Nature & Plein air

  • Il est des aventures qui vous entraînent pendant quelques jours ou quelques mois dans l'imprévu et les découvertes. Il est d'autres aventures, au long cours, dont on ne prend la mesure qu'en regardant, longtemps après, le chemin parcouru.
    Celle qui a conduit à ce Dictionnaire de la nature sauvage en Bretagne a commencé en mars 2002, quand le Télégramme a souhaité pour sa nouvelle formule que Bretagne Vivante-SEPNB s'implique dans une rubrique hebdomadaire sur la nature bretonne.
    En dépit du titre qui annonce des espèces " sauvages de Bretagne ", on trouvera dans ce Dictionnaire quelques vaches, chèvres et moutons comme on croisera aussi l'ibis sacré et le vison d'Amérique, le ragondin et le rat musqué...
    Le but de cet ouvrage est d'abord de donner les éléments de base dont chaque Breton curieux de nature peut souhaiter disposer quant aux espèces sauvages qu'il peut rencontrer en Bretagne.

  • Les pêcheurs bretons ont su tirer parti des richesses de leurs eaux côtières, mais ils ont aussi parcouru l'Atlantique, du Groenland à l'Afrique du Sud, jusque dans les années 1990.
    A ces années glorieuses ont succédé deux décennies de crise et de déclin, marquées par l'épuisement des ressources, une réduction drastique des diverses flotilles et la prise en main des océans par de nouveaux acteurs (ONG, entreprises de l'énergie, tourisme, etc.).
    Pour faire face à ces nouveaux défis, les pêcheurs bretons peuvent s'appuyer sur une tradition d'organisation, leur capacité d'innovation et la résilience des océans.
    La pêche peut être une activité durable où le défi majeur est celui de la capacité des hommes et des femmes à partager les ressources limitées.
    Il faut aussi pour cela que ces hommes et ces femmes acceptent de vivre d'un métier passionnant, avec un rythme de vie décalé, dans un cadre d'une beauté fascinante, en acceptant la variabilité des ressources et des revenus ainsi que les risques de la mer.

empty