Marc Ballanfat

  • Qu'attendre d'une introduction aux philosophies de l'Inde ?
    D'abord, qu'elle donne des repères, qu'on appelle ici " plans ", qu'elle fournisse des outils, les " concepts ", et qu'elle fasse penser en posant des " problèmes ". On prend conscience alors de l'unité et de la diversité des argumentations indiennes, unité parce qu'elles utilisent des schémas conceptuels communs, dont certains sont présentés ici dans leurs grandes lignes, diversité parce que cela n'exclut pas que différents points de vue demeurent possibles et légitimes. Enfin, les extraits de textes traduits et commentés complètent cette présentation en permettant au lecteur de se confronter à la difficulté d'une pensée autre.

  • Penser le monde par concepts, tel est le plan général de la métaphysique. « Le monde », parce qu'il forme un obstacle, un « scandale » pour parler grec, auquel nul homme de réflexion ne peut se soustraire, surtout s'il affectionne le détour et cherche à contourner l'obstacle au lieu de le dissoudre. « Penser », parce que l'homme ne sait rien faire d'autre que creuser des galeries, construire des labyrinthes et arpenter les chemins que dessine son intelligence, ce que l'on nomme la pensée. « Par concepts », parce que la logique abstraite, que le métaphysicien invente pour penser le monde, prend le risque de poser les problèmes restés sans réponse. Ses concepts détournent donc l'homme du monde mais ils lui permettent de le penser ; sa langue l'éloigne aussi de la réalité mais pour lui en faire saisir le sens. La métaphysique est le temps qu'il faut à l'homme pour s'interroger et interroger l'être de ce qui est.

  • Celui qui est désigné par le nom de bouddha est détaché de son ego.
    Il use du "je" tout en parlant de lui à la troisième personne. il est donc tentant de se fondre dans sa parole en disant "je" à sa place, mais le discours ainsi prononcé ne peut l'être en aucun nom.
    Autobiographies donc, où les épisodes de la vie du bouddha se répondent dans le temps et dans l'espace, traçant l'épopée d'une conscience en quête de l'eveil.
    Deux voix s'y font entendre plus que les autres.
    La première appartient à l'homme qui a vécu, souffert, éprouvé la difficulté d'être avant de s'éveiller à une sagesse libératrice. son ton se reconnaît car il part de la conscience, du vécu et de l'expérience pour arriver à dire ce qui est. cette voix représente le bouddha des sources historiques.
    La seconde 'vient de plus loin, de l'être pur et parfait qui se destine depuis toujours à porter le message de la libération aux hommes.
    Par son nom, bodhisattva, il apaise l'angoisse des éprouvés et leur montre le chemin du salut. il est aussi le bouddha.
    Après l'eveil, la voix du bouddha se retire derrière les événements de sa carrière et le disciple infatigable s'engage à la restituer.
    Fondé sur l'alternance de ces deux paroles en un seul homme, le discours autobiographique capte aussi d'autres voix où s'entend encore l'eveillé. le texte se fait parfois poème pour chanter la vérité, d'autres fois, quand il dit la souffrance de l'être créé, il touche à ses limites.

  • Relativement au problème de la liberté, on peut considérer que les philosophies se classent schématiquement dans deux camps : les unes postulent la liberté humaine comme un principe absolu sans lequel le sens de l'existence ne se laisse pas penser ; les autres postulent que l'être humain vit dans une servitude dont il doit se libérer. Manifestement, Simone Weil fait partie des philosophes qui s'attachent à décrire un chemin possible vers la libération. En ce sens, elle rejoint les sotériologies de l'Inde ancienne, où l'ascète décrit le chemin qui conduit les humains à la délivrance. Mais de quoi s'agit-il de se libérer ?
    Notre essai aborde quatre domaines, où l'épreuve de la servitude conduit la philosophe à rechercher les conditions d'une délivrance possible. La réalité sociale dessine le premier. C'est l'empire de la force, où l'individu se sent confronté à l'oppression que le système social exerce sur son corps comme sur sa pensée. Il doit, pour y répondre, se soustraire à toute tentation de puissance, avant d'éprouver le pouvoir de la pensée, quand elle est délivrée des mirages de la force. Dans le second, l'individu découvre que le discours politique peut l'opprimer chaque fois qu'il invente des idoles pour mieux impressionner son imagination. Il doit alors, s'il veut échapper à leur emprise, apprendre à déjouer les pièges de l'idéologie et s'orienter vers un usage mystique de la langue. Le troisième correspond au monde du travail salarié, où le travailleur se bat, face à l'avilissement qui le menace sans cesse, pour conserver sa dignité humaine et le droit de penser à sa mesure. Ces trois servitudes, sociale, idéologique et économique, ne doivent pas faire oublier que la condition humaine peut s'éprouver aussi comme un asservissement. Voilà pourquoi il importe à SW de se libérer de tous les facteurs humains qui représentent, à ses yeux, autant d'obstacles sur le chemin de l'individu en quête de délivrance.

