Sextant

  • L'entraide est un facteur essentiel de la survie des sociétés humaines: le célèbre géographe et anarchiste russe Pierre Kropotkine (1842-1921) décrit ici avec précision les nombreuses associations, formelles et informelles, qui jalonnent l'histoire et la vie des Européens de son époque.

    Extrait d'un ouvrage publié en 1906, ce livre limpide dénonce la supercherie d'une idéologie fondée sur l'individualisme et la concurrence entre tous.

  • La Conquête du Pain est un ouvrage phare de la pensée de Pierre Kropotkine (1842-1921), théoricien du communisme libertaire, et auteur de nombreux ouvrages. Publié en 1892 à Paris, c'est le projet élaboré d'une société idéale, débarrassée du capitalisme et de son processus d'accaparement des richesses.
    La préface originale d'Elisée Reclus, célèbre géographe anarchiste, est reprise ici dans son intégralité, précédée d'une introduction revue de Isabelle Pivert.

  • Qu'est-ce que l'anarchie ? C'est à cette question que répond le célébre géographe anarchiste Elisée Reclus (1830-1905) dans cette conférence prononcée devant les francs-maçons de Bruxelles en 1894. "Vous-mêmes n'êtes vous pas, sinon anarchistes, du moins fortement nuancés d'anarchisme ? Qui de vous, dans son âme et conscience, se dira le supérieur de son voisin, et ne reconnaîtra pas en lui son frère et son égal ?" Un texte éclairant et plein d'humanité.

    Cette troisième édition comprend la préface de Hélène Sarrazin et une postface d'Isabelle Pivert.

  • La question du libre-échange est un discours prononcé par Karl Marx en janvier 1848 devant l'Association démocratique de Bruxelles. Le débat qui fait rage entre les promoteurs du libre-échange et les conservateurs, porte sur les taxes douanières des importations de grains. Marx démontre avec brio que la suppression des taxes douanières, le libre-échange donc, profitera aux capitalistes au détriment des ouvriers et des propriétaires fonciers.

    Il en conclut que le libre-échange précipitera l'effondrement final du système capitaliste, et c'est pourquoi, dans seulement dans cette optique révolutionnaire, il va se prononcer pour. Le livre est préfacé par l'économiste Thierry Pouch. Un sujet aujourd'hui brûlant d'actualité.

  • La colonisation

    Jean Grave

    La colonisation reste un sujet controversé, ignoré ou tabou. Dans ce texte publié en 1912 dans la revue Les Temps nouveaux, l'anarchiste Jean Grave dénonce les rapports de domination entre colonisateurs et colonisés, proches selon lui des rapports de production existant alors entre bourgeoisie et ouvriers. Le texte est suivi de Le massacre d'Ambiky en 1897, écrit par Paul Vigné d'Octon.

  • "Même si deux personnes sont parfaitement adaptées l'une à l'autre, rien ne prouve qu'elles continueront à l'être le reste de leur existence".

    Plus que le contrat même du mariage, c'est la vie commune permanente que rejette Voltairine de Cleyre, figure très populaire de l'anarchisme américain du début du XXe siècle, dans cette conférence d'avril 1907. Dans un style vif et clair, puisant dans les exemples de la vie quotidienne, elle explique pourquoi... En introduction, une courte biographie de l'auteur, signée Chris Crass.

  • Né le 9 décembre 1942 à Moscou dans une famille d'aristocrates russes. Pierre Kropotkine est très tôt indigné contre le sort réservé aux serfs. Après ses études dans le prestigieux corps des Pages de Saint Petersbourg, il adhère à l'Association internationale des travailleurs à Zurich en 1871.
    De retour en Russie, il milite au sein de cercles politiques, avant d'être arrêté et emprisonné. Il s'évade et séjourne en Angleterre, en Suisse, en Belgique, en France, régulièrement expulsé pour les idées anarchistes. Il rentre en Russie peu avant la révolution d'octobre 1917, mais déchante rapidement sur la nature autoritaire du régime bolchevik.
    Publiés en anglais en 1899, les Mémoires de Kropokine se lisent comme un grand récit d'aventures, ponctué d'analyses lumineuses sur les grands courants sociaux et politiques de la seconde moitié du 19e siècle, de l'anarchisme au socialisme. Un livre stimulant qui renouvelle, à travers la vie d'un grand personnage, des pistes pour penser et agir autrement dans nos sociétés contemporaines.

  • Comment fissurer la chape fonctionnaliste qui pèse sur la perception de la nature même de l'architecture contemporaine, tel est l'objet de cet essai de l'architecte et anthropologue Jean-Paul Loubes, qui s'inspire ici de deux formes « sauvages » de l'architecture : l'habitat dit « informel » (le bidonville) et « la figure de la cabane ». Car L'habiter a été réduit à la satisfaction d'une série de fonctions basiques : s'abriter, se nourrir, travailler et se reproduire. Dès lors, le champ du grand travail consiste à recharger L'habiter des dimensions anthropologiques, symboliques, culturelles et écologiques qui l'ont déserté.

