• Afin de justifier leur braquage sans précédent des comptes publics, les nouveaux philanthropes arguent qu'après avoir été les meilleurs pour faire fortune, ils seront les meilleurs pour faire le bien. La crise de la Covid est, de ce point de vue, paroxystique : les milliardaires s'enrichissent pendant que le reste de l'humanité sombre dans la grande pauvreté et certains cachent cette intolérable réalité chiffrée, en offrant aux hôpitaux quelques masques, bidons de gels, voire quelques piécettes...
    Démontrant comment la France copie le pire du système américain avec des donateurs et des entreprises supposément mécènes applaudis par des politiques complices, Vincent Edin tacle sévèrement celles et ceux qui prétendent exercer un rôle d'intérêt général tout en se soustrayant à l'impôt.

  • Depuis la sortie, en septembre 2014, de la première édition de cet ouvrage, le contexte a beaucoup changé : les événements syriens, la question des réfugiés, l'évolution de l'Europe, les attentats et leurs conséquences (état d'urgence, déchéance de nationalité), tout cela a nourri une pensée d'extrême droite qui n'en finit pas de se propager. De son côté, le Front national a changé de visage, s'est réorganisé, et a remporté des élections : il gère aujourd'hui plusieurs municipalités, et un grand nombre d'élus FN siègent dans des conseils régionaux et généraux. Dans la perspective de la campagne présidentielle, qui risque de porter Marine Le Pen au second tour des élections, il semblait indispensable de mettre à jour ce livre : préciser les contours de la pensée d'extrême droite pour mieux la contrecarrer.
    Ces idées, alors que les différentes crises s'approfondissent, ne cessent de progresser en France et en Europe. Loin d'être l'apanage des partis extrémistes, elles se glissent partout sur l'échiquier politique, parviennent à monopoliser le débat public, touchent de larges fractions de la population et menacent la démocratie. Loin de se contenter de stigmatiser le Front National, ce livre contrecarre une à une les idées qu'il véhicule, telles que : « Si on renvoyait les étrangers chez eux, le chômage disparaîtrait », « On devrait systématiquement faire jouer la préférence nationale en matière d'embauche », « Il y a trop de Noirs dans l'équipe de France », « Nous sommes envahis par l'islam qui veut détruire notre mode de vie. », « Si les entreprises licencient, c'est à cause des travailleurs indiens et chinois qui acceptent des salaires de misère », etc.
    En réfutant une à une, sur la base de données solides, quatre-vingts idées fausses propagées par l'extrême droite, ce livre donne à chacun les arguments nécessaires pour répliquer à ces poncifs basés sur des mensonges, des omissions, ou sur la falsification de l'histoire. En laissant croire que l'égalité des êtres humains n'est pas une chance mais une menace, l'extrême droite attise la lutte de tous contre tous, la haine de l'autre et de soi. Cet ouvrage est un outil indispensable pour tous ceux qui veulent résister à la tentation autoritaire et faire vivre la démocratie.

  • Avis à ceux qui la croient disparue, la gauche est immortelle.

    Gauche?: idéal politique du XIXe siècle ayant connu des heures de gloire jusqu'à la chute du mur de Berlin avant de s'étioler, étouffée par le triomphe du libéralisme d'un côté et la force des thèses identitaires de l'autre.
    Électoralement K.-O., médiatiquement inaudible et avec une crédibilité en berne, la gauche sera pourtant notre boussole dans les grands combats à venir. Le clivage serait dépassé?; c'est faux. Le cap du changement, du progrès, ne peut être que la gauche.
    En s'éloignant de l'obsession élyséenne et de la question du chef, en militant par l'action et l'exemple, elle a tout pour relever les défis conte mporains et ramener à elle les millions de sceptiques, de désespérés.
    Ce livre se veut un vade-mecum fait de décryptages du débat public, de mises au point sur les ordres de grandeur, de batailles culturelles à mener et de bonnes pratiques à essaimer.

  • Chaque été, au summum de la saison des festivals, les professionnels du spectacle sont sur la sellette. Ils auraient des prétentions excessives et bénéficieraient d'un régime, l'intermittence, qui leur assure un revenu constant même quand ils ne travaillent pas. Pourquoi dès lors se fatigueraient-ils à faire plus que le minimum d'heures qui leur assure une allocation ? Ainsi, en plus de financer des oeuvres coûteuses, l'Etat et les autres salariés se ruineraient à combler le déficit chronique de leur caisse d'assurance chômage. Il serait donc temps d'aligner leurs prestations sociales sur celles des autres salariés. D'autant plus que des artistes et des entreprises grassement rémunérés profiteraient des largesses d'un régime ponctionné par ailleurs par de simples amateur s sans réels talents.
    Ce livre répond point par point à ces poncifs qui font l'impasse sur la réalité de vie et de travail de l'immense majorité des professionnels du spectacle : chanteur, caméraman script, costumière, acteur, preneur de son, décorateur, installateur de scènes, etc. Plus l'on souligne le caractère bénéfique des événements culturels, moins les conditions de vie de ceux qui y concourent apparaissent sous les feux des projecteurs. C'est cet éclairage que veut rétablir cet ouvrage. Les coulisses du spectacle ne peuvent être mises sous l'éteignoir. Reconnaître la place de ceux qui concourent, par leur travail, à la création culturelle, c'est donner à chacun la possibilité à chacun d'enrichir sa vie.

  • L'insertion professionnelle existe depuis 30 ans. Initiée par des éducateurs, elle s'est muée en insertion par l'activité économique. La mission sociale n'a en rien diminué : pour insérer durablement une personne, un emploi stable ne suffit pas. Il convient de pouvoir s'y épanouir sans avoir des urgences pécuniaires ou de logement à gérer. Mais on ne peut résoudre durablement ces urgences qu'avec un travail régulier. Telle est la quadrature quotidienne des « insérants ». Mais la crise de 2008 a compliqué les choses et engendrera automatiquement une crise des exclus en 2011. Si rien ne bouge par rapport aux dispositions actuelles, on peut gager qu'il sera très difficile pour les plus éloignés de l'emploi de retrouver un emploi. Avant la crise, les pouvoirs publics avaient déjà conscience des dysfonctionnements des mécanismes en vigueur. Le Grenelle de l'insertion a ainsi donné lieu à deux engagements majeurs, le RSA et le CUI. Toutefois, il semble qu'il y ait un déficit de connaissance de l'autre de la part des différents secteurs concernés, pouvoirs publics, entreprises d'insertion et entreprises « classiques ». Ces deux derniers mondes économiques ont pourtant un même objectif : amener du bien-être à un maximum de salariés. L'un cherche le profit pour rétribuer ceux qui ont pris des risques en investissant, l'autre cherche plutôt à ramener vers la dignité et l'estime d'eux-mêmes ceux qui en sont le plus éloignés. Et plutôt que d'opposer de façon stérile les deux modèles, que ne cherche-t-on à tisser des passerelles entre les deux ? C'est ce que ce livre se propose de faire. Si l'on ne change rien, la situation à venir sera, mécaniquement, extrêmement grave. Il ne suffirait de presque rien, peut-être quelques contraintes en moins, pour que ces deux univers se rapprochent.

  • Cette Chronique est la première radiographie systématique des discriminations par type (genre, âge, origine ethnique ou géographique...), par domaine (études, emploi, santé, logement, loisirs...) et par nature (systémique, directe ou indirecte).
    Elle résulte du croisement d'enquêtes de terrain, d'études de cabinet de conseils et de données statistiques officielles lorsqu'elles existent, car il faut compter avec le refus, aveuglément drapé dans le principe de l'égalité républicaine, d'établir des données chiffrées et ciblées sur ce sujet. Faute d'une possible saisie globale, la question de la discrimination se limite souvent, pour le citoyen, à l'aspect qui lui est plus familier - par exemple l'âge ou l'origine ethnique, le lieu de résidence ou le genre -, au détriment des autres types concrets et quotidiens qui frappent un nombre considérable d'individus (jusqu'à 70 % si l'on pose que l'ensemble des femmes est victime de discriminations).
    Parce qu'ils n'apparaissent habituellement que fragmentairement, ces manquements permanents à l'égalité républicaine sont en réalité désormais constitutifs de notre vision de la société. Cette Chronique n'a d'autre fin que de nous rendre intolérables les violences sociales que sont les discriminations ordinaires dans les domaines du droit et de la pleine citoyenneté - l'éducation, la santé, l'emploi ou le logement -, et de montrer, à partir de cas concrets, comment entreprendre de les combattre.

  • Cet ouvrage présente de manière pédagogique l'essentiel de ce qu'il faut savoir pour se lancer dans la recherche de fonds privés. Construit de façon originale, il expose tant les techniques de communication et de management d'un projet de mécénat d'entreprise ou d'appel à la générosité du public que le cadre juridique et fiscal de ces opérations.

  • Cet ouvrage présente de manière pédagogique l'essentiel de ce qu'il faut savoir pour se lancer dans la recherche de fonds privés. Construit de façon originale, il expose tant les techniques de communication et de management d'un projet de mécénat d'entreprise ou d'appel à la générosité du public que le cadre juridique et fiscal de ces opérations. Chaque développement se fonde sur les retours d'expérience des auteurs et d'une quinzaine d'acteurs significatifs de la diversification des ressources : témoignages et analyses de professionnels de la collecte de fonds mais aussi de mécènes et de philanthropes.

empty