  • L'intention de ce livre est conforme à la collection où il paraît : définir les concepts indiens en les replaçant à l'intérieur des problématiques qui leur donnent sens, et en même temps dégager de leur définition une forme d'enseignement universel accessible au philosophe européen et susceptible d'enrichir le dialogue qui s'est ouvert depuis le XIXe siècle entre ces deux traditions philosophiques distinctes.
    De ce fait, pour ceux qui recherchent ici un lexique philosophique, une certaine familiarité avec les philosophies de l'Inde est présupposée ; ceux, au contraire, qu'anime une juste curiosité philosophique pour l'Inde peuvent trouver ici matière à débat, s'il est vrai que débattre, c'est déjà dialoguer, et que la philosophie commence, ici comme là-bas, par le dialogue. Interroger les philosophies de l'Inde et se laisser interroger philosophiquement par elles, tel est en définitive le double mouvement de ce travail.

  • Au coeur du Mahabharata, la grande épopée indienne composée vraisemblablement autour du IIe siècle avant notre ère, la Bhagavadgita est le texte sacré de l'hindouisme. Composée de 18 chants, elle se déploie dans un dialogue animé entre le valeureux guerrier Arjuna et le dieu Krishna. À la veille d'une gigantesque bataille fratricide opposant le clan des Pandava à celui des Kaurava, Arjuna confie à Krishna qu'il se sent défaillir à l'idée de combattre ses rivaux et parents. Krishna le « Bienheureux » va guider Arjuna par l'enseignement des valeurs du renoncement et de l'ascèse qui bouleverseront sa vie.

  • Savoir analyser un problème et en discuter les composantes, démarche nécessaire et fondamentale, est la clé du succès de tout devoir de réflexion en littérature et philosophie. " Problématique non vue ", " hors sujet ", " devoir superficiel ", autant d'annotations qui témoignent de la difficulté à trouver le problème et l'enjeu posés dans les textes que nous lisons, mais aussi à y répondre. Cet ouvrage reprend donc, étape par étape, tous les éléments à maîtriser pour établir une problématique pertinente et mettre en perspective des connaissances apprises. Il propose également des exemples détaillés de dissertations et de commentaires de textes. Argumenter et analyser un problème s'adresse aux étudiants et aux candidats à différents types de concours (école de commerce, IEP, Celsa, concours administratifs...).

  • Savoir analyser un problème et en discuter les composantes, démarche nécessaire et fondamentale, est la clé du succès de tout devoir de réflexion en liltérature et philosophie.


    " problématique non vue ", " hors sujet ", " devoir superficiel ", autant d'annotations qui témoignent de la difficulté à trouver le problème et l'enjeu posés dans les textes que nous lisons, mais aussi à y répondre.

    Cet ouvrage reprend donc, étape par étape, tous les éléments à maîtriser pour établir une problématique pertinente et mettre en perspective des connaissances apprises. ii propose également des exemples détaillés de dissertations et de commentaires de textes.
    Argumenter et analyser un problème s'adresse aux étudiants et aux candidats à différents types de concours (école de commerce, iep celsa, concours administratifs).

  • Savoir problématiser est la clé du succès de tout devoir de réflexion (dissertation, argumentation, etc.
    ) en littérature, philosophie, histoire-géographie, économie. en effet, il s'agit d'une démarche nécessaire et fondamentale pour comprendre un texte ou se faire comprendre. cet ouvrage reprend, étape par étape, tous les éléments à maîtriser pour établir une problématique pertinente et mettre en perspective les connaissances acquises. savoir problématiser explique comment réaliser une problématique, quelles questions se poser, comment rédiger une analyse méthodologique.
    Destiné aux étudiants et candidats aux différents types de concours (écoles de commerce, iep, celsa, concours administratifs. ), ce manuel propose également des exemples détaillés de dissertation et de commentaires de textes.

  • Savoir problématiser, clé du succès de tout devoir de réflexion en littérature, philosophie, histoire-géographie, est une démarche nécessaire et fondamentale pour comprendre un texte ou se faire comprendre.
    " problématique non vue ", " hors sujet ", " devoir superficiel ", autant d'annotations qui témoignent de la difficulté à trouver l'enjeu et le problème posé dans les textes que nous lisons. cet ouvrage reprend donc, étape par étape, tous les éléments à maîtriser pour établir une problématique pertinente et mettre en perspective des connaissances apprises. il propose également des exemples détaillés de dissertations et de commentaires de textes.
    Savoir problématiser s'adresse aux étudiants et aux candidats à différents types de concours (écoles de commerce, iep, celsa, concours administratifs. ).

empty