  • "Toute personne qui a pensé, ne serait-ce qu'une fois dans sa vie, avoir le droit de protester, et a pris son courage à deux mains pour le faire ; toute personne qui a revendiqué un droit, seule ou avec d'autres, a pratiqué I'action directe".

    Qu'est-ce que l'action directe ? Féministe et anarchiste américaine, Voltairine de Cleyre (1866-1912) démonte avec éloquence le malentendu, diffusé par les pouvoirs politique et médiatique, qui identifie l'action directe à la violence contre la vie et les biens des personnes.

  • Des premières lois des Soviets à sa libéralisation totale dans les années 1990, la datcha, maison de campagne du citadin russe, va vivre une histoire pleine de bruit et de fureur. Bourgeoise, ni urbaine, ni rurale, individuelle, oisive, la datcha cristallise les contradictions entre l'idéologie du régime et les aspirations du citoyen. Car c'est la société soviétique ordinaire, en perpétuelle situation d'expérimentation dans un contexte de pénurie chronique, que l'on observe ici tout au long du vingtième siècle. Où l'on voit comment la datcha se faufile dans les interstices du collectivisme totalitaire, concrétisant un espace de survie et de liberté pour les citoyens.

  • " Vous-mêmes, n'êtes-vous pas, sinon anarchistes, du moins fortement nuancé d'anarchisme ? Qui de vous, dans son âme et conscience, se dira le supérieur de son voisin, et ne reconnaîtra pas en lui son frère et son égal ? ".

    Elisée Reclus prononce en 1894 devant les francs-maçons de Bruxelles cette conférence sur l'anarchie. Loin des clichés, un texte bref, intense, qui sonne comme un rappel bienvenu en ces temps incertains du XXIe siècle.

  • Paru en 1909 dans la revue Mother Earth, ce texte est un des écrits les plus connus de Voltairine de Cleyre. S'appuyant sur l'histoire de la naissance des États-Unis, l'auteur souligne les points communs entre les idéaux des Pères fondateurs et ceux de l'anarchisme, mais aussi, plus de cent ans après la déclaration d'Indépendance en 1776, leur déclin.

    Plaidoyer contre les gouvernements, constat lucide sur la nature humaine, ce texte plaide, en pleine industrialisation des grandes villes américaines, pour un anarchisme à retrouver : économie d'auto-subsistance, désintégration des (trop) grandes communautés, utilisation de la terre ; car sont libres ceux qui subviennent eux-mêmes à leurs besoins.

  • En 1909, l'aristocrate et anarchiste russe Pierre Kropotkine livre sa lecture de la Grande Révolution française de 1789. Analysant sous différents angles les ressorts des événements, il dévoile le rôle réellement révolutionnaire du peuple, tandis qu'il décrypte les ambiguïtés, les lâchetés et la grande peur des bourgeois et des intellectuels face aux soulèvements populaires et leurs idées communistes. A tel point que bien souvent la bourgeoisie oeuvrera pour le retour du roi, honnissant jusqu'en 1792 le mot même de république ! Car c'est la propriété avant tout que la bourgeoisie forte de sa naissance politique veut défendre. Un ouvrage d'histoire passionnant qui n'en livre pas moins un éclairage percutant sur les bouleversements du monde au 21e siècle.

  • Le Palais du facteur Cheval (1836-1924), situé à Hauterives dans la Drôme, a inspiré et continue d'inspirer nombre d'artistes et d'écrivains du monde entier. Mais quel personnage se cache derrière ce monument de l'art brut ? Quelle fut la vie de cet humble qui eut aussi, en son temps, la folie des grandeurs ? D'une bifurcation à l'autre, ce récit poétique nous incite à découvrir non pas une oeuvre mais un homme sur lequel les historiens d'art sont curieusement silencieux. Le facteur Cheval, victime de sa postérité ? C'est l'éclairage, pour le moins inédit, adopté par Valère-Marie Marchand. Une géographie intérieure riche en résonances poétiques.

  • "La mer était calme et phosphorescente; à temps égaux le navire entrouvrait la vague en poussant un grondement sourd comme celui d'un énorme cétacé ; les voiles enflées par la brise imprimaient aux mâts de suaves balancements : tout dans la nature semblait jouir d'un mystérieux bonheur." Extrait d'un inédit de 1855 publié par la revue Le Tour du Monde, ce récit poétique d'un voyage sur la mer des Antilles, alors qu'Elisée Reclus a 25 ans, n'avait jamais été publié sous forme de livre.

