• "Toute voix neuve éclate dans un temps gouverné par des modes de penser et de sentir, par des habitudes, par des formes elles-mêmes tyrannisées par une idéologie, et elle est condamnée à être en effet "inouïe" : dans ce sens, il est significatif, non pas peut-être que tous les grands recueils de Verlaine, y compris, en 1885, Jadis et Naguère, aient été publiés à compte d'auteur, mais que tous, malgré quelques articles, et les plus amicaux ne sont pas les moins aveugles, soient passés, sans exception, inaperçus : artistes, critiques, "juges attitrés", tous adonnés aux "jeux anciens" ; la "modernité", c'est du côté du Parnasse qu'elle se cherche, ou dans le réalisme de Coppée, de Mérat (auquel il est vrai que Verlaine se montrera lui-même très attentif, mais c'est pour aussitôt, dans les Paysages belges, dans les pièces des Fêtes galantes où se laissent reconnaître ses motifs, l'entraîner dans une autre aventure) : qui eût pu, dans cette voix "en allée", secrète et vertigineuse, la reconnaître, et avec elle, imperceptiblement et pour jamais, c'étaient les formes mêmes qui bougeaient.
    Si, Mallarmé, reconnaissant dès les Poèmes saturniens l'effort conscient de Verlaine "vers la sensation rendue" (et c'est déjà, par places, cette "traduction immédiate du senti" qu'exigera un jour Rimbaud), le rejet des "favorites usées", la naissance d'"un métal vierge et neuf" ; Rimbaud, lecteur, dès leur parution, des Fêtes galantes et, dans la lettre fameuse à Paul Demeny du 15 mai 1871, tenant Verlaine, avec Baudelaire, pour un "vrai poète", pour un "voyant".
    C'est-à-dire, essentiellement, le texte est là ("Les inventions d'inconnu réclament des formes nouvelles"), pour ce créateur d'une autre langue poétique, que Baudelaire, à ses yeux, n'a pas été ("la forme si vantée en lui est mesquine") et que Verlaine lui-même, un jour, très tôt, ne saura plus ou n'osera plus être. " Jacques Borel.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Verlaine Poèmes saturniens Des Poèmes saturniens, entendons qu'ils sont placés sous le signe de Saturne. Ils seront donc inspirés : il n'était pas inutile de l'affirmer alors que régnaient encore des versificateurs parnassiens. Ils seront aussi baignés d'une rêverie douce et savante, tandis que le poète tournera son regard vers l'intérieur. Point ou peu de récits ou d'anecdotes. Ici l'on se souvient, l'espace d'un sonnet - et non d'un interminable poème -, sur un air de chanson grise. Et il n'est pas jusqu'à celle que l'on aime, qui ne prenne une forme incertaine.
    Tout semble simple. Tout est savant, mais d'une technique si maîtrisée qu'elle a cessé d'être visible, au point que beaucoup s'y sont trompés. Verlaine est un poète à la fois immédiat et difficile. Il exige donc une annotation riche et précise (combien de parodies qui avaient échappé jusqu'à cette édition à l'attention des lecteurs ?), une attention à la langue et à la prosodie, alors, mais alors seulement, comme l'avait dit à peu près Ovide :
    « Maintenant, va, mon Livre, où le hasard te mène ! » édition critique établie, annotée et préfacée par Martine Bercot.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Collection « Classiques » dirigée par Michel Zink et Michel Jarrety Verlaine Romances sans paroles suivi de Cellulairement En 1874, lorsque Verlaine reprend à Felix Mendelssohn le titre de ses courtes pièces pour piano, Romances sans paroles, cette sorte de chanson entrée en littérature à l'époque romantique relève déjà d'une tradition désuète. Mais l'essentiel ici est qu'elle nous dise la primauté du chant dans une poésie à la fois naïve et savante dont le lyrisme mélancolique exprime de manière alors neuve ce que le poète lui-même appelait « le vrai vague » où fusionnent des sensations diverses. Et ce recueil à l'atmosphère noyée, il suffit que le sens simplement y murmure.
    Romances sans paroles n'était pas encore publié quand Verlaine fut arrêté pour avoir tiré sur Rimbaud, et Cellulairement fut écrit pendant son séjour en prison. Les poèmes, pourtant, font peu de place à la vie carcérale, et retracent surtout une crise d'identité sans pareille dans la vie du poète. Désormais, Verlaine ne joue plus avec une réalité douloureuse : il la vit et cherche à fuir.

    Edition d'Olivier Bivort.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Peu de rencontres ont suscité autant d'intérêt que celle de Rimbaud et Verlaine en septembre 1871. À son arrivée à Paris, le jeune poète ardennais apparaît à l'auteur des «Poèmes saturniens »comme un enfant « au visage parfaitement ovale d'ange en exil ». Ce sera le début d'une relation tumultueuse et féconde, qui prendra brusquement fin en juin 1873 à Bruxelles. L'intensité de cette liaison s'est transmise à la création des deux écrivains, qui dès 1872 partagent leurs élans de renouvellement poétique. Verlaine devient ainsi un témoin privilégié de son compagnon tant sur le plan humain que littéraire. C'est à travers ce rôle de témoin que Verlaine a « inauguré la gloire » de Rimbaud, comme il l'admettra lui-même, en publiant plusieurs de ses poèmes inédits et en les commentant. Ces pages, souvent émues, restituent le visage authentique du poète de Charleville.

  • Romances sans paroles (1874) marque un tournant radical dans l'oeuvre de Verlaine et dans l'histoire de la poésie française. Ce « petit bouquin », qu'il rédige pendant sa liaison tumultueuse avec Rimbaud et qu'il présente comme une « série d'impressions vagues », est hanté par la tentation du silence. Que peut la parole face à la réalité, dont le sens est fuyant ? Comment dire les sentiments d'un moi erratique et opaque à lui-même ? Et surtout, comment les dire autrement, après le romantisme, qui les a exaltés, et le Parnasse, qui s'en est méfié ? En s'emparant d'un genre désuet, la romance, Verlaine réinvente le beau à partir du banal, renoue avec l'oralité au coeur de l'écrit, et fait du chant l'utopie de la parole poétique.

  • "L'auteur de ce livre n'a pas toujours pensé comme aujourd'hui. Il a longtemps erré dans la corruption contemporaine, y prenant sa part de faute et d'ignorance. Des chagrins très mérités l'ont depuis averti, et Dieu lui a fait la grâce de comprendre l'avertissement. Il s'est prosterné devant l'Autel longtemps méconnu, il adore la Toute-Bonté et invoque la Toute-Puissance, fils soumis de l'Eglise, le dernier en mérites, mais plein de bonne volonté.
    Le sentiment de sa faiblesse et le souvenir de ses chutes l'ont guidé dans l'élaboration de cet ouvrage qui est son premier acte de foi public depuis un long silence littéraire : on n'y trouvera rien, il l'espère, de contraire à cette charité que l'auteur, désormais chrétien, doit aux pécheurs dont il a jadis et presque naguère pratiqué les haïssables moeurs. [... ]" Paris, 30 juillet 1880.

  • En 1867, le jeune Verlaine s'octroie un dérivatif fri-vole : composer une plaquette, Les Amies, qui contient six sonnets consacrés aux amours saphiques et paraîtra clandestinement. Ces quelques pièces, il est tentant de les opposer aux Fêtes galantes, parues quinze mois plus tard ; mais ce serait oublier combien, dans ce recueil qui emprunte son cadre à un xviiie siècle de parodie, couve aussi le désir charnel. Un recueil passéiste ? Un livre bien plutôt où le tour de force du poète est d'évoquer avec justesse les malaises de la jeunesse à la fin du Second Empire, dans un décor d'insouciante et paradoxale légèreté.
    «Ils n'ont pas l'air de croire à leur bonheur», dit un vers des Fêtes galantes. Mais Verlaine croit au sien lorsqu'il adresse jour après jour à sa future épouse les vingt et une pièces de La Bonne Chanson. Ingénus et sincères, ces poèmes d'amour chaste tranchent sans doute sur le reste de l'oeuvre, mais le même savoir-faire s'y retrouve : celui, disait Banville, d'un «artiste toujours aussi savant mais devenu heureux».

    Edition présentée et annotée par Olivier Bivort.

    Ajouter au panier
    En stock
  • On a pu voir en Verlaine un poète spleenétique, révolté, religieux, pornographique, artificiel ou encore fade. Mais il est sûr que ce virtuose du vers a révolutionné la poésie par sa sensibilité moderne et la liberté qu'il accorda à l'imagination. Cette édition réunit ses quatre premiers recueils, publiés de 1866 à 1870, avant sa rencontre avec Rimbaud. Elle donne à voir comment Verlaine devint poète, comment il élabora un style singulier, et quelle fut sa stratégie pour composer son oeuvre et entrer dans le monde littéraire.
    De la sensibilité torturée des Poèmes saturniens à la sensualité naïve et franche des Amies, de la mélancolie inquiète des Fêtes galantes à l'amour rêvé de La Bonne Chanson, Verlaine touche à tout, travaillé par une riche variété d'inspirations qui fécondera durablement ses vers. Au terme de ces années de formation, il a posé les fondements d'une esthétique nouvelle et investi la poésie d'une mission privilégiée : faire sentir la vie comme on ne l'a jamais sentie.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Le 29 mars 1894, deux ans avant sa mort, Verlaine donnait au café Le Procope à Paris une conférence intitulée Les poètes du Nord. Il y évoquait quelques « nordistes » de renom comme Marceline Desbordes-Valmore et Sainte-Beuve, annonçait la naissance d'un mouvement de contestation de la centralisation parisienne et incitait le public à redécouvrir les oeuvres et traditions culturelles des provinces et régions françaises.

    Longtemps considérée comme perdue, cette huitième et dernière conférence du poète a été retrouvée en même temps que deux lettres inédites de Verlaine y afférent. Afin de rendre au lecteur un peu de l'atmosphère de cette soirée d'exception, les poèmes et chansons proposés au cours de cette conférence sont donnés en annexe, ainsi que le témoignage d'un participant.
    Un cahier iconographique complète ce bel ensemble.

  • Fêtes galantes, un recueil court, composé de 22 poèmes dans des formes métriques très variées, met en scène des scènes de séduction et de badinage amoureux entre des personnages issus du monde de la commedia dell'arte italienne et d'une campagne idéalisée. Quant au recueil Romances sans paroles, il se divise en 4 parties : les Ariettes oubliées, Paysages belges, Birds in the Night et Aquarelles. Le recueil porte l'empreinte de l'intérêt du poète pour la musicalité des chansons et pour la peinture en général.
    Paul Verlaine, poète français (1844-1896). Fêtes galantes est un recueil de poèmes publié en 1869. C'est le deuxième recueil signé par le poète après les Poèmes saturniens de 1866. Il publie quelques années après le recueil de poésie Romances sans paroles (1874).

