• Le désordre somptueux d'une passion exotique, éclat d'un météore, selon Mallarmé ; un ange en exil aux yeux d'un bleu pâle inquiétant, pour Verlaine. Un « éveil génial », et c'est Le Bateau ivre, une « puberté perverse et superbe », puis un jeune homme brièvement « ravagé par la littérature », le maître d'une « expression intense » aux sujets inouïs - tout cela dans un mince volume, dû au poète touché, puis déserté, par le génie, « aventure unique dans l'histoire de l'art ».

    Ajouter au panier
    En stock
  • Rimbaud Poésies complètes Si l'on devait citer le poète qui a exercé l'influence la plus profonde sur la poésie du début du xxe siècle, il faudrait nommer Rimbaud. Avec plus de hardiesse encore que Baudelaire, il a étendu le champ d'exploration de la poésie. Avant lui, l'expérience poétique était principalement l'expérience de la création littéraire. Après lui, la poésie devient un moyen de connaissance. [...] C'est qu'il n'a pas hésité à se mettre en communication avec la part inconnaissable de lui-même. Il y a découvert un grand jeu d'images, ßeurs éclatées, filles à lèvres d'orange, déluges et miracles, un jeu dont chaque figure ressemble à un message marqué d'un sceau incompréhensible et sacré. Dès lors, Rimbaud va libérer tous les phénomènes de l'inconscient, préparer les voies du surréalisme et créer, si l'on veut, un nouveau mystère dont les symboles resteront étrangers au merveilleux et au fantastique.
    Kléber Haedens Paul Verlaine s'était plu à le souligner : après 1872, Art

  • Le désordre somptueux d'une passion exotique, éclat d'un météore, selon mallarmé ; un ange en exil aux yeux d'un bleu pâle inquiétant, pour verlaine.
    Un " éveil génial ", et c'est le bateau ivre, une " puberté perverse et superbe ", puis un jeune homme brièvement " ravagé par la littérature ", le maître d'une " expression intense " aux sujets inouïs - tout cela dans un mince volume, dû au poète touché, puis déserté, par le génie, " aventure unique dans l'histoire de l'art ".

  • FRAGMENTS
    « La vraie vie est absente. » Mot d'ordre politique, cette phrase de Rimbaud a été citée, chantée, taguée, reproduite et traduite dans toutes les langues.
    Pour approcher Rimbaud, auteur complexe et parfois sibyllin, ce petit livre se propose de réunir les « fragments » essentiels de l'oeuvre - formules, aphorismes ou « phrases ».
    Rimbaud lui-même semble avoir consenti à cette lecture fragmentaire. Il évoque ses « fraguemants » en prose et Verlaine mentionne également sa « série de superbes fragments ».
    Grâce à ces « jeux de cartes », Rimbaud devient plus accessible, plus « pop », sans perdre en complexité. On se met à le lire comme les Fables de La Fontaine, succession de textes sans ordre, ou dans le désordre, comme les Pensées de Pascal.
    Ce Rimbaud « liquide » et « fluide » gagne en éclat. Le plus grand poète français retrouve sa liberté grâce à cette lecture en morceaux.

    LE « RAINBOW »
    Dissimulé au revers de ce petit livre, le « Rainbow » est un dictionnaire homo-érotique hardi. Ce lexique inédit contient « quelques ressources dangereuses ». Véritable « enfer » - au sens où on employait le terme dans les réserves, interdites au public, de la Bibliothèque nationale -, il réunit de nombreux mots et codes « homosexuels » qui figurent dans l'oeuvre de Rimbaud.
    Un tel glossaire, jugé obscène, eût été interdit par les Académies il y a quelques décennies ; trop incorrect, il serait encore sanctionné par l'Université aujourd'hui, si on laissait les « assis » et les « bureaux » seuls juges de la littérature. Longtemps, ce Rimbaud-là a été mis à l'index. Il est grand temps de le libérer.
    Rimbaud nous avait prévenu en dissimulant son beau secret : « J'ai seul la clef de cette parade sauvage. » Un code décrypté ici pour la première fois.

  • FRAGMENTS.
    « La vraie vie est absente. » Mot d'ordre politique, cette phrase de Rimbaud a été citée, chantée, taguée, reproduite et traduite dans toutes les langues.
    Pour approcher Rimbaud, auteur complexe et parfois sibyllin, ce petit livre se propose de réunir les « fragments » essentiels de l'oeuvre - formules, aphorismes ou « phrases ».
    Rimbaud lui-même semble avoir consenti à cette lecture fragmentaire. Il évoque ses « fraguemants » en prose et Verlaine mentionne également sa « série de superbes fragments ».
    Grâce à ces « jeux de cartes », Rimbaud devient plus accessible, plus « pop », sans perdre en complexité. On se met à le lire comme les Fables de La Fontaine, succession de textes sans ordre, ou dans le désordre, comme les Pensées de Pascal.
    Ce Rimbaud « liquide » et « fluide » gagne en éclat. Le plus grand poète français retrouve sa liberté grâce à cette lecture en morceaux.

    LE « RAINBOW ».
    Dissimulé au revers de ce petit livre, le « Rainbow » est un dictionnaire homo-érotique hardi. Ce lexique inédit contient « quelques ressources dangereuses ». Véritable « enfer » - au sens où on employait le terme dans les réserves, interdites au public, de la Bibliothèque nationale -, il réunit de nombreux mots et codes « homosexuels » qui figurent dans l'oeuvre de Rimbaud.
    Un tel glossaire, jugé obscène, eût été interdit par les Académies il y a quelques décennies ; trop incorrect, il serait encore sanctionné par l'Université aujourd'hui, si on laissait les « assis » et les « bureaux » seuls juges de la littérature. Longtemps, ce Rimbaud-là a été mis à l'index. Il est grand temps de le libérer.
    Rimbaud nous avait prévenu en dissimulant son beau secret : « J'ai seul la clef de cette parade sauvage. » Un code décrypté ici pour la première fois.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Faire d'une «oeuvre petite et fermée comme un poing» (Pierre Michon dixit) quelque chose qui ressemble à un livre : délicate entreprise. Car il faut aussi que le livre ressemble à l'oeuvre et ne tire pas sa forme de vieilles routines. Rimbaud a fait imprimer Une saison en enfer et à peu près rien d'autre. L'invention éditoriale est donc permise. Subdivisions, périodisations, classifications et déclassements ont parfois fait de l'éditeur un biographe déguisé ou un commissaire-priseur. Or, s'il s'est lui-même essayé à des regroupements, Rimbaud n'a jamais fini le travail. L'achever pour lui - distribuer ses oeuvres dans des cases entérinées par l'usage ou imaginées pour l'occasion -, c'est plaquer des catégories posthumes sur une énigme vivante. Sous l'intitulé oeuvres et lettres - mais À la recherche d'une voix aurait été un titre acceptable -, cette édition présente l'oeuvre (en prose et en vers) dans sa continuité (et ses ruptures), selon une chronologie avérée ou conjecturale. De chaque poème on offre, successivement, les différentes versions connues, y compris celles que Rimbaud a insérées dans ses lettres. La typographie varie selon qu'on donne à lire un manuscrit autographe ou une copie, voire une publication non autorisée par l'auteur. Puis viennent les lettres écrites par Rimbaud entre 1870 et 1875 (dont les lettres du «voyant», bien sûr), avec à nouveau, le cas échéant, les poèmes qui y sont inclus et qui peuvent donc être lus, cette fois, dans leur contexte. Tout ce qui suit est hors d'oeuvre. Sous l'intitulé Vie et documents paraît la «Chronologie», qui est habituellement placée en tête des volumes de la Pléiade. On y glisse, à leur date, les lettres écrites par Rimbaud de 1878 («J'arrive ce matin à Gênes...») à sa mort. On propose en outre un choix de documents ; ils ne dissipent pas le mystère, tout au plus en dessinent-ils les contours. Mais qu'y a-t-il de plus énigmatique chez Rimbaud ? Son silence ? ou bien plutôt sa voix ?

  • Oeuvres complètes Nouv.

    Outre les Poésies en vers, cette édition de poche comprend les Illuminations, Une saison en enfer, Un coeur sous une soutane et les Proses évangéliques. De la correspondance, n'ont été retenues que la lettre « du voyant » et celle dite de « Laïtou ». « Le Rêve de Bismarck » - article paru en 1870 dans Le Progrès des Ardennes sous le pseudonyme de Jean Baudry - clôt cet ouvrage.

