La Difference

  • La Page arrachée est le roman du métissage. Entre Juliette, Française issue d'un milieu petit bourgeois du Sud de la France et Faouzi, Marocain illettré au passé douloureux, une vie commune est-elle possible ? Ils approchent l'un et l'autre de la soixantaine et ont une histoire, une culture, une religion à assumer et à faire accepter à leurs entourages. Ces obstacles se dressent comme autant de défis à vaincre. Les enfants de Faouzi, un garçon et une fille, transportent une partie du destin de leur père. Celui-ci sera-t-il en mesure d'apaiser les vieilles querelles, de dissiper les mensonges ? Comme une parabole, l'apprentissage sur le tard de la lecture permet à Faouzi d'approcher la vérité, de retrouver sa fille, et de vivre pleinement avec Juliette.

  • Depuis qu'il est enfant, Sébastien ne fait rien comme tout le monde. Tout commence le jour de la noyade de sa mère : à l'inverse des gens du village, il ne pleure pas mais ne mange plus de poisson. À l'école, il ne récite pas la table de multiplication, il la chante à tue-tête. Au square, il ne joue pas au foot, il culbute la jolie Lili dans l'herbe grasse... C'est une évidence, Sébastien tourne à l'envers. Il faut le placer dans une institution spécialisée. Effrayé de rester seul, son père, René, le récupère à la maison et fait son éducation. À sa majorité, devenu jardinier municipal sur l'île d'Oléron, il obéit à l'appel des fleurs et à tous ceux qui n'ont pas peur de lui, comme Lucas au centre de rééducation, Émilie, née paraplégique, Simone la vieille dame dont plus personne ne se soucie et surtout Barbara qui l'initie aux délicieux plaisirs de l'amour. Sébastien n'a pas inventé la poudre mais n'a-t-il pas découvert le secret du bonheur ?

  • Trois femmes d'une même famille, Anna Maria, Bruna et Graziella, trois générations d'Italiennes ayant traversé les guerres et les bouleversements sociaux du XXe siècle, une même volonté farouche, celle de vivre et de s'émanciper. Chacune de ces femmes prend son destin en main et forge son caractère après un drame.
    Martine Pilate peint une fresque aux allures de saga pour nous conter que les femmes depuis que le monde est monde ont une force et un courage qui traversent les générations.

  • Qui se cache derrière la façade respectable d'Henri Lethuillier ?
    Ce fringant retraité de la Compagnie du Gaz, auteur de guides pratiques à succès, se promène tous les jours paisiblement sur les chemins de Plessy-sur-Blières. Et pourtant, un après-midi de juin, il est victime d'un kidnapping.
    Qui en est l'auteur ? Le voisin, Lucas Guérin, qui regarde son épouse Adèle Lethuillier d'une drôle de manière ? Le mari de sa maîtresse, la pharmacienne ? L'un de ses fans ? Et surtout que font Jacques et Annabelle, ses enfants disparus un an plus tôt, dans toute cette histoire ? Séquestré dans une grange, Henri ne tardera pas à l'apprendre. Face à lui-même, il devra répondre de ce dont on l'accuse.
    Ce premier roman de Maryline Gautier dresse le portrait d'un pervers narcissique ordinaire qui martyrise son entourage en toute bonne conscience. Roman psychologique à suspense, il nous entraîne dans les méandres d'un cerveau malade incapable de se remettre en cause.

  • Ce n'est pas par hasard que Jacques Torrant va séjourner au coeur du Massif Central dans une ferme isolée en lisière de forêt où se cache une tourbière.  Ce lieu perdu, en déshérence depuis une décennie, loué épisodiquement par l'administration des Ponts et Chaussées à quelque estivant en mal de solitude, lui évoque un être cher de son enfance, l'oncle Paul, disparu mystérieusement aux alentours. À propos de cette maison qu'on appelle « La Baraque du cheval noir » circulent quantité d'histoires, de rumeurs, d'intérêts dissimulés. Objet de l'attention sournoise des habitants des hameaux avoisinants, Jacques Torrant venu dans ce lieu pour écrire et plus secrètement pour comprendre les causes de la mort de son oncle, va faire une rencontre surprenante qui l'enflammera avant de l'amarrer à ce lieu inquiétant.
    Fantastique et sauvage, la nature de ce pays reculé déteint sur le caractère des habitants dont André Gardies décrit en connaisseur la cruauté et la méfiance séculaire vis-à-vis des étrangers.

empty