Art islamique

  • L'Alhambra, ensemble palatial fondé aux XIIIe et XIVe siècles par les souverains arabes de Grenade, est resté dans l'ombre pendant plusieurs siècles après la fin de la Reconquista.
    Les Espagnols furent les premiers à « redécouvrir » l'Alhambra au XVIIIe siècle, alors que ses visiteurs étrangers en firent l'une des premières destinations touristiques du XIXe siècle. Beaucoup ont laissé de précieuses traces de leur passage : des écrits, des photographies et, surtout, des commentaires dans le livre des visiteurs de l'Alhambra, tenu depuis 1829.
    L'historien Edhem Eldem a analysé ce document fascinant pour proposer une vision tout à fait nouvelle de l'Alhambra et de ce qu'il représentait. De Chateaubriand à Owen Jones et de Washington Irving à Jean-Léon Gérôme, les Occidentaux ont bâti une image de l'Andalousie toute empreinte de romantisme et d'orientalisme. Mais l'engouement occidental ne doit pas faire oublier les visiteurs « orientaux » du monument : des Maghrébins, nombreux mais peu loquaces ; des diplomates et voyageurs ottomans, parfois plus orientalistes que les Européens ; des Arabes du Machrek, de plus en plus influencés par le nationalisme arabe prôné par la Nahda, la « renaissance arabe ».
    Autant de regards croisés que le registre des visiteurs, la presse de l'époque, les mémoires et les récits de voyage ont permis à l'auteur de reconstituer pour en tirer une histoire culturelle des rapports entre Orient et Occident, Nord et Sud, islam et chrétienté, centre et périphérie.

  • Mosquées

    Uluhanli Leyla

    LE LIVRE Symbole cardinal de l'Islam, la mosquée se décline, dans son ensemble comme dans son détail, en une myriade de formes depuis la simplicité intemporelle de la maison du Prophète à Médine (VIIe siècle), jusqu'à la modernité radicale de la mosquée Sancaklar en Turquie (2013). Les missions qu'elle remplit s'avèrent tout aussi variées : lieu de prière, d'enseignement coranique et de sociabilité, elle répond en définitive à tous les besoins quotidiens de la communauté, qu'elle desserve un quartier ou une ville entière. Des grands monuments historiques aux chefs-d'oeuvre contemporains, cet ouvrage rend hