• Petit Navire, spécialiste des conserves de poissons, a imposé son nom depuis 80 ans, grâce à plusieurs usines en Bretagne et sur toute la façade Atlantique (Pornic, L?Île d?Yeu, Saint-Jean-de-Luz). C?est la longue histoire de cette entreprise que documente son ancien dirigeant Jacques Blanken. Devenu un historien maritime reconnu, il réunit ici des textes fouillés et des images inédites, issus de multiples sources et témoignages. On y lit l?épopée familiale des fondateurs Paulet, un développement à grande échelle (y compris par l?affrètement de chalutiers sur les mers du monde), des process techniques, des innovations commerciales et marketing, un paysage social particulier?

  • Les smogleurs sont les navires qui s'adonnèrent à la fraude ou à la contrebande de guerre entre la France et l'Angleterre, aux XVIII et XIXe siècles. Ce livre fait donc le récit d'un commerce " interlope ", de longue durée et de grande échelle, dépassant même le montant des importations légales. C'est le cas du trafic de certaines denrées : tabac, laine, vins et eaux-de-vie... Cette activité illicite fut le substitut logique et florissant de relations existant de longue date, mais que de trop nombreuses rivalités et conflits ont souvent contrariées soit par des interdictions, soit par l'instauration de lourdes taxes, soit surtout du fait de la guerre entre ces deux nations (blocus).
    L'ouvrage en examine les causes, effets et enchaînements. La ruse des trafiquants donne lieu à des anecdotes épiques. L'architecture navale évolue côté douaniers (les cutters) ou côté malfaiteurs (les sloups), et gagne en vitesse et maniabilité. La contrebande n'a pas toujours été combattue, mais au contraire parfois encouragée (guerre de course, corsaires) pour affaiblir les économies rivales.

  • Un récit captivant, vivant qui reprend les histoires de ces navires contrebandiers, les ruses des trafiquants... Illustrations originales du peintre Fanch Moal.

  • Les ports ont longtemps abrité des microcosmes très particuliers organisés par métiers. C'est cette vie des ports de jadis et de leurs métiers, petits et grands, et des traditions et techniques qui vont avec, que nous content nos auteurs, grands spécialistes du patrimoine historique et culturel des côtes de France.

  • Le littoral de la Bretagne est long de 1100 kilomètres ; le double si l'on ajoute les îles...
    Les voies d'eaux intérieures représentent, elles, plusieurs centaines de kilomètres.
    Au fil des siècles, le long de ces côtes et voies intérieures, les Bretons ont développé un grand nombre de types de bateaux de travail. Ces embarcations, souvent construites en bois, étaient chacune adaptée à un usage particulier : pêche, transport de marchandises, ramassage du goémon... Et à des conditions de navigation spécifiques : haute mer, littoral, estuaires, rias et abers...
    Grands connaisseurs du patrimoine maritime breton, et de sa conservation, nos auteurs vous présentent ici les principaux types de bateaux que l'on trouvait encore début du XXe siècle le long des côtes de Bretagne. Ils vous présentent aussi tous les efforts faits par le monde associatif et les musées pour préserver la mémoire de ces objets techniques patrimoniaux.

empty