pas vivre ici.

    La vie de château

    Depuis que Violette est pupille de la nation, elle vit chez Régis, un oncle qu'elle n'a pas vu depuis des années et dont elle a gardé un bien méchant souvenir. Ca va prendre quelques semaines mais ces deux-là vont s'apprivoiser à leur manière. En effet, leurs fragilités vont se trouver bien des points communs au fil des jours. Ce roman est une réussite. Violette et Régis sont tellement attachants qu'on aimerait les connaître!

    Gaëlle

  • Nos deux amis se préparent pour l'hiver. Maou se met en tête de tricoter elle-même une écharpe pour Monsieur Poussin. Elle tricote, elle tricote encore... et encore... Quand s'arrêtera-t-elle ? Car l'écharpe ne cesse de s'allonger et le cou de Monsieur Poussin n'est pas si gros !

    Ajouter au panier
    En stock

    Maou, elle est chou!

    Afin qu'il soit bien protégé du froid, Maou tricote-tricote-tricote pour son ami Monsieur Poussin. Mais à force de tricoter encore et encore et de ne pas s'arrêter, l'écharpe colorée mesure des mètres et des mètres... Qu'à cela ne tienne, l'écharpe ne sera finalement pas pour notre minuscule poussin et Maou va lui trouver une utilisation parfaitement bienvenue et originale! (une utilisation que je ne révèlerai pas ici, il faudra lire pour découvrir !) Il y a une 2ème histoire dans ce court volume trop irrésistible, une histoire de patience et de p'tites graines cette fois-ci... Vive Maou, elle est * v r a i m e n t * trop chou!

    Gaëlle

  • Une vieille femme arpente les rues d'une mégapole où les hommes se goinfrent sans vergogne et maltraitent le vivant. Elle constate, s'alarme, et se fâche. Sa vengeance sera terrible...

    Marie Pavlenko, Sophie Adriansen, Marie Alhinho, Coline Pierré, Cindy Van Wilder et Flore Vesco sont six autrices phares de la littérature jeunesse contemporaine. Chacune à tour de rôle explore la façon dont Dame Nature laissera libre cours à sa colère.

    Jusqu'où ira sa fureur ?

    Et saura-t-elle finalement pardonner les êtres humains ?

    Elle est le vent furieux

    Les humains ont négligé la Terre, les animaux et Dame Nature. Ils les ont même tant malmenés qu'ils sont en colère.... Et ils vont nous le faire savoir, à nous, les humains, de diverses manières. Marie Pavlenko est à l'origine de ce recueil de nouvelles. Elle signe la nouvelle d'ouverture, Qui sème le vent - Colère. Six nouvelles et six autrices prennent ensuite chacune à leur tour leur place dans le recueil : Sophie Adriansen, Marie Alhinho, Marie Pavlenko à nouveau, Coline Pierré, Cindy Van Wilder et Flore Vesco. Marie Pavlenko revient en fin de volume avec Qui sème le vent - Espoir. Ce recueil de nouvelles, il est : - militant et engagé ; - percutant et incisif ; - il est littérairement parlant très varié : la multiplicité des tons et des styles est bien là, il y en a pour tous les goûts! Du vers libre (Marie Alhinho) ; de l'anticipation (Cindy Van Wilder); un exercice de style étonnant (Flore Vesco) ; la poésie de Coline Pierré... - il est écologique ! Il est imprimé à l'encre végétale sur du papier recyclé et la couverture (avec un dessin que je trouve sublime) n'a pas de pelliculage plastique! Enfin, il est porteur d'un message clair : la Terre ne va pas bien. MAIS il est aussi porteur d'espoir... il n'est peut-être pas trop tard? A conseiller très largement dès 13 ans!

    Gaëlle

  • Que peut-on bien faire au court d'une journée parfaite ? Jouer, s'émerveiller, se régaler, imaginer, aimer, travailler, se reposer... Une journée comme les autres et pourtant si singulière. Un hommage à l'art de prendre son temps et de profiter de chaque instant.

    Journée parfaite

    "De l'aube claire à la nuit bleue, chaque instant sur Terre est précieux." Cet album cartonné, il est tout en pointillés, tout en simplicité... Et franchement, mais quelle beauté!

    Gaëlle

  • Dans ce grand album ludique et foisonnant, les personnages se révoltent contre les choix de l'auteure et de l'illustratrice : pas facile de contenter tout le monde !

    Prêt à adopter un flamant rose ??

