Aden

  • Gérard de Nerval ; l'inconsolé

    Corinne Bayle

    • Aden
    • 4 Avril 2008

    Profondément romantique, tourné vers la nuit et ses fantasmagories.
    Gérard labrunie (1808-1855) devient gérard de nerval, traducteur, feuilletoniste, voyageur, rêveur, fou, enfin. tôt orphelin de mère, il passe son enfance dans le valois, bercé par les vieilles chansons françaises. il choisit d'écrire contre la volonté de son père médecin. sa transposition de faust, plus tard saluée par goethe, lui ouvre les portes des cénacles de nodier et de hugo. il connaît la vie de bohème, publie ses premiers vers et vend sa plume dans la presse, espérant un succès au théâtre, dans l'ombre de dumas.
    Comme son ami théophile gautier, il participe à la bataille d'hernani, se lie avec heine et baudelaire. il est écarté du monde littéraire aux premiers signes de délire. son existence chaotique, marquée de plusieurs internements, s'éclaire de longs périples, de l'allemagne à l'italie, et jusqu'à l'orient. c'est à paris qu'il achève sa course, pendu à la grille d'une ruelle. cette biographie suit le cheminement d'un pur poète mélancolique, au prisme de ses lectures, de ses affinités et de ses songes, reflétés en une oeuvre nourrie d'une vaste culture qui, affrontant les ténèbres de l'égarement, constitue le lieu même de son destin.

  • Du paradis ; journal de Poméranie (1792-1804)

    Corinne Bayle

    • Aden belgique
    • 22 Août 2010

    Dans une vieille demeure au bord de la Baltique, une jeune fille rêve son existence, espérant aller étudier à Dresde où.
    Avec Caspar David Friedrich, s'invente la peinture de paysage. Avide de savoir, elle lit, elle écrit, dans l'ombre de son frère Wilhelm qui lui fait connaître ses amis philosophes, et d'abord le plus singulier d'entre eux, le poète Friedrich von Hardenberg - Novalis - pour lequel elle éprouve bientôt des sentiments exaltés. A Iéna, elle se lie avec Caroline, l'épouse d'August Schlegel. puis de Schelling.
    Avec Friedrich Schlegel, Ludwig Tieck, Clemens Brentano, tous partagent le goût des discussions passionnées et des amitiés intellectuelles, dans l'admiration critique des oeuvres de Schiller et de Goethe. Ce roman d'apprentissage, scellant l'amour à l'oeuvre d'art, emprunte ainsi des détails à des figures authentiques, redistribués d'un personnage à l'autre, entre fiction et réalité. La narratrice de ce journal de jeunesse pourrait être la soeur imaginaire de Wackenroder, une lointaine cousine de Bettina von Arnim ou de Caroline von Günderode, l'une de ces inspiratrices qui accompagnèrent l'aventure du premier Romantisme allemand.
    Et si la mort est omniprésente dans ces pages, elle n'est que l'envers de la vie la plus ardente, avec pour horizon l'absolu.

empty