  • Une fougue adolescente sert ici une poésie qui refuse toute limite. Souvent révoltés, toujours ivres de liberté, les vers de Rimbaud résonnent d'une intensité inédite. Le poète aux semelles de vent va de fulgurances en ruptures. De son rire cristallin, ce voyou voyant fait voler en éclat les formes poétiques conventionnelles. Ce faisant, il ouvre la voie, à la poésie moderne.

    Enjeux pédagogiques :
    - Une découverte de la poésie rimbaldienne, entre création et rupture.
    - Une réflexion sur le rôle du poète.
    - Un étude de la notion de modernité en poésie.
    - Une analyse stylistique autour des thèmes de la transgression, de l'innovation, qui posent les bases du surréalisme.

    Thème du programme en lien avec le titre :
    2de - Poésie du XIXe au XXe siècle : du romantisme au surréalisme.
    1re - Écriture poétique en quête de sens.

    Interview exclusive : Alain Tourneux, conservateur du musée Rimbaud de Charleville-Mezières.

  • Les Cahiers de Douai, suivi d'une anthologie sur la révolte en poésie. En complément, un cahier «  Histoire des arts  ».
      L'oeuvre Avec Les Cahiers de Douai, constitué de 22 poèmes lyriques et moqueurs, satiriques et indignés, Rimbaud livre son génie précoce. Surnommé par Verlaine «  l'homme aux semelles de vent  », ce poète adolescent, qui a su incarner la figure de la révolte, a profondément révolutionné la poésie en la transformant en une aventure morale, intellectuelle et même physique.
      Le dossier Avec toutes les ressources utiles au lycéen pour étudier l'oeuvre  :
    * un guide de lecture au fil du texte * des repères et des fiches sur l'oeuvre * un corpus thématique  : «  L'ivresse poétique  » * des sujets types pour l'écrit et l'oral du bac L'anthologie sur la révolte en poésie 18 textes, de Rimbaud à Césaire, en passant par Marceline Desbordes-Valmore , Baudelaire ou Aragon, pour dévoiler les figures de la révolte en poésie  : révolte adolescente, révolte politique et sociale, révolte métaphysique...
      Le cahier «  Histoire des arts  » Dans ce supplément, des photos en couleurs et différents outils d'analyse permettent d'étudier l'art des peintres maudits des XIXe et XXe siècles.
      Et un guide pédagogique Sur www.classiques-et-cie.com. En accès gratuit réservé aux enseignants, il propose une séquence de cours sur l'oeuvre et les corrigés des sujets de type bac.
     

  • « On n'est pas sérieux, quand on a dix-sept ans »... C'est un poète plus jeune encore qui l'écrit : Arthur Rimbaud, rebelle et fugueur, mais lecteur et grand connaisseur de ses contemporains. Les vingt-deux poèmes réunis ici, brûlants et farouches, ouvrent la carrière littéraire de « l'homme aux semelles de vent », à laquelle il mettra un point final à l'âge de vingt-quatre ans.

    Au fil du recueil :
    - 2 explications de textes.
    - 1 commentaire de texte.
    + un dossier composé de 8 chapitres :
    1 - Histoire littéraire: Rimbaud à la croisée des chemins.
    2 - Arthur Rimbaud et son temps.
    3 - Présentation des Cahiers de Douai.
    4 - Les mots importants des Cahiers de Douai (aller ; bohème / bohémien ; vert).
    5 - La grammaire.
    6 - Groupement de textes : Le poète, un être singulier au milieu des hommes.
    Alfred de Musset, « La Nuit de décembre ».
    Victor Hugo, « Fonction du poète ».
    Charles Baudelaire, « L'Albatros ».
    Stéphane Mallarmé, « Brise marine ».
    Réfléchir sur la poésie : extrait des Poètes maudits de Paul Verlaine.
    7 - Prolongements artistiques et culturels.
    8 - Exercices d'appropriation.