    Dans ce livre, il y a une autrice, une illustratrice et une éditrice qui proposent tout un tas de flamants roses mais comme ça manque d'un peu de diversité, se rajoutent un corbeau, un poulpe, un éléphant, un chaperon rouge, un renard, etc. Ils discutent entre eux et il est notamment question de soupe de champignons de Paris, le yack se plaint de sa frange et il doit aller chez le coiffeur et d'autres ont envie de jouer à saute-moutons... En filigrane, il y a plusieurs décors qui se succèdent : la plage, la banquise, la forêt... mais aucun ne satisfait tout le monde! Et voilà que l'éditrice prévient que c'est bientôt la fin du livre... alors ni une ni deux, le trio autrice – illustratrice – éditrice livre à ses lecteurs des personnages (à decouper) et des décors : le lecteur peut alors prendre le relais et I N V E N T E R *son* histoire ! Gros coup de coeur pour cet album bien drôle qui ne permet rien moins que de prendre les rênes de la composition littéraire!

    Gaëlle

  • D'habitude Piouh n'a peur de rien. Mais quand il a peur c'est comme s'il avait peur de tout. Le noir silencieux / Le noir bruyant / Les respirations silencieuses / Les respirations étranges / L'ombre de Gisèle / L'ombre de l'armoire /L'ombre de lui-même / L'ombre de la mouche / Les mouches / Les mouches qui ressemblent à des guêpes / Les guêpes / Les piqûres de guêpes / Les morsures de tigre...
    Et bien sûr en premier, Piouh a peur du Crocky ! Car selon la légende, le Crocky aime remplir sa grotte intérieure de son pêché-mignon : le ragoût d'oiseau rond tout jaune à la sauce de grenouille péteuse accompagné de friture d'ailes de coccinelle...
    Alors, quand un Crocky pénètre dans le grand bois, c'est la panique. Le super secret n°27 de Papipiouh fonctionnera-t-il ? Et si, au fond, Piouh et Crocky n'étaient pas si différents qu'ils n'en ont l'air, et que l'arrivée de Crocky était une chance pour les habitants du grand bois ?

    Préparez-vous à frémir, à bondir et peut-être même à rugir...

    ... Crocky est là ! Crocky, c'est un grand personnage tout bleu et tout en rondeur qui pétrifie notre ami Piouh. Et Piouh, c'est le poussin lumineux que l'on avait rencontré dans l'album du même nom en 2018. Ici, Piouh va affronter ses craintes et découvrir avec étonnement que celui qui l'effraie depuis longtemps, Crocky, ne dévore personne si ce n'est la vie. Ainsi, dans Crocky, Piouh va gagner un nouvel ami ! Quel bonheur de retrouver Piouh et ses compagnons Coxy et Guernoule ! À travers des personnages franchement craquants, Estelle Billon-Spagnol aborde tout en finesse la peur de l'autre, les préjugés et l'amitié qui peut surgir de manière inattendue. Pour finir, je me permets d'utiliser la pétillante déclinaison des lettres "ISBN" de l'autrice : Crocky vous procurera une ”Incroyable Sensation de Bonheur Naturel", foi de libraire ! --- Chronique de Gaëlle Farre, pour le numéro 206 du magazine Page des libraires.

    Gaëlle

  • Deux ados blessés s'apprivoisent. Un roman de résilience lumineux et profond qui fait du bien. Mélodie et Jean-Baptiste ont 17 ans. Lui, surdoué, passionné par les oiseaux, vit dans une famille nombreuse, catholique pratiquante, qui commence à lui peser. Elle cohabite avec sa mère et tente de se remettre d'une relation amoureuse traumatisante. Sous l'ombre des grands arbres du mont Royal, à Montréal, ils se con?ent peu à peu leurs dif?cultés, leurs révoltes et leurs passions...

    Le Printemps des oiseaux rares

    Mélodie et Jean-Baptiste ont 17 ans et habitent Montréal. Mélodie a vécu un traumatisme amoureux et se mésestime beaucoup depuis. Jean-Baptiste est quant à lui pétri de solitude et de maladresse. Hypersensible et passionné d'éthologie, il est étouffé par une éducation religieuse envahissante. Leurs sensibilités vont entrer en contact et leur besoin immense d'être compris par quelqu'un de l'autre sexe sera possible grâce à leur amitié. Le Printemps des oiseaux rares est un roman choral formidable avec une rencontre salvatrice entre deux êtres qui portent chacun une douleur et une difficulté d'être au monde. Autant de points communs qui se font écho dès qu'ils se côtoient. Dans ce roman, il est aussi question d'amitié et de la première fois sexuelle, de la famille et de la religion. Dominique Demers signe un superbe texte tout en pudeur et je lui souhaite la même reconnaissance que celle reçue outre-Atlantique ! --- Chronique de Gaëlle Farre, pour le numéro 206 du magazine Page des libraires.