  • Romance sans paroles

    Paul Verlaine

    "Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches Et puis voici mon coeur, qui ne bat que pour vous.
    Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches Et qu'à vos yeux si beaux l'humble présent soit doux." Passé inaperçu lors de sa première parution, Romances sans paroles n'aura rapporté que 125 francs à Paul Verlaine... Mais qu'importe l'argent, parlons d'amour !
    L'amour pour Arthur Rimbaud - avec qui il voyage et explore de nouveaux horizons poétiques.
    L'amour de la poésie et l'envie de l'amener plus loin : Romances sans paroles certes, mais pas sans musique ! L'amour de la peinture impressionniste dont il aime l'émotion qui s'en dégage ;
    Il tentera d'accomplir avec des mots ce que Monet réalise avec son pinceau.
    Romances sans paroles est inspiré des épisodes de la vie du poète, et permet d'entrer dans l'intimité de Paul Verlaine pour ressentir ses joies, ses peines, ses passions, ses inspirations, son époque.
    Quelques exemples saillants pris dans le dossier :
    Je découvre - Les mots ont une histoire : Palsambleu : ce juron est en fait un blasphème déguisé ! Il s'agit d'un euphémisme de prononciation de « par le sang de Dieu ». Pourquoi remplacer « Dieu » par « bleu » ? Comme prononcer en vain son nom est un sacrilège, le mot « bleu » a été choisi pour sa proximité sonore, tout bêtement. Ce terme était déjà vieilli à l'époque de Verlaine.
    J'analyse - Quelle vision du monde dans Romances sans paroles ? : « dans certains poèmes de Paysages belges , le poète regarde le monde à travers la vitre d'un train. Le mouvement, la vitesse du train et le cadrage de la vitre altèrent sa vision du monde. Il donne alors à sentir une nouvelle interprétation du monde. » Nous prenons la parole - Organisons le débat : « dans son recueil, au moyen d'allusions discrètes, Verlaine critique le gouvernement français de son temps, le capitalisme industriel et la bourgeoisie. Faites donc de même avec la question suivante : Est-il pertinent de dénoncer les travers de la société au moyen d'une oeuvre artistique ? » Prolongements - Groupement de textes : Visions poétiques du monde (Hugo, Rimbaud, Supervielle, Ponge)

  • Parus à un an de distance mais conçus comme un diptyque, Amour et Parallèlement illustrent les deux tendances de Verlaine à la fin des années 1880  : la mystique religieuse et l'exaltation des corps, la dévotion et le plaisir des sens. Si Amour est écrit sous le signe de l'amour de Dieu et de l'amitié, Parallèlement présente pour la première fois des poèmes ouvertement homosexuels. La poésie de Verlaine, toujours sensuelle, y mêle la tendresse de l'effusion à la franchise de l'aveu  ; inimitable, elle donne au désir sa voix la plus authentique.
      Ces deux recueils, amplement annotés, sont accompagnés de documents inédits, d'un apparat critique et d'un relevé complet des variantes, d'un dossier sur la réception de l'oeuvre et d'une abondante bio-bibliographie.
      Édition établie par Olivier Bivort. 

    Ajouter au panier
    En stock
  • Verlaine est un poète à part. Il n'est pas un parnassien, il n'est pas un symboliste, il n'est pas un décadent, il n'est pas un émule de Victor Hugo ni un émule d'Alfred de Musset, il n'est pas davantage un disciple de Gérard de Nerval ni un disciple de Charles Baudelaire, et il n'est pas non plus le double assagi d'Arthur Rimbaud.

    Non, il est lui-même, prodigieusement et totalement lui-même, et il est à lui seul tous ceux qui l'ont influencé et tous ceux qu'il a surpassés grâce à son génie poétique. La cadence de ses vers, leur métrique, leur musique, leur harmonie, leur incandescence n'ont aucun équivalent, quand bien même, sur certains points de détail, elles donneraient quelquefois l'impression d'avoir été empruntées ici ou là, de constituer d'habiles démarquages.

    Le cas est unique, exceptionnel, dans toute l'histoire de la littérature de langue française : avec des riens, avoir écrit des poèmes d'une luminosité éblouissante, d'une perfection inouïe. Et avec ces riens, ces « éclats de chair », être parvenu à transcender les âges, les écoles, les genres, les engouements et les modes.

    Voilà Verlaine. Voilà son vrai visage.

    Et le voilà à cent reprises dans les pages de cet album.

    Textes et images à l'appui.

    Jean-Baptiste Baronian ;

  • Dans son premier recueil de poèmes, placé sous le signe de Saturne, Verlaine cultive une mélancolie sombre, retraçant tour à tour ses amours malheureuses et son désarroi. Mais déjà, on entend sa musique si particulière : le vers se disloque, le rythme se rompt.
    C'est cette petite musique que l'on retrouve trois ans plus tard, en 1869, dans les Fêtes galantes. D'apparence, ces saynètes fantaisistes décrivent les amours libertines et bucoliques inspirées des toiles de Watteau. Mais sous le vernis de la fête, la mélancolie guette aussi les personnages.

