Littérature générale

  • Hospitalisée suite à une attaque cérébrale, Josée, la mère de l'auteur, perd l'usage de la parole. Elle souffre d'une aphasie, une perte presque totale de la capacité de s'exprimer. Désormais, elle émet des sons inintelligibles traduisant son désespoir et sa colère d'être incomprise. Ancienne bouchère à Saint-Nicolas, comédienne dans une troupe de théâtre amateur, elle était pourtant connue pour son sens de la repartie et son caractère bien trempé. La langue était son instrument principal, désormais son seul combat est de lutter pour essayer d'émettre quelques syllabes.

    À travers ce récit, Tom Lanoye rend hommage à sa mère, une femme forte et inspirante, il se remémore son enfance tout en étant confronté à l'insoutenable, la maladie, le silence et la mort.

    Un style puissant. Tom Lanoye manie la langue, joue avec le rythme et bouscule sans cesse les émotions du lecteur.

  • « Une femme a` la tombe´e du soir, quelque part dans le Westhoek, un coin d'Europe occidentale. Elle est bien habille´e, d'a^ge moyen, elle marche vers nous avec difficulte´, comme si elle traversait un champ laboure´. Elle ne porte pas de chaussures. Les traces de ses pas brouillent le dessin des sillons, le paysage est gris comme la pierre et plat comme une table d'autopsie ».

    Cette femme qui s'avance est la me`re d'un jeune homme coupable d'avoir commis une tuerie de masse sur un quai de me´tro. Gaz est le plaidoyer de cette me`re damne´e, un monologue vertigineux ou` l'amour et la souffrance s'extraient de l'innommable.

  • Décombres flamboyants

    Tom Lanoye

    Gide´on Rottier intervient quand les autres capitulent. Incendie ? Suicide ? Attentat terroriste ? Et c'est ce be`gue qu'on appelle pour nettoyer les lieux du drame... Son existence solitaire bascule lorsque son patron engage Youssef. Une amitie´ nai^t entre les deux hommes et Gide´on de´cide d'accueillir ce demandeur d'asile, puis sa femme et ses enfants, chez lui. De´marre alors une e´trange mais heureuse vie de famille.

    Mais lorsque deux terroristes commettent un attentat meurtrier dans la Gare centrale d'Anvers et que Youssef disparai^t, dans la maison de Gide´on, comme dans tout le pays, c'est le de´but du ravage.

    Tom Lanoye prouve encore une fois qu'il sait frapper la` ou` c¸a fait mal. Avec ce nouveau roman, il e´carte les failles, comme autant de plaies be´antes, d'un monde qui se veut libe´ral mais qui se renferme sur lui-me^me. Au fur et a` mesure des pages, avec une force narratrice implacable, Tom Lanoye montre que l'ide´alisme ne peut pas re´sister a` l'injustice et a` la folie, dans un monde qui se de´sinte`gre.

empty