  • La création de valeur pour l'actionnaire ou shareholdervalue est un concept issu du monde de la finance anglo-saxonne. À partir des années 1990, ce concept va non seulement structurer toute grande entreprise cotée en bourse, mais aussi modifier implicitement la notion commune de valeur, partagée tacitement jusqu'alors par tous les acteurs de l'entreprise : salariés, fournisseurs, clients, actionnaires. La valeur devient désormais une injonction purement financière, et immédiate : du cash recherché par l'actionnaire sous forme de dividende ou de plus-value. L'auteur montre la dépossession radicale de tous les autres acteurs, essentiellement des salariés, et dès lors, par le jeu des antagonismes, le processus de destruction de l'idée démocratique dans l'entreprise, mais aussi en dehors.

  • Mais qui est stas ? entre les légendes de l'orient, ses récits à faire dresser les cheveux sur la tête, et la réalité post-soviétique d'une république d'asie centrale, le personnage de stas se fraye un chemin parce qu'il faut bien continuer.
    Il y a des odeurs de bouillon de poule et des relents de kgb finissant dans ce récit où l'on avance sur une frontière floue entre la fiction et la réalité. ici, nous prenons une leçon d'histoire et là, nous rencontrons un personnage de roman. des villes désertes le soir, où l'on croise des soldats poussant des barrières de contrôle routier et de belles femmes blondes en chapkas. la russie d'avant ? pas si simple.
    Il y a aussi les coupoles bleues de samarcande, les rendez-vous furtifs sur les remparts de kiva et des conciliabules inquiétants dans le harem bleu. dans la lignée des bouvier, cendrars, white, c'est un regard particulier sur le monde, un regard de poète ethno-archéologue, que nous offre l'auteur, sur des contrées balayées par l'histoire contemporaine.

  • Plus d'un milliard de touristes voyagent chaque année dans le monde. Mais de quel voyage s'agit-il ? Loin de Nicolas Bouvier ou Blaise Cendras, c'est la face sombre du tourisme de masse qui est décryptée ici. Car l'environnement dans ses dimensions écologiques, culturelles, sociales, humaines, paie un lourd tribut à la « mise en valeur touristique ». Des destinations comme Venise, Bali, l'île de Pâques, sont devenues tellement populaires qu'elles sont aujourd'hui menacées de disparition. Pire, ce que Jean-Paul Loubes intitule l'e et UNESCO, lié au classement au Patrimoine mondial, peut être catastrophique pour la protection des sites. Appuyée par de nombreux exemples édifi ants, l'exploration de Jean-Paul Loubes nous ouvre les yeux. Il était temps !

  • Qui est Guy Hocquenghmen? Figure intellectuelle atypique de Mai 68, mouvement au sein duquel il créa le groupe des FHAR (Front homosexuel d'action révolutionnaire), Guy Hocquenghem était un pamphlétaire brillant, dont les écrits sont réédités actuellement.

    Cet essai est préfacé par le philosophe et ami de Hocquenghem, René Schérer. Cécile Voisset-Veysseyre est née en 1967. Agrégée de philosophie et titulaire d'un doctorat d'études féminines, elle a enseigné la philosophie et est chercheur indépendant et membre associé du LIS ("Lettres, Idées, Savoirs", université Paris-12). Elle a publié plusieurs livres aux éditions L'Harmattan, dans la collection "ouvertures philosophiques".

  • En juin 2013, des manifestations monstres secouèrent les grandes villes du Brésil, pour la première fois de son histoire. Près de 3 millions des personnes descendirent dans la rue pour s'opposer à l'augmentation des tarifs du transport public, essentiellement des classes moyennes.
    Pourtant le Brésil, pays de 201 millions d'habitants, fait fi gure d'élève modèle du capitalisme globalisé, avec un taux de croissance annuelle du PIB de 7,5% dans les deux dernières décennies.
    Des millions de personnes sont sorties de la pauvreté grâce à la politique volontariste du président Lula. Que s'estil passé ? Ou plutôt que se passetil toujours ? Dans ce livre publié au Brésil en juillet 2013 (14 000 ventes), les contributions sur le vif d'une vingtaine d'universitaires brésiliens (sociologues, architectes, urbanistes, journalistes), et 3 anglophones (David Harvey, Mike Davis, Slavoj Zizek, apportent des réponses éclairantes sur les mouvements de fonds de la société dans les grandes métropoles brésiliennes.

  • De la famille patriarcale du XIXe siècle à la " mère qui travaille " du siècle soviétique, en passant par les révolutions et les guerres, qui ont vu éclore parmi elles de fortes personnalités, les femmes russes ont officiellement connu leur émancipation, mais celle-ci s'est révélée souvent artificielle. Le libéralisme économique a semble-t-il aggravé encore leurs conditions de vie mais, entre les riches femmes d'affaires et les babouchka du passé, entre les émigrées économiques et les retraitées misérables, quels points communs ? Fruit de vingt années de recherche, ce livre est un outil précieux pour comprendre la société russe passée, actuelle et surtout à venir. Il est illustré d'environ soixante-dix photographies.