    Gaëlle

  • « Je ne vois pas pourquoi l'amour entre une mère et un fils ne serait pas exactement comme les autres amours. Pourquoi on ne pourrait pas cesser de s'aimer. Pourquoi on ne pourrait pas rompre. Je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas s'en foutre, une fois pour toutes, de l'amour. » Constance Debré poursuit sa quête entamée avec Play Boy, celle du sens, de la vie juste, de la vie bonne. Après la question de l'identité se pose celle de l'autre et de l'amour sous toutes ses formes, de l'amour maternel aux variations amoureuses. Pour être libre, faut-il accueillir tout ce qui nous arrive ? Faut-il tout embrasser, jusqu'à nos propres défaites ? Peut-on renverser le chagrin?

    Ajouter au panier
    En stock
  • La vie d'Émilienne, c'est le Paradis. Cette ferme isolée, au bout d'un chemin sinueux. C'est là qu'elle élève seule, avec pour uniques ressources son courage et sa terre, ses deux petits-enfants, Blanche et Gabriel. Les saisons se suivent, ils grandissent. Jusqu'à ce que l'adolescence arrive et, avec elle, le premier amour de Blanche, celui qui dévaste tout sur son passage. Il s'appelle Alexandre. Leur couple se forge. Mais la passion que Blanche voue au Paradis la domine tout entière, quand Alexandre, dévoré par son ambition, veut partir en ville, réussir. Alors leurs mondes se déchirent. Et vient la vengeance.
    Une bête au Paradis est l'histoire d'une lignée de femmes possédées par leur terre. Un huis clos fiévreux hanté par la folie, le désir et la liberté.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Quitter psagot

    Berg Yonatan

    "Je me souviens qu'enfant, j'avais envie de m'asseoir à côté des ouvriers palestiniens, d'arracher des morceaux de pain avec eux, de boire leur café turc dans les tasses minuscules qu'ils utilisaient. Je ne l'ai jamais fait. " En revenant sur son enfance et son adolescence à Psagot, colonie juive de Cisjordanie peuplée de Juifs pratiquants, Yonatan Berg nous fait pénétrer dans un lieu peu visité, à la fois protecteur et angoissant, bucolique et violent, ouvert et fermé, souvent nourri par la peur.
    Yonatan Berg ne s'est pas toujours senti à l'aise dans ce milieu. Après le service militaire et la découverte de terres lointaines, il prend la décision de quitter Psagot. Ce ne sera pas sans déchirement.

    Et si on lisait ...

    En refaisant le chemin de son enfance à ses années de formation, le service militaire, puis les voyages, Yonatan Berg décrit sans détours une société divisée en son sein et par l’existence même de ces implantations qui exacerbent les tensions entre les communautés. "Enfant, je me souviens d’avoir vécu dans la peur de ceux qui nous entouraient, je me sentais de plus en plus vulnérable. L’exterritorialité l’enfance pousse, presque toujours, à défier les limites afin de réveiller la peur refoulée, c’est le seul moyen d’avoir prise sur l’angoisse." Le regard s’affine, les préjugés tombent ; son esprit s’ouvre, accueille. "Nous voulions nous balader dans Ramallah et comprendre cette ville, nous voulions nous asseoir à côté de ses habitants et les observer, oui, même si la chose paraît inconcevable, nous voulions nous asseoir parmi eux." Yonatan Berg ne cesse de nous montrer ce climat d’incompréhension, d’agitation inexpliquée, de réaction à la réaction […] de confrontation avec la violence extrême, de solitude et d’effacement de soi. (175) "Quitter Psagot" est le fruit d’une prise de conscience, une maturité conquise, un désir d’être autrement, et refuser d’appartenir à une communauté qui exploite et ignore les Palestiniens et ce qu’ils sont, leur vie, leur langue, leur culture. (209) Un récit que l’on ne laisse pas de côté avant d’arriver à la fin. Un témoignage fort et important, sans faux-semblant…

    Damien

  • Une chambre d'hôpital. Dans le lit, un garçon. À côté, une fille, qui attend qu'il se réveille. Au travers du coma de Roméo, son histoire : pourquoi, comment, la vie l'a-t-elle amené là ?

    Un garçon c’est presque rien

    Roméo a 16 ans. Il est sensible, il n'est pas sportif, il a du respect pour le genre féminin et il défend ce en quoi il croit, le respect de la personne. Dans Un garçon c'est presque rien, c’est lui qui nous parle, c'est lui que l'on lit et que l'on suit. . Je suis un garçon sensible Ma mère dirait mauviette, mon père dirait fragile Je ne suis que sensible, Sensiblement différent  . Il va prendre la défense de Justine, victime de harcèlement au lycée. Et le fait est que Roméo va faire les frais de cela mais jamais il ne dévie de son ”éthique”, il ne suit pas le mouvement et il ne cède pas aux injonctions à la masculinité de notre société... Après un premier roman remarqué en littérature (Éparse, chez JC Lattès), Lisa Balavoine livre ici un roman en vers fort ; poignant et touchant sur un jeune homme différent et c’est terriblement addictif. Une fois commencé, croyez-moi, vous ne pourrez pas le lâcher!

    Gaëlle

  • Plein gris

    Marion Brunet

    Lorsque Élise et Victor découvrent le corps de Clarence, noyé près de la coque de leur voilier, Emma comprend que leur croisière a définitivement viré au cauchemar. Avec la disparition de son leader charismatique, ce sont tous les secrets de la bande qui remontent à la surface, les rancoeurs et les lâchetés qui régissent toujours un groupe. Et quand une tempête terrifiante s'annonce, les émotions et les angoisses se cristallisent dans une atmosphère implacable...

    Après le succès de Sans foi ni loi, acclamé par la critique et Pépite d'or du Salon du livre jeunesse à Montreuil, Marion Brunet revient avec un huis clos haletant où se mêlent l'intime et les peurs qui sommeillent en chacun de nous.

    Plein Gris

    Au départ, ils sont 5 sur le voilier. Et très vite, ils ne se retrouvent plus que 4. Mais que s’est-il passé pour Clarence, retrouvé noyé près de la coque du voilier ?? Voilà en substance le contenu du premier chapitre d’un roman glaçant qui en compte 29 en tout. Marion Brunet va ensuite remonter le fil du temps et aller aux sources d’une amitié forte mais qui n’est pas exempte de rancœurs et de non-dits, revenir au temps présent… Dans Plein Gris, les lames cinglantes de la mer vous malmèneront peut-être un peu mais une fois commencé, vous ne pourrez pas lâcher ce huis-clos haletant de Marion Brunet… c’est très t r è s bon !

    Gaëlle

  • Dans la pharmacie de l'oncle Léon et de la tante Lucienne, chaque nuit, des médicaments disparaissent. Alors que le couple remue ciel et terre pour retrouver les coupables, Jeanne, elle, s'inquiète de la santé des voleurs. Soucieuse de prendre les agents de police de vitesse, elle décide de mener sa propre enquête ! Commence alors une course contre la montre dans laquelle, d'indice en indice, la jeune fille arpentera les catacombes et le quartier des artistes, fera la connaissance de Kiki de Montparnasse et se liera d'amitié avec une bande d'enfants des rues...

    Jeanne Loiseau

    De menus larcins sont commis dans la pharmacie de l’oncle Léon et de la tante Lucienne et Jeanne va enquêter ! Jeanne, c’est une jeune féministe en herbe de 13 ans, vive et passionnée de sciences qui rêve de devenir médecin – comme son père. A travers le personnage de Jeanne, Carole Trébor propose une véritable immersion dans la France des années 1920, on va côtoyer nous aussi Kiki de Montparnasse et Jacques Prévert, on s’y croirait vraiment ! Mention spéciale aux illustrations de Carole Maurel qui sont tout bonnement superbes !

    Gaëlle

  • Ben est le meilleur ami de Théo. Théo est le meilleur ami de Ben. Ils passent des heures à jouer tous les deux sur la colline.
    Mais, un jour, Sam les rejoint...
    Est-on toujours aussi copains quand on est trois ?
    Un livre tout-carton adapté aux petites mains.
    Un nouveau titre illustré par Benji Davies, l'auteur-illustrateur de "L'Enfant et la Baleine".