  • Ce volume, qui rassemble quelque deux cents lettres écrites par Rimbaud, retrace le destin exceptionnel d'un homme devenu mythe. À seize ans, il entendait changer la vie par les moyens de la poésie ; à vingt ans, il renonça à la littérature pour toujours, et s'engagea dans un périple qui le mena en Arabie et en Afrique, où il se fit négociant, explorateur et trafiquant d'armes.
    Aux côtés des « lettres du Voyant », où se manifeste son précoce génie, et de ses échanges avec ses compagnons de bohème - Verlaine, au premier chef -, on découvrira ici les nombreux courriers que Rimbaud, ayant tout quitté pour « faire de l'or » et se frotter à la « réalité rugueuse », rédigea depuis le Yémen et l'Abyssinie.
    Adressée à ses amis et à Banville, puis à sa famille et à ceux qu'il fréquenta durant son exil, cette correspondance lucide et désespérée, poignante à bien des égards, permet de saisir le vrai visage de « l'homme aux semelles de vent ».
    Cette édition comporte également une nouvelle lettre, étonnante révélation rimbaldienne découverte en 2019 par l'arrière-petit-fils de son destinataire, dans laquelle Rimbaud mentionne son « Histoire splendide », jusque-là seulement évoquée par ses contemporains.

  •  Rimbaud Une saison en enfer Illuminations et autres textes (1873-1875) « Ce passant considérable. » Stéphane Mallarmé « Rimbaud est un prophète de l'incurable négation. Le désert de feu est son lieu. » André Suarès « Le conducteur intermittent de la foudre. » Julien Gracq « Le génie de Rimbaud, cette énergie, cette hâte, aura été avant tout d'essayer d'accomplir la réinvention de l'amour avant que, terriblement vite, il ne soit toujours trop tard. » Yves Bonnefoy édition de Pierre Brunel.

  • 16 ans, il rêve d'horizons lointains et de cieux infinis ; admire la nature et les jeunes filles dans la rue ; se révolte contre la guerre et s'émerveille devant la sensualité du monde. Son âme est vagabonde, son coeur, passionné ou indigné, son esprit, lyrique et toujours curieux. Lui, c'est le jeune Arthur Rimbaud, dont les premiers poèmes, déjà, impressionnent, interpellent et rendent palpable l'exaltation de la jeunesse.

    Les Cahiers de Douai est un ensemble de vingt-deux poèmes d'une étonnante intensité. S'y déploie une langue nouvelle qui s'émancipe de la poésie classique et, de fulgurances en ruptures, ouvre la voie à la modernité.

    - Objet d'étude : Écriture poétique et quête de sens, du Moyen Âge à nos jours - Dossier pédagogique spécial nouveaux programmes - Prolongement : Préparation à l'épreuve de français du baccalauréat

  • En 1871, lorsqu'il écrit « Le Bateau ivre », Arthur Rimbaud a tout juste dix-sept ans. Destiné au cercle des poètes parisiens et faisant office de présentation du jeune auteur, ce poème révèle déjà tout le génie de celui qui, « à seize ans, avait écrit les plus beaux vers du monde », selon Paul Verlaine.
    « Sensation », « Roman », « Ma Bohème » , « Le Dormeur du val », « Voyelles »... Les poèmes rassemblés dans cette anthologie entraînent le lecteur au coeur de l'art poétique du jeune poète et dévoilent les thèmes qui lui sont chers : la communion avec la nature, l'art de la fugue et du vagabondage, ou encore l'attention fertile à la sensualité du monde.

  • Lorsque Arthur Rimbaud écrit les poèmes en prose d'Une saison en enfer, il vit dans la tourmente qui fait suite à sa violente rupture avec Paul Verlaine. Il y relate ses souffrances, qui l'entraînent aux portes de la folie, ses désillusions, mais aussi ses espoirs.
    Une saison en enfer est suivi des Illuminations, derniers poèmes avant l'exil de leur auteur et son entrée dans le silence, qui révèlent l'apogée de sa voyance et sa joie d'être poète. Il n'a alors que vingt ans.