  • Giuseppe garibaldi (1807 - 1882) est surtout connu en france pour son combat pour l'unification de l'italie et on sait moins que le marin niçois s'engagea avec passion dans plusieurs révolutions d'amérique latine ou qu'il fut élu député de paris.
    Capitaine corsaire au brésil, révolutionnaire républicain en argentine, combattant habile en europe, garibaldi, mit, chaque fois qu'il le put et partout oú on avait besoin de lui, son énergie et son courage au service de la justice sociale et de l'émancipation des peuples. même si son grand combat resta l'unité de l'italie - un succès grâce notamment à l'incroyable expédition des mille -, le guerillero à la chemise rouge fut un vrai héros romantique, insensible aux honneurs et acclamé par les foules du monde entier.
    écrites sur l'île de caprera, ses mémoires se lisent comme un grand roman d'aventures.

  • Né à Hanovre (Allemagne) en 1964, Bernd Bierbaum a fait ses études d'ethnologie et de philosophie à l'Université de Munich (LMU) et à Salvador (UFBa), au Brésil. Il a mené des recherches sur l'acculturation (avec un groupe d'indigènes au Brésil) et a travaillé sur la religion comparative. Outre son intérêt académique, il organise et guide des voyages culturels dans le monde entier pour une agence spécialisée en voyages d'études. Il écrit dans la tradition des grands voyageurs et ethnologues, tels Claude Lévi-Strauss et surtout Clifford Geertz, qui demandait à ses élèves d'être avant tout des écrivains passionnés, de ne pas nier le regard subjectif sur une culture et de la revisiter souvent, afin d'en mieux présenter les diversités et les dynamismes inhérents. La description dense, fraîche et poétique de ce livre sur l'Éthiopie ouvre l'univers d'une des plus anciennes cultures du monde aux lecteurs et aux voyageurs.

    « Au ciel seul poussent les fruits les plus suaves ». En Éthiopie, ce proverbe est valable pour les Éthiopiens, mais aussi pour tous ceux qui s'attachent à ce pays fascinant. Mais qui aurait imaginé que dans la tradition éthiopienne le ciel se trouve également sur terre et qu'il est tout en eau, ou bien qu'il est « bleu comme un saphir » et « plus rouge que des roses et encore plus blanc que la neige »oe Bernd Bierbaum, nomade contemporain, part à la découverte d'un monde mystérieux. Il fait la route à pied, en autocar ou en 4x4. Pendant son voyage, il suit le son d'Axum, de Lalibela ou de Gondar et découvre d'anciennes villes impériales, des paysages extraordinaires et finalement, à Ghion, au bord des chutes du Nil Bleu, le paradis éthiopien. Connaisseur, il parle de religion et d'histoire, observateur, il le fait avec sensibilité. Mais ce sont les hommes et les femmes du pays qui sont encore et encore le véritable centre de ce récit de voyage : Mohammed, le commerçant du Iceland Shop, le magicien Ioannis ou la jeune Éthiopienne Tiruye de Bahar Dar et beaucoup d'autres nous racontent leur vie dans ce pays où le ciel se découvre sans cesse. Une trentaine de photos couleur illustre le livre.

  • Né en 1830 en dordogne, elisée reclus est aujourd'hui l'un des plus grands géographes français.
    Théoricien, parmi d'autres, de l'anarchie, il est l'auteur de nombreux ouvrages dont la célèbre géographie universelle, publiée en dix-neuf tomes, sans oublier l'histoire d'un ruisseau, voyage dans la sierra nevada, ou encore l'evolution, la révolution ou l'idéal anarchique. hélène sarrazin raconte avec passion une vie d'aventures oú les voyages, les épreuves sont autant de rencontres, d'observations et d'expérimentations que ce soit en europe, en amérique ou en afrique.
    Car elisée reclus n'est pas seulement un amoureux de la terre et un précurseur de l'écologie, il est aussi à la recherche d'une société libre qu'il voudrait bonne pour tous. emprisonné, contraint à l'exil après la commune de paris, il devient l'ami de bakounine et de kropotkine avec lesquels il développera ses théories anarchistes. peu de temps avant sa mort, il rappelle que c'est grâce à l'élan de la commune et ses chimères, que la république s'est finalement imposée, et que l'eglise et l'etat seront séparés pour fonder la laïcité contemporaine.
    Il meurt en 1905, à thourout, en belgique. cent ans plus tard, la vie et la pensée d'elisée reclus résonnent comme un écho dans notre société du début du xxie siècle. voilà peut-être des clés pour tenter de tracer quelques pistes entre socialisme et libéralisme.

empty