  • Un journaliste, Halim Bensadek, décide de se suicider en se jetant du haut d'un immeuble de la banlieue d'Alger. Son geste implique toute une population marginalisée, privée de repères et d'espoir.

    Et si on lisait ...

    Décidé à en finir, Halim Bensadek se jette du haut d’un immeuble de quinze étages… Quelques secondes pendant lesquelles l’homme s’interroge, revoit les épisodes importants de sa vie, regarde autour de lui, scrute, raconte. Une succession de scènes étonnamment drôles décrivant une société miséreuse et marginalisée que l’auteur « restitue en peu de pages, parfois crûment, en bravant avec humour les interdits religieux et sexuels ». Un délicieux texte à savourer car rien ne se passe comme prévu dans la vie…

    Damien

  • Cet essai s'intéresse à une conjoncture remarquable dans les lettres contemporaines, l'affirmation d'une nouvelle province qui possède désormais son appellation propre : le récit de filiation. Il s'agit du récit des fils et des filles à propos de leurs ascendants, écrit notamment à des fins de compréhension de l'autre et de soi-même. Le genre qui a déjà ses classiques (Michon, Bergounioux, Ernaux, Cixous, entre autres) est illustré par de nombreux écrivains d'aujourd'hui, grands auteurs comme « minores ».
    Le propos de cet essai est de prendre l'exacte mesure de ce domaine vivant. Sur la base d'un vaste corpus (Ph.
    Forest, Le Clézio, A. Chédid, S. Doubrovsky, P. Chamoiseau, G. Aubry, etc.) on élabore une poétique du genre en précisant sa définition et en s'attachant à l'intention, poétique et éthique, de ces récits. On cherche également à en dégager les traits saillants. Parmi ceux-ci on prête une attention particulière à l'articulation dans une même oeuvre de deux ou plusieurs vies, de deux ou plusieurs sujets qui se répondent. D'où le titre donné à cet essai «Et moi avec eux»

    Et si on lisait ...

    L'essai de Guy Larroux « élabore une poétique du genre […] en s’attachant à l’intention poétique et éthique » de ce « récit de l’autre – le père, la mère ou tel aïeul – [qui] est le détour nécessaire pour parvenir à soi, pour se comprendre dans cet héritage. » Un essai incontournable ! C’est en lisant cet ouvrage que l’envie quasi irrépressible est venue de lire celui de Jean-Michel Delacomptée. Le récit tendre de « l’inexprimable bonheur de l’enfance » se met en place à la faveur d’une photographie (re)découverte du père et de son fils. Un magnifique témoignage sur la figure du père, sur le temps passé et les êtres disparus. Et l’écriture… « On n’écrit pas pour soi, mais pour les autres. Pour les morts qui subsistent en nous, et pour les vivants qui nous lisent. […] Les livres, comme le font les poèmes, dressent des tombeaux. Ils ne recouvrent pas de marbre les morts, Ils les revêtent d’une douce ferveur. » Un texte d’une beauté magnifique.

    Damien

  • «L'inexprimable bonheur de l'enfance, celle-ci sublimée peut-être, avec l'immense bonté qu'eurent mes parents pour moi, c'est ce bonheur trop lourd à surmonter dans le souvenir laissé qui, par les trouées du temps pour peu que je m'y plonge, me sert de patrie. L'apaisement des sanglots rend l'ancienne douceur. Elle allège le sentiment d'exil éprouvé, comme en pension autrefois, quoique d'un poids beaucoup moins grave, et par intermittence. Elle renaît pour quelques instants, cette douceur dont on sanglote, épanchant son baume sur une journée entière avant de s'évanouir avec le sommeil. C'est un fantôme qui revient, mais un fantôme bienveillant, sans linceul, tout sourire. Néanmoins, le sommeil ouvre des brèches. Dans En marge des nuits, J.-B. Pontalis, chez qui perçait une inquiétude aiguë à l'égard de l'éphémère, note que "le rêve est mémoire, résurrection, par bribes, du passé il nie l'effacement, l'irréversibilité du temps, conjure l'oubli des morts". Les sanglots sont comme les rêves, une permanence de la mémoire, conjurant l'oubli des morts.
    On apprend cela quand on grandit.» Jean-Michel Delacomptée.

    Et si on lisait ...

