Littérature générale

  • Hospitalisée suite à une attaque cérébrale, Josée, la mère de l'auteur, perd l'usage de la parole. Elle souffre d'une aphasie, une perte presque totale de la capacité de s'exprimer. Désormais, elle émet des sons inintelligibles traduisant son désespoir et sa colère d'être incomprise. Ancienne bouchère à Saint-Nicolas, comédienne dans une troupe de théâtre amateur, elle était pourtant connue pour son sens de la repartie et son caractère bien trempé. La langue était son instrument principal, désormais son seul combat est de lutter pour essayer d'émettre quelques syllabes.

    À travers ce récit, Tom Lanoye rend hommage à sa mère, une femme forte et inspirante, il se remémore son enfance tout en étant confronté à l'insoutenable, la maladie, le silence et la mort.

    Un style puissant. Tom Lanoye manie la langue, joue avec le rythme et bouscule sans cesse les émotions du lecteur.

  • « Une femme a` la tombe´e du soir, quelque part dans le Westhoek, un coin d'Europe occidentale. Elle est bien habille´e, d'a^ge moyen, elle marche vers nous avec difficulte´, comme si elle traversait un champ laboure´. Elle ne porte pas de chaussures. Les traces de ses pas brouillent le dessin des sillons, le paysage est gris comme la pierre et plat comme une table d'autopsie ».

    Cette femme qui s'avance est la me`re d'un jeune homme coupable d'avoir commis une tuerie de masse sur un quai de me´tro. Gaz est le plaidoyer de cette me`re damne´e, un monologue vertigineux ou` l'amour et la souffrance s'extraient de l'innommable.

  • Les Boîtes en carton est le livre qui fit connaître Tom Lanoye au grand public en France en 2013. Comme le signale la première phrase : « Ceci est la relation d'un amour banal et de son pouvoir dévorant », il s'agit de l'histoire d'un gamin issu d'un milieu populaire qui, lors d'un voyage scolaire organisé par une caisse d'assurance « Les Mutualités Chrétiennes » au début des années soixante, tombe amoureux d'un des garçons qui participent à l'excursion.
    L'homosexualité approchée sans tabou fit le succès du livre mais, au-delà de cette relation aujourd'hui encore sulfureuse dans un pays catholique, l'auteur dessine une galerie de portraits, tant de son milieu familial que scolaire criants de vérité, souvent cruels et hilarants. Avec cet art de la caricature et du burlesque qui a enchanté les lecteurs de La Langue de ma mère, Tom Lanoye parvient à nous faire revivre cette période de l'après-guerre avec ses poncifs et son euphorie, et cette région, la Flandre, qui faisait, alors, complètement partie de la Belgique..

  • Décombres flamboyants

    Tom Lanoye

    Gide´on Rottier intervient quand les autres capitulent. Incendie ? Suicide ? Attentat terroriste ? Et c'est ce be`gue qu'on appelle pour nettoyer les lieux du drame... Son existence solitaire bascule lorsque son patron engage Youssef. Une amitie´ nai^t entre les deux hommes et Gide´on de´cide d'accueillir ce demandeur d'asile, puis sa femme et ses enfants, chez lui. De´marre alors une e´trange mais heureuse vie de famille.

    Mais lorsque deux terroristes commettent un attentat meurtrier dans la Gare centrale d'Anvers et que Youssef disparai^t, dans la maison de Gide´on, comme dans tout le pays, c'est le de´but du ravage.

    Tom Lanoye prouve encore une fois qu'il sait frapper la` ou` c¸a fait mal. Avec ce nouveau roman, il e´carte les failles, comme autant de plaies be´antes, d'un monde qui se veut libe´ral mais qui se renferme sur lui-me^me. Au fur et a` mesure des pages, avec une force narratrice implacable, Tom Lanoye montre que l'ide´alisme ne peut pas re´sister a` l'injustice et a` la folie, dans un monde qui se de´sinte`gre.

  • Maarten Seebregs, un homosexuel dans la cinquantaine, malade, fauché et sans travail, ne peut oublier Gaëtan, l'amour de sa vie, mort quelque temps auparavant. Cynique, mais avec le sourire, il vivote de ses derniers centimes, sans aucun horizon. C'est alors qu'un inconnu lui fait une proposition avantageuse : épouser sa fiancée africaine, car après deux mariages avec des étrangères, l'homme est tenu à l'oeil par la Police des Étrangers. Aussitôt que la jeune femme aura acquis la nationalité belge, Maarten pourra divorcer et garder l'argent. L'homme ne pose qu'une condition : « Tu te maries avec elle, tu vis avec elle. Mais si tu la touches, je te massacre. » Maarten finit par accepter et le roman nous raconte la cohabitation bizarre entre lui et la jeune Africaine désinvolte. Rien ne les rapproche et pourtant une sorte d'affection vraie finit par les lier.

