Littérature générale

  • Ce roman est un des derniers romans inédits de Eça.
    Le personnage de Fradique, déjà ébauché dans Le Mystère de la route de Sintra, est un dandy pittoresque, protagoniste de cette Correspondance, dont la biographie, prétendument écrite après sa mort par son meilleur ami, introduit le livre. Certains chapitres parurent sous forme de feuilleton simultanément au Brésil et au Portugal et plusieurs lettres apparurent comme chroniques signées Eça de Queiroz dans la Gazeta de Notícias en 1892 et en 1897, dans la Revista Moderna, publiée à Paris. C'est dire combien se superposent Fradique et son créateur.
    Ses correspondants, tous fictifs et pourtant si réels, sont Clara dont il est épris et à qui il écrit des lettres passionnées, Madame de Jouarre, un ingénieur chargé de construire la voie ferrée Jaffa-Jérusalem, un poète qu'il met en garde contre le « Décadisme », et des personnages « types », croqués d'une manière hilarante, tels le Père Salgueiro ou le député Pacheco.

  • Paru en 1991, 202, Champs-Élysées est un des derniers chefs-d'oeuvre de Eça de Queiroz. Il parut au Portugal un an après sa mort, en 1901, sous le titre A Cidade e as serras (La Ville et les montagnes).
    Raconté par Zé Fernandes, ami du héros, Jacinto, le récit se déploie entre la « civilisation », incarnée par Paris, la ville Lumière où est situé l'hôtel particulier du 202, Champs-Élysées, où demeure Jacinto, et la « barbarie », personnifiée par le village de Tormès, que constituent les montagnes du Sud du Portugal. Mais très vite, Jacinto se lasse des innovations de la prétendue civilisation (de son graphophone, son théâtrophone, son conférençophone, son monte-plats, son numéroteur de pages...) et autres gadgets sortis du Catalogue de l'Exposition universelle et redécouvre « la vraie vie » de la campagne, les charmes, la beauté d'une existence simple et naturelle. Le paradis est devenu enfer et l'enfer paradis.
    Prémonitoire, féroce et d'une drôlerie constante, le roman est une charge d'une modernité stupéfiante sur le factice et le dérisoire d'un progrès détourné de sa mission et un hymne aux vertus de la province que ne dénieraient pas les écologistes contemporains.

empty