    C’est en lisant l’ouvrage de Guy Larroux – Et moi avec eux, le récit de filiation contemporaine – que l’envie quasi irrépressible est venue de lire celui de Jean-Michel Delacomptée. Le récit tendre de « l’inexprimable bonheur de l’enfance » se met en place à la faveur d’une photographie (re)découverte du père et de son fils. Un magnifique témoignage sur la figure du père, sur le temps passé et les êtres disparus. Et l’écriture… « On n’écrit pas pour soi, mais pour les autres. Pour les morts qui subsistent en nous, et pour les vivants qui nous lisent. […] Les livres, comme le font les poèmes, dressent des tombeaux. Ils ne recouvrent pas de marbre les morts, Ils les revêtent d’une douce ferveur. » Un texte d’une beauté magnifique. A lire également l’essai de Guy Larroux qui « élabore une poétique du genre […] en s’attachant à l’intention poétique et éthique » de ce « récit de l’autre – le père, la mère ou tel aïeul – [qui] est le détour nécessaire pour parvenir à soi, pour se comprendre dans cet héritage. » Un essai incontournable !

    Damien

  • Le silence d'Isra

    Etaf Rum

    Les livres qu'elle lit en secret n'y pourront rien... Aussi rêveuse soit-elle, Isra n'a pas le choix lorsqu'en 1990 sa famille l'envoie à Brooklyn pour y un mariage arrangé. Là, la jeune Palestinienne perdra une à une ses illusions de rêve américain, soumise à la tyrannie d'une belle-mère aux traditions archaïques - recluse, cloitrée, intimée de se taire à jamais. Dix-huit ans plus tard, arrivée en âge de se marier, sa fille Deya parviendra-t-elle à s'extraire de ce carcan ? Au silence de sa mère, répondre par un grand cri de liberté ?

    Ajouter au panier
    En stock

    Le mot d'Annabelle

    Isra n’a que 17 ans quand elle est mariée à Adam et quitte la Palestine pour s’installer à Brooklyn avec sa belle-famille.  Elle rêve d’une vie plus libre pour les femmes, et notamment pour ses filles. Malheureusement, sa vie est toute tracée et seule la lecture lui permet de s’évader de son quotidien. 18 ans plus tard, sa fille ainée, Deya cherche à échapper à un mariage arrangé et rêve d’entrer à l’université. Son destin sera-t-il le même que celui de sa mère ? Le silence d’Isra est celui de beaucoup de femmes, écrasées sous le poids des traditions et d’une éducation. L’autrice a pu s’en détacher et créer sa propre librairie à Brooklyn.

    Annabelle

  • Premier volume d'une série écrite et illustrée par une jeune artiste suédoise à suivre: Lisa Moroni. Dans ce volume, deux amies adaptent leurs activités à l'approche de l'hiver. Si Camilla a presque revêtu l'intégralité de son pelage épais et attend avec hâte les premiers flocons pour faire de la luge, Koksi a l'habitude d'hiverner. Mais cette année, elle a décidé de tenter l'aventure et de rester éveillée. Voici les deux amies parties pour une grande promenade sous les flocons qui leur créera bien des émotions.

  • Et si vous appreniez que toute votre vie repose sur un mensonge ? Kim, une Australienne de trente ans, est sous le choc. Un inconnu vient de lui révéler qu'elle s'appelle en réalité Sammy Went, qu'elle a été enlevée vingt-huit ans auparavant et que sa vraie famille l'attend aux États-Unis. Kim n'en croit pas un mot mais ne peut s'empêcher de se poser des questions. Pourquoi est-il impossible de mettre la main sur des photos d'elle bébé ? Et qui est cette petite Sammy, enfant disparue, à qui elle ressemble tant ? Pour remonter le fil de son histoire, Kim devra affronter les dangers et la terrible réalité qui l'attendent dans le Kentucky.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Les choses humaines

    Karine Tuil

    « Tu sais ce qui arrive à ceux qui pensent qu'on peut survivre en respectant des lois morales ? Tôt ou tard, ils finissent piétinés. » Les Farel forment un couple de pouvoir. Jean est un célèbre journaliste politique ; son épouse Claire est connue pour ses engagements féministes. Leur fils, Alexandre, étudie dans une prestigieuse université américaine. Mais alors que tout semble leur réussir, une accusation de viol fait voler en éclats ce qu'ils avaient si chèrement acquis.
    Ce roman puissant interroge la violence du monde contemporain et nous confronte à nos peurs : qui est à l'abri de se retrouver un jour piégé dans un redoutable engrenage ?

    Ajouter au panier
    En stock
empty