    Groupements de textes :
    1. Du Parnasse au symbolisme.
    2. Qu'est-ce que la mélancolie ?

  • Dans Folioplus classiques, le texte intégral, enrichi d'une lecture d'image, écho pictural de l'oeuvre, est suivi de sa mise en perspective organisée en six points:
    Vie littéraire : Le métier d'écrire au XIXe siècle
    L'écrivain à sa table de travail : La rencontre d'un peintre et d'un poète
    Groupement de textes thématique : «Un paysage est un état d'âme...»
    Groupement de textes stylistique : De la musique avant toute chose...
    Chronologie : Verlaine et son temps
    Fiche : Des pistes pour rendre compte de sa lecture.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Ce volume rassemble tout ce que Verlaine a écrit en prose, à l'exception de la correspondance. Quand on connaît la dispersion d'une telle oeuvre, les erreurs de toute sorte qui s'y rencontrent, on comprendra que le recours au manuscrit, quand il était accessible, s'imposait pour améliorer un texte défectueux.
    La nature de l'oeuvre en prose de Verlaine nécessitait un reclassement en différentes sections : oeuvres d'imagination, oeuvres autobiographiques, oeuvres critiques, oeuvres polémiques et Voyages. Une étude, particulière à chacune de ces parties, s'efforce d'éclairer la genèse des principaux recueils et de les situer dans la vie de Verlaine par rapport, en particulier, à l'aventure poétique dont ces «proses» semblent, le plus souvent, l'anecdotique envers.

  • Sagesse n'est pas séparable de la métamorphose que Verlaine a connue au mois de juin 1874, lorsqu'il s'est converti dans la prison où il avait été conduit pour avoir, à Bruxelles, tiré sur Rimbaud.
    Un changement radical s'en est suivi, qui n'est pas seulement religieux mais aussi politique puisque le poète, républicain naguère, soutient la cause légitimiste. Et cependant, le recueil qui contient bien des pièces antérieures à la conversion est moins cohérent que ne le donne à penser son architecture rigoureuse et, par sa dimension à la fois personnelle, politique, sociale, religieuse, il présente au lecteur les multiples facettes d'un art qui ne se réduit ni à un contenu ni à une facture uniques.
    Quand Verlaine fait paraître le volume, en décembre 1880, chez un éditeur catholique, il s'attache néanmoins à souligner la rupture que ces vers nouveaux viennent ouvrir en son oeuvre - et c'est l'incompréhension qui prévaut parmi les lecteurs : néo-romantique par ses thèmes comme par son lyrisme, cette poésie déroute. Quinze ans plus tard, à la mort de Verlaine, Sagesse sera néanmoins devenu son plus grand recueil.

  • L'OEUVRE INTÉGRALE ANNOTÉE :Dans un décor champêtre, on croise des personnages de la commedia dell'arte, des figures mythologiques et littéraires. Masques, musique, scènes de séduction et de badinage. sous leur apparente légèreté, ces vingt-deux poèmes dégagent une certaine mélancolie.

    DOSSIER THÉMATIQUE : LES ARTS DE LA FANTAISIE PAR MARC DURAIN - Histoire de l'oeuvre, biographie de l'auteur - La forme des poèmes : ordre et fantaisie -Peinture, sculpture et fantaisie - Personnages de fantaisie - Érotique et mélancolique fantaisie - Musique et fantaisie.

    PROLONGEMENTS INTERDISCIPLINAIRES :
    - Histoire des arts - Histoire - Musique.

    Vocabulaire, exercices, groupements de textes et lecture d'images autour de l'oeuvre.

  • Avec Verlaine, la poésie devient "romance sans paroles", toute de sensation et d'impressions. Celui qui fut élu prince des poètes chante la nuance, l'instant, le fugitif, l'espoir...

    Ajouter au panier
    En stock
empty