• Le livre.

    à bout de bras.

    Au-dessus de son visage.

    Comme ligne d'horizon.

    Comme carte d'un territoire.

    à décrypter en temps réel.

    Le garçon lit.

    Ce garçon qui se déplace secrètement vers une autre dimension découvre les pouvoirs des mots. Quelques années plus tard, devenu écrivain, il mixe - à sa façon - scènes familiales et extraits de ses lectures, pour ouvrir son « livre du dedans » et révéler son parcours de lecteur.

  • Trip machine

    Patrick Bouvet

    Constitué de plusieurs sections aux ambiances parallèles, ce livre mêle un objectivisme halluciné aux perfides promesses des nouvelles technologies. De mutations lexicales en infra-accélérations verbales, embarquement immédiat pour ce voyage littéraire propulsé, où l'on croise la cybernétique, la chirurgie esthétique, la traque policière et la pyrotechnie. Et nous voilà face à notre devenir machine...

  • Pistes vol.1

    Patrick Bouvet

    Pistes vol. 1 contient 7 textes, 2 nouveaux et 5 épuisés.

  • Ultra-moderne poésie." c'est parée de strass et de diamants que la star très appréciée du public s'est présentée à la cérémonie sous une pluie de flashes elle a tenu à rendre hommage aux morts et aux survivants avant de brandir sa statuette en larmes un prix amplement mérité pour un rôle difficile où elle ne cesse de croiser et décroiser ses jambes devant des corps mutilés et carbonisés "Sur les talons d'une star étincelante, nous passons de la fiction à la réalité avec ce nouveau texte de Patrick Bouvet qui, comme ses autres livres, relève du sampling ou de l'installation poétique et qui parle du cinéma américain. Ou, plus exactement, trouve sa source et son inspiration dans les films américains des années 70 et début 80 qui ont marqué durablement son adolescence, période où se cristallisent les émotions et de nouveaux rapports au monde. Ces films, qui mettaient en scène des anti-héros, des rebelles, des marginaux, des zombies, abordaient de front la violence, le pouvoir, la morale, la sexualité et inventaient des genres : le road movie, film de guerre hallucinogène, théorie du complot... Au même moment apparaissaient sur les écrans le "blockbuster", avec des productions, comme Les Dents de la mer ou Star wars, et des moyens dignes d'une véritable industrie : star system, manipulation du spectateur, débauche d'effets spéciaux.Dans Pulsion Lumière, Patrick Bouvet propose son propre " montage " de cette période cinématographique et de ses influences. Après avoir abordé la vidéo (In situ, 1999), la photographie de presse (Shot, 2000), la télé (Direct, 2002), le jeu vidéo (Chaos Boy, 2004) et la photographie de mode comme représentation de la femme (Canons, 2007), il se devait d'aborder le cinéma, principal pourvoyeur en images de notre univers contemporain.

  • Carte son met en scène une chanteuse internationale qui doit faire parler d'elle pour exister, et nous invite à la suivre, de son studio d'enregistrement jusqu'à la scène du grand show. La « star » vit dans un ranch et un environnement qui lui permettent de travailler et satisfaire ses passions, le tout sous l'oeil attentif des réseaux. Clips sur la toile, messages à l'attention des fans sur les réseaux sociaux, apparitions publiques suivies par les medias, histoires amoureuses dans la presse people, interview confession à la télé. Une vie entre transparence et opacité, « hyperprésence » et disparition, proximité et mystère, un don d'ubiquité qui n'est pas sans conséquences : harcèlement, confusion entre le personnage public et la personne intime.

  • Shot

    Patrick Bouvet

    " avec tes jumelles de vision nocturne on voyait tout il y avait plein de trucs qui montaient vers nous des traçantes des missiles " raconte le pilote on voyait tout dans le crâne il y avait plein de trucs " lorsque nous sommes arrivés sur l'objectif c'était comme dans un rêve " des traçantes des missiles le ciel vêtu de strass

  • Une lectrice de magazines, une jeune starlette et une performeuse féministe : trois femmes aux prises avec les canons de la beauté.
    Comment s'y prendre pour exister ? Soumises ou rebelles, elles savent que l'apparence a toujours le dernier mot.

  • Malgré le scintillement difficilement supportable / le spectateur doit suivre / le rythme industriel / il est au coeur d'une véritable accélération / du temps et de l'espace / un mouvement qui enregistre le monde / le copie / le mécanise / et le projette.

    Depuis une quinzaine d'années, Patrick Bouvet interroge la « condition postmoderne » : la fabrication des images collectives (In situ ; Shot ; Direct), la marchandisation des corps (Canons), la virtualisation du réel par la technologie (Chaos Boy) ou la culture de masse (Pulsion lumière ; Carte son). Ce sont tous ces thèmes qui se trouvent orchestrés et remis en perspective dans cette Petite histoire du spectacle industriel. Sa lecture à la fois poétique et politique de notre époque aboutit à un manifeste très critique à l'égard des mass media et de l'industrie du divertissement.

  • Bousculade
    la gamine pleurait
    dans la bousculade
    elle avait été
    repoussée
    par un type de la
    sécurité
    et elle avait raté
    la photo
    de son étoile
    préférée
    (extrait)

  • [regardez
    Les planètes à l'envers
    Une belle cacophonie
    Dans votre ciel
    Vous avez l'impression
    De ne pas être
    Sur la même longueur d'onde
    Que les autres
    L'impression de ne pas être.]

  • Un porte-parole a fait savoir que dès l'année prochaine les voyageurs devront posséder un passeport biométrique doté d'une puce contenant des informations difficiles à falsifier nous devons être prudents car la convention de Genève proscrit les images humiliantes empreintes digitales scanner de la rétine et hologramme du visage dans l'hypothèse où les intéressés décideraient de porter plainte « Le bout du monde » première des 5 séquences qui composent ce nouveau livre de Patrick Bouvet annonce tout de suite la couleur. Un groupe de touristes en mal d'exotisme débarque dans un village pittoresque. À la différence de ces touristes endormis, l'auteur est hanté par l'envers du décor, effroyable : coupures de conscience au sud, massacres au nord, viol de la réalité à l'est, corruption à l'ouest Les images sont violentes, elles se télescopent en une série d'actes qui dénoncent la folie du monde.

  • Dans la ville
    Au volant d'une voiture
    Impossible assemblage
    De soi
    Dans un milieu
    Publicitaire
    Lumineux
    Electronique.

  • je veux un gros plan
    sur son visage
    pendant qu'il gueule
    dans le micro
    je veux voir
    sur tous les écrans
    un client
    qui s'exprime
    un client libre.

  • « Situation kafkaïenne », « Situation ubuesque », voilà ce qu´on entend tous les jours, propagé par les médias ou dans la bouche des gens ordinaires. Elle peut être vécue comme absurde, ridicule ou insupportable, mais de toutes parts on évoque la bureaucratie. Tout le monde la subit, au quotidien. Elle semble parfois cause de tous les maux. Et pourtant on s´aperçoit que personne ne parle de la même chose selon que l´on convoque les dimensions psychologique, sociologique, historique, politique. C´est ce mélange, étayé à la fois sur les expériences quotidiennes et sur les préjugés ordinaires, que les auteurs ont voulu clarifier en se référant à une approche anthropologique de ce phénomène complexe et envahissant qu´est la bureaucratie. On constate, aussi bien dans le domaine du travail que dans ce qu´en disent les gens dans leur vie quotidienne, un emploi tous azimuts du terme « bureaucratie ». D´où sa nécessaire élucidation par les approches diverses des sciences anthropo-sociales.

empty