Editions L'Harmattan

  • Un petit village iranien aux portes du désert, dans la cour de l'école est posée la khomreh, une énorme jarre à laquelle les enfants viennent régulièrement se désaltérer. Un jour, la khomreh est vide : l'eau a fui par une fissure apparue pendant la nuit. I1 faut la réparer ou la remplacer. Mais personne n'aurait pensé que ce fût si difficile. Avec des mots très simples et cette poésie qui fait le charme des conteurs orientaux, Houshang Moradi-Kermani raconte la quête des enfants, de leur instituteur et de la courageuse madame Khavar, en butte à l'égoïsme et à la mesquinerie.

empty