Amina Taha-Hussein Okada

  • Au coeur du Mahabharata, la grande épopée indienne composée vraisemblablement autour du IIe siècle avant notre ère, la Bhagavadgita est le texte sacré de l'hindouisme. Composée de 18 chants, elle se déploie dans un dialogue animé entre le valeureux guerrier Arjuna et le dieu Krishna. À la veille d'une gigantesque bataille fratricide opposant le clan des Pandava à celui des Kaurava, Arjuna confie à Krishna qu'il se sent défaillir à l'idée de combattre ses rivaux et parents. Krishna le « Bienheureux » va guider Arjuna par l'enseignement des valeurs du renoncement et de l'ascèse qui bouleverseront sa vie.

  • Amina TAHA HUSSEIN-OKADA, spécialiste de l'Inde moghole, a sélectionné un ensemble de miniatures des plus grands artistes de l'époque ; elles viennent, en regard du texte, illustrer avec justesse les descriptions enthousiastes de François Bernier. Ces peintures d'un style délicat et raffiné offrent une rétrospective de la vie de cour, de ses rituels et de ses plaisirs variés ; le lecteur découvre, grâce au talent minutieux des peintres des ateliers royaux, l'excellence artistique moghole.

    Les séjours des empereurs moghols dans l'écrin verdoyant de la « vallée heureuse » furent prétexte à de rares oeuvres. Portraits de cour ou scènes villageoises s'inscrivent ainsi dans l'étrange beauté poétique des paysages lacustres et montagneux du Cachemire, que François Bernier révélait alors pour la première fois aux Européens. Ces oeuvres, rarement reproduites, proviennent de différents musées dans le monde.

    Dans la tradition des collections du XVIIIe siècle, l'ouvrage organise, en marge du récit premier, une «conférence« des auteurs-voyageurs de l'époque par un ensemble de citations. Ainsi, Jean-Baptiste Tavernier, Jean Chardin, Niccolò Manucci,... viennent ici, en contrepoint du récit, apporter leurs observations de la vie indienne.

  • Au cours des XVIIIe-XIXe siècles, s'épanouit en Inde du nord, dans la ville de Lucknow, une société composite, à la fois indienne et européenne, extraordinairement diversifiée et sophistiquée. Une cour royale en Inde :
    Lucknow (XVIIIe-XIXe siècles) est la première exposition internationale d'envergure consacrée à la culture cosmopolite qui s'épanouit à la cour de Lucknow et à l'art raffiné auquel résidents et artistes de cette cité pluriethnique donnèrent naissance.
    Ce livre de photographies fait écho à l'exposition "Art et Culture à Lucknow" (provenant du musée LACMA de Los Angeles) qui sera présentée au musée Guimet à Paris et qui sera constituée d'une vaste iconographie et riche de photos du XIXe siècle.
    La série d'images de cette exposition a inspiré Antonio Martinelli proposant une exposition parallèle originale Lucknow Au miroir du temps un état des lieux photographique de la ville actuelle par la production d'une collection de photos contemporaines en noir et blanc.

empty