Langue française

  • Après la mort de son mari, Graça revient habiter la maison vide de son enfance. Elle tourne en rond, accablée par ses souvenirs. Elle revoit son père, autoritaire et in?exible ; sa jeune belle-mère qu'elle a surprise en train d'embrasser le cousin Vasco, dont elle était elle-même amoureuse. Elle repense aux huit années qu'elle a passées avant de les trahir, de les dénoncer à son père... Elle est obsédée par l'image de ce père furieux qui l'a chassée et est mort sans lui pardonner.
    Maria Judite de Carvalho est née en 1921 et décédée en 1998. Elle fut la femme de l'écrivain portugais Urbano Tavares Rodrigues. Elle tint durant plusieurs années des chroniques sur des choses vues et entendues dans des journaux portugais. Son oeuvre, commencée en 1959 avec le bref récit Tous ces gens, Mariana..., compte parmi les plus étranges mais aussi parmi les plus intéressantes du XXe siècle en Europe. Ses romans et nouvelles se caractérisent par une liberté de ton, particulièrement ironique, et une apparente légèreté sous laquelle se pro?lent de nombreuses questions existentielles d'importance.

  • À trente-huit ans, Jô n'a ni passé, ni avenir, et quelquefois se refuse à avoir un présent. La vie est vide, grise, un amalgame d'événements sans intérêt, dépourvus de sens. Le temps passe, les choses se couvrent de couches successives de poussière. Son existence - comme celle des autres - est dans une impasse, Jô le sait bien. Elle aurait aimé avoir un enfant, rien que cela, un enfant. Elle aurait pu épouser Artur, puisqu'il est libre : mais il tient à le rester justement, et puis, il a déjà une ?lle. En plus, l'hiver arrive et ça ne lui vaut rien. Et Paula, qui lui raconte sa vie au téléphone, est-elle vraiment une amie ?
    Maria Judite de Carvalho est née en 1921 et décédée en 1998. Elle fut la femme de l'écrivain portugais Urbano Tavares Rodrigues. Elle tint durant plusieurs années des chroniques sur des choses vues et entendues dans des journaux portugais. Son oeuvre, commencée en 1959 avec le bref récit Tous ces gens, Mariana..., compte parmi les plus étranges mais aussi parmi les plus intéressantes du XXe siècle en Europe. Ses romans et nouvelles se caractérisent par une liberté de ton, particulièrement ironique, et une apparente légèreté sous laquelle se pro?lent de nombreuses questions existentielles d'importance.

empty