Coups de coeur

  • L'heure des femmes

    Adèle Bréau

    Coup de coeur

    En stock

    Ajouter au panier

    Le mot d'Annabelle

    1967. Ménie Grégoire arrive sur les ondes. En pleine après-midi, on parle des femmes, du couple, de l’éducation des enfants mais aussi de sexualité, du droit à l’avortement ou à la contraception.

    Adèle Bréau est la petite-fille de Ménie Grégoire. Elle rend hommage à une femme, qui n’a peut-être pas été une mère ou grand-mère parfaite mais qui a ouvert la parole des femmes, s’est engagée pour leurs droits et leur indépendance.

    Une lecture nécessaire quand tant de choses restent encore à faire…

  • Les liens qui empêchent : l'homophobie familiale et ses conséquences

    Sarah Schulman

    Coup de coeur
  • Le crocodile à grandes dents

    Michaël Escoffier, Delphine Durand

    Coup de coeur

    Le crocodile à grandes dents

    Immense coup de cœur pour cet album à chute absolument sa-vou-reux qu’il ne vous faudra pas hésiter à lire à haute et grande voix et c’est un régal, foi de libraire ! *Mention spéciale aux illustrations tellement drôles de Delphine Durand !*

    Gaëlle, la libraire jeunesse

  • Guide des planètes et du système solaire

    Boris Laurent, Caroline Sanchez

    Coup de coeur
  • Better than the movies

    Lynn Painter

    Coup de coeur
  • La mer, la nuit

    Prache Carine

    Coup de coeur

    C’est comment la mer, la nuit ??

    Carine Prache renouvelle le genre du documentaire marin avec un album généreux tant en couleurs qu’en nombre de pages : La mer, la nuit. La première partie de l’album se fait poétique avec un texte court et des images qui invitent à la contemplation – mention spéciale aux doubles-pages avec des couchers de soleil qui sont à tomber ! – et la deuxième partie se fait documentaire : on apprend comment les animaux marins dorment, migrent, se reproduisent… C’est superbe !

    Gaëlle, la libraire jeunesse

  • L'écrivain pour enfants qui détestait les enfants

    Bertrand Santini

    Coup de coeur

    L'écrivain pour enfants qui détestait les enfants

    On a du mal à imaginer que Gontran Pelpoir, universitaire très très sérieux, professeur et latiniste qui n'aime rien tant que la solitude, puisse se retrouver écrivain pour enfant à succès avec le héros Prouf, le dragon qui pète du feu... Pourquoi ? Mais parce qu'il déteste absolument les enfants, bien sûr !

    Ce qui commence comme un roman humoristique se transforme vite en farce avec pas mal de rebondissements un peu fous mais la réflexion n'est jamais loin et entre 2 gags, Bertrand Santini (Le journal de Gurty, c’est lui !) nous amène à réfléchir à ce qu'il faut à un enfant pour être heureux mais aussi à l'honnêteté et au mensonge, au rapport entre richesse et pouvoir… Drôlerie et intelligence sont joyeusement réunies dans L’écrivain pour enfants qui détestait les enfants !

    Gaëlle, la libraire jeunesse

  • Sur l'épaule des géants

    Laurine Roux

    Coup de coeur

    En stock

    Ajouter au panier

    Le mot d'Annabelle

    Gros coup de cœur !

    De 1850 à 2022, un roman loufoque dans lequel on rencontre Louis Pasteur, des chats philosophes qui parlent, une girafe à deux cœurs… Les femmes ont toutes des prénoms de fleurs, les histoires d’amour sont passionnées et les destins passionnants.

    Un roman d’évasion absolue !

  • Nous étions merveilleuses

    Laure Rollier

    Coup de coeur

    En stock

    Ajouter au panier

    le mot d'Annabelle

    4 amies refont un voyage quelles ont fait 14 ans plus tôt à la fin du lycée.

    Les premières vacances entre filles, sans parents , celles où elles ont laissé une boîte de souvenirs et de messages pour leurs elles futures.   

    Sont-elles devenues ce qu'elles avaient prédit ou espéré ?

    Un roman qui nous fait rire et pleurer à la fois.  La vie ne se passe jamais comme prévu mais elle est pleine de belles choses . 

  • 7 octobre : Palestine, un peuple qui ne veut pas mourir

    Alain Gresh

    Coup de coeur
  • Les Débuts : Par où recommencer ?

    Claire Marin

    Coup de coeur

    En stock

    Ajouter au panier
  • Chroniques altermondialistes : Tisser la toile du soulèvement global

    Starhawk

    Coup de coeur

    En stock

    Ajouter au panier
  • Sur le pouce : Un petit doigt pour la main, un pas de géant pour l'humanité

    Mathieu Vidard

    Coup de coeur
  • Urushi

    Aki Shimazaki

    Coup de coeur
  • Ne me demande jamais

    Natalia Ginzburg

    Coup de coeur
  • Terrasses ou Notre long baiser si longtemps retardé

    Laurent Gaudé

    Coup de coeur
  • A l'abandon : Comment la nature reprend ses droits

    Cal Flyn

    Coup de coeur
  • Correspondances : Accompagner le vivant

    Tim Ingold

    Coup de coeur
  • Le royaume désuni

    Jonathan Coe

    Coup de coeur

    En stock

    Ajouter au panier

    le mot d'Annabelle

    La vie d’une famille est rythmée par les mariages, les naissances, les nouveaux emplois, les décès. Mais elle est aussi marquée par les grands évènements historiques de  son époque et de son pays.

    Du 8 mai 1945 au début du confinement en 2020, en passant par le couronnement d’Elisabeth, le mariage de Charles et Diana ou encore le Brexit, la famille Lamb aura vécu 80 ans de politique et de vie sociale devant sa radio ou sa télé.

    Seul Jonathan Coe pouvait raconter avec autant d’humour et d’amour de ses contemporains cette fresque historique et familiale qui montre toute la complexité du lien entre les anglais et la famille royale. Un régal !

  • Poème dégénéré

    Névé Dumas

    Coup de coeur
  • Premières secousses

    Les soulèvements de la terre

    Coup de coeur
  • Des jours comme des nuits

    Sébastien Joanniez

    Coup de coeur

    *Des jours comme des nuits*. Sébastien Joanniez.

    Manon raconte les jours d’avant. La vie avec papa. Puis le jour où… Et il y a les jours d’Après. La vie sans papa. Mais la vie quand même. Vivre sans papa et ne pas rester bloqué. S’autoriser à vivre. Vivre avec le souvenir de papa.

    A travers le personnage de Manon, Sébastien Joanniez parle du deuil avec une finesse rare. Il dit la douleur immense et la crainte des lendemains. Il parle de la vie qui est là, malgré tout, et du chemin à parcourir pour réapprendre à en profiter, sans trop de culpabilité…

    * Mention spéciale à la couverture du roman signée Anne Brouillard qui interpelle et invite naturellement à suivre Manon et son histoire… *

    Gaëlle, la libraire jeunesse

empty