  • Sang et roses. Au XVe siècle, Jeanne d'Arc, simple paysanne, reçoit l'ordre divin de «bouter les Anglais hors de France». Elle mène les troupes françaises, lève le siège d'Orléans, conduit le dauphin Charles au sacre, à Reims, et contribue ainsi à inverser le cours de la Guerre de Cent Ans. Capturée à Compiègne, elle est vendue aux Anglais puis condamnée au bûcher pour sorcellerie. Gilles de Rais, grand seigneur de France, est un des rares hommes à combattre aux côtés de Jeanne d'Arc jusqu'au bout. Après la guerre, il se livre à la magie et aux dépravations sexuelles. Il est condamné pour sodomie et pour le meurtre de dizaines d'enfants. Jeanne et Gilles, grandes figures de l'Histoire de France, sont au coeur de cette histoire. Une histoire qui se concentre sur les pouvoirs judiciaire et religieux, pour dénoncer les dangers des fondamentalismes qu'ils abritent en leurs seins.
    Mamma Medea. Cette adaptation libre et contemporaine d'Euripide mêle le vers et la prose, la langue soutenue de la tragédie classique et le franc-parler d'aujourd'hui. Arrivé en Colchide, Jason veut récupérer la Toison d'or. Le despote Aiétès la lui remettra s'il sort vivant de l'épreuve qu'il lui impose. Médée, la fille d'Aiétès, tombe instantanément amoureuse de Jason. Pour lui faire gagner l'épreuve et pour s'enfuir avec lui, elle accepte de trahir son père, d'abandonner sa soeur et de tuer son frère. Ces épreuves passées, Médée, Jason et leurs fils se sont exilés en Corinthe. Médée a sombré dans la folie, car Jason, qu'elle aime plus que tout et pour qui elle a renié sa propre famille, a décidé de la bannir et d'épouser la fille du roi Créon. Désespérée, Médée assassine Créon et sa fille, ce qui rend Jason fou de rage. Calme et sérénité ne reviendront qu'après une querelle passionnée qui poussera Médée et Jason à assassiner leurs propres enfants.

  • Célibat

    Tom Lanoye

    • Lansman
    • 22 Avril 2002

    Les d'Hertenfeldt ont toujours régné en maîtres sur le village, achetant les terres et enfourchant les filles.
    Toute dynastie finit cependant par se tarir, surtout quand le train de Louvain s'en mêle. Seul André, unique et pâle rejeton établi à la ville, peut sauver la lignée. Mais une enfance trouble l'a profondément marqué : sa propre mère ne le trouvait-elle pas amer, dissimulé et cruel ? Et son père balourd ou, pour tout dire, idiot ?. L'arrivée du nouveau seigneur d'Hertenfeldt, en qui tout le village a placé ses espoirs, ne se présente donc pas sous les meilleurs auspices

  • Le 4 juillet 1989, en pleine guerre froide, un MiG (avion russe) s´écrasait sur une maison à Kooigem, petit bourg de Flandre, près de Courtrai, en Belgique. Cet événement minime mais inouï fut à deux doigts de déclencher un conflit entre les blocs de l´Ouest et de l´Est.

    Tom Lanoye prend prétexte de ce fait divers pour imaginer la vie banale d´une famille flamande bouleversée par ce cataclysme. Avec un humour ravageur, Lanoye mêle petite et grande Histoire. Le drame ordinaire d´une femme trompée, drôle et poignant, se déroule tandis que deux chefs d´état-major américains, sur une base belge en alerte maximale, suivent la trajectoire de ce MiG qui viole l´espace aérien occidental.

    Voici comment les hommes vivent, en Flandre ou ailleurs, en attendant que le monde vole en éclats...
    Tom Lanoye est un écrivain flamand très populaire en Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne, où il est le dramaturge étranger le plus joué. Digne successeur de Hugo Claus et de son célèbre Chagrin des Belges, il allie un regard sarcastique sur la société flamande à une tendresse ironique et lucide. Les Éditions de la Différence ont publié son premier roman traduit en français, La Langue de ma mère, en 2011, Forteresse Europe, en 2012 et Tombé du ciel, en 2013.
    Traduit du néerlandais (Belgique) et préfacé par Alain van Crugten

  • Deux Tony Hanssen, parfaits homonymes, flamands l'un et l'autre, tous deux en manque d'argent, dérivent dans des pays lointains.L'un, looser sans illusions, a quitté son milieu bourgeois provincial et ses études universitaires pour courir le monde d'un bateau de croisière à l'autre. Habitué à user de ses charmes auprès de riches passagères, il se trouve à Buenos Aires, gigolo de la vieille épouse d'un mafieux chinois, Bo Xiang, après avoir perdu gros dans la plus grande maison de jeu de Macao.L'autre, informaticien surdoué et arrogant, a fui la Belgique après la faillite de la banque qui l'employait. Les dirigeants voulaient lui faire porter le chapeau. Avec, dans ses bagages, des clés USB pleines de secrets d'affaires, il s'introduit dans une réserve naturelle d'Afrique du Sud pour traquer un animal protégé, ce qui peut lui rapporter gros.Les deux Tony se rencontrent en Asie et, par l'intermédiaire de Bo Xiang, s'apercevront que leurs destins sont liés. Avec ces deux Flamands projetés dans le monde, Tom Lanoye fait une nouvelle fois un portrait grinçant de la Flandre et à travers elle, de l'Europe dont elle est « le nombril malodorant ». Ces deux homonymes ne peuvent oublier leurs racines, leur petit pays plat aux idées étriquées, symbole d'un Occident usé qui contamine les autres continents.

  • Paru en 1985, Un fils de boucher à petites lunettes est le premier livre publié par Tom Lanoye.

    Il inaugure aussi la trilogie autobiographique que l'écrivain nommera a posteriori « La Trilogie du pays de Waes », dont les deux autres parties sont La Langue de ma mère et Les Boîtes en carton (La Différence, 2011 et 2013). On y trouve déjà le ton savoureux des oeuvres de maturité de Tom Lanoye, un mélange ingénieux de réel et de fantastique et une sentimentalité qui ne verse jamais dans le sentimentalisme grâce à l'ironie et à un sens aigu du grotesque.

    Les débuts d'un grand écrivain.

empty