  • Préface inédite d'Aragon Complétée par un appareil critique sous la direction d Olivier Barbarant L écriture d Une Saison en Enfer intervient en 1873, alors que Rimbaud s isole dans la ferme familiale après le « drame de Bruxelles ». Selon les mots de Verlaine, ce recueil est une 'prodigieuse autobiographie psychologique, écrite dans cette prose de diamant qui est la propriété exclusive de son auteur'. Une Saison en Enfer est aujourd hui considérée comme une des uvres les plus importantes de la poésie française. 'Le Temps des Cerises entreprend donc de republier ce texte, complété par un appareil de notes important qui permet de replacer ce livre dans son contexte et de mieux l appréhender. De plus, cet ouvrage contient une préface d Aragon, inédite jusqu à aujourd hui. Écrite dans les années trente pour une édition anglaise d Une Saison en Enfer, Aragon, au sortir du surréalisme qui doit tant à ce texte, s insurge contre la tentative de récupération religieuse par Claudel et Paterne Berrichon dont il fit l objet. En annexe figurent la 'Lettre du voyant', lettre à son ami Paul Demeny dans laquelle Rimbaud expose sa conception de la poésie, ainsi qu Un c ur sous une soutane, texte satirique de jeunesse où Rimbaud se moque d un séminariste de Charleville. Dans la postface, Olivier Barbarant revient sur les liens qui unissent Aragon à Rimbaud et à ce texte. Ce volume permet donc au lecteur une étude approfondie de la Saison en Enfer.

  • Changer la vie par les moyens de la poésie : telle fut l'ambition de Rimbaud. Le poète devenu mythe a défriché un chemin nouveau, où il s'engage à corps perdu et précipite son lecteur. Dans cette aventure, que Mallarmé a qualifiée d'« unique dans l'histoire de l'art », chaque étape nous surprend, mais toutes sonnent juste.

    Dès ses premiers écrits, Rimbaud se sert de l'image pour capter le réel en décapant les apparences. Les poèmes du recueil de Douai vibrent d'un désir de saccage qui trahit son désespoir. Quant aux Poésies des années 1870-1871, elles tracent la silhouette d'un équilibriste au destin de « bateau ivre » : chez lui, tout peut basculer.

  • On connaît Molière, et on croit le connaître bien. Chaque génération l'a lu à sa manière. Des traditions éditoriales, et des légendes biographiques, se sont fait jour. On publie généralement ses oeuvres dans l'ordre selon lequel elles furent créées, alors que pour plusieurs pièces, et notamment pour Tartuffe, on ne possède pas le texte de la création. Il aurait écrit sur la médecine parce qu'il était malade ; sur le mariage et la jalousie parce que sa femme aurait été légère... L'avantage, avec les grandes oeuvres, c'est qu'elles redeviennent neuves dès qu'on veut bien porter sur elles un regard différent. Ainsi, ce n'est pas dans de prétendues difficultés conjugales qu'on cherchera la source de l'intérêt de Molière pour le statut des femmes, mais bien plutôt dans un ensemble de valeurs partagées par toute la société mondaine de son temps. De même, Molière ne fut pas un malade qui raillait ses médecins, mais un auteur qui, après l'interdiction du Tartuffe, utilisa la médecine comme allégorie de la religion, sujet désormais prohibé. De même encore, on ne peut mettre sur le même plan les pièces qu'il publia lui-même - à partir des Précieuses Ridicules -, celles que firent imprimer ses héritiers et celles qui restèrent inédites jusqu'au XIXe.

  • Rimbaud Oeuvres complètes III Changer la vie par les moyens de la poésie : telle fut l'ambition de Rimbaud. Le poète devenu mythe a défriché un chemin nouveau, où il s'engage à corps perdu et précipite son lecteur. Dans cette aventure, que Mallarmé a qualifiée d'« unique dans l'histoire de l'art », chaque étape nous surprend, mais toutes sonnent juste. Avec les Illuminations, Rimbaud compose sa légende. Ces étincelants poèmes en prose croient pouvoir combler l'absolu du désir. Par la force performative de leur expression, ils nous éveillent, et nous initient à un monde magique, aux harmonies inouïes.

  • L'oeuvre annotée : Rimbaud compose à l'âge de seize ans les vingt-deux poèmes qui constituent les Cahiers de Douai. Il y exprime avec force et vigueur sa révolte face au conformisme de la société, ses premiers élans amoureux, sa soif d'aventure, et fait preuve d'une grande modernité dans l'écriture, en rupture avec les canons de son époque. Dossier thématique : L'Adolescence Par Julie Chaintron. Biographie de l'auteur, histoire de l'oeuvre ; Un adolescent en révolte contre la société ; L'éveil des sens ; La volonté de s'affirmer.
    Le + pour l'oral : Des extraits de l'oeuvre lus par des comédiens et accessibles grâce à des flashcodes. Prolongements interdisciplinaires : Histoire des arts ; Education aux médias et l'information ; Musique. Vocabulaire, exercices écrits et oraux, groupements de textes et lecture d'images autour de l'oeuvre.

  • Arthur Rimbaud (1854-1891) a traversé la poésie française comme un météore. Les fulgurances de son oeuvre, créée au sortir de l'adolescence puis abandonnée, les désordres de sa vie vagabonde et sa disparition prématurée fascinent et déconcertent à la fois. De son vivant déjà, il est une figure légendaire, un mythe, qui se résume souvent à une formule : voyou, voyant, mystique (fût-ce à l'état sauvage), communard, négrier, érotomane, scatologue. Autant d'étiquettes, de jugements à l'emporte-pièce qui masquent la vérité de sa vie et de son oeuvre.
    Certes, l'enfant prodige de Charleville, le compagnon turbulent de Verlaine ou le négociant implanté à Harar a multiplié les provocations à plaisir et cultivé les contradictions les plus irritantes à dessein. Rimbaud nous nargue, nous échappe. Comme il s'échappe à lui-même. « Homme aux semelles de vent », il tend des cordes de clocher en clocher et danse. Rimbaud va vite. En quelques années, il crée une oeuvre, en vers et en prose, qui parachève des siècles de poésie et fonde les interrogations de toute poésie moderne.

  • «[...] Maintenant, je m'encrapule le plus possible. Pourquoi ? Je veux être poète, et je travaille à me rendre voyant : vous ne comprendrez pas du tout, et je ne saurais presque vous expliquer. Il s'agit d'arriver à l'inconnu par le dérèglement de tous les sens. Les souffrances sont énormes, mais il faut être fort, être né poète, et je me suis reconnu poète. Ce n'est pas du tout ma faute. C'est faux de dire : Je pense. On devrait dire : On me pense. Pardon du jeu de mots. [...]» Lettre à Georges Izambard, 13 mai 1871.

  • Tout se passe comme si Rimbaud et son oeuvre littéraire - une oeuvre littéraire qui n'excède pas les deux cent cinquante pages ! - demeuraient « hors de toute littérature », selon la belle expression du critique Félix Fénéon, formulée dès 1886.
    C'est-à-dire sans équivalent.
    Sans ascendance et sans descendance.
    Oui, bien sûr, on peut toujours comparer ses poèmes en vers et en prose à ceux de la plupart de ses devanciers, de ses contemporains et de ses successeurs en France, au XIXe siècle et au XXe siècle.
    Oui, bien sûr, on peut toujours trouver, ici et là, des points de convergence avec telle ou telle oeuvre. D'ailleurs depuis des décennies et des décennies, depuis la fin tragique de Rimbaud à l'âge de trente-sept ans, après s'être arraché contre son gré du Harar et être rentré au pays, les exégèses et les commentaires allant en ce sens n'ont pas cessé de fleurir.
    Jusqu'à former une gigantesque bibliothèque.
    À constituer un domaine spécifique baptisé le rimbaldisme.
    Et après ?
    Et quand bien même ?
    « Hors de toute littérature ».
    Inouï de constater à quel point les propos de Félix Fénéon n'ont rien perdu de leur pertinence et de leur acuité !
    À croire qu'ils sont devenus un algorithme.
    Une suprême et éclatante évidence.


    Les extraordinaires poèmes d'Arthur Rimbaud, qu'ils soient écrits en vers ou en prose, fourmillent d'images rares et étonnantes, les unes réalistes à souhait, les autres surnaturelles, mystérieuses, et même parfois des plus abstraites.
    Cet album est une manière de défi : mettre en équation cent poèmes de celui que Paul Verlaine a appelé « l'homme aux semelles de vent » et des chefs-d'oeuvre de la peinture, connus ou méconnus, les uns comme des évidences, les autres comme de stupéfiantes révélations.

  • Dans Folioplus classiques, le texte, enrichi d'une lecture d'image, écho pictural de l'oeuvre, est suivi de sa mise en perspective organisée en six points :

    - Mouvement littéraire : Révolutions rimbaldiennes - Genre et registre : Poétique de l'image et de la contradiction - L'écrivain à sa table de travail : Difficultés du recueil - Groupement de textes : « Le lieu et la formule » : rêve, poésie et mouvement - Chronologie : Arthur Rimbaud et son temps - Fiche : Des pistes pour rendre compte de sa lecture Recommandé pour les classes de lycée.

empty