Littérature Adolescents

  • L'Iliade

    Homère

    Chante, ô déesse, le courroux du Péléide Achille, Courroux fatal qui causa mille maux aux Achéens Et fit descendre chez Hadès tant d'âmes valeureuses De héros, dont les corps servirent de pâture aux chiens Et aux oiseaux sans nombre : ainsi Zeus l'avait-il voulu.
    Pars du jour où naquit cette querelle qui brouilla L'Atride, gardien de son peuple, et le divin Achille.
    De ce livre fondateur - le récit de la colère d'Achille, privé par Agamemnon de sa captive Briséis, et refusant de combattre contre les Troyens - nombre de traductions ont été données.
    Celle de Frédéric Mugler, restant la plus fidèle possible au texte original, tente de lui rendre aussi sa puissance lyrique et incantatoire : la poésie d'Homère était dite, ou chantée.
    Or le choix du vers de quatorze pieds, dont la longueur permet - au fil du texte - de restituer l'ampleur du poème tout entier, rend au chant son jaillissement et ses harmoniques secrètes.

  • "Je ne sais pas où Gugu m'emmène, je ne sais pas non plus si j'aurai un endroit où dormir. J'ai encore un peu mal au ventre, et j'ai l'impression d'avoir quelque chose de coincé en travers de la gorge. Mais j'aime tellement les voir et les entendre prononcer ces mots : "dans la rue". Peut-être que je fais déjà partie de ces enfants des rues, qui sait oe" Un collégien en rupture de ban, perdu dans les rues de Taipei après s'être enfui de chez lui, se retrouve mêlé à une sordide histoire de machines à sous. Il va faire l'apprentissage de la marginalité au milieu d'autres adolescents cassés par la vie, à l'image des épaves automobiles où ils ont élu domicile. Une errance tragicomique écrite dans la veine du célèbre Attrape-coeurs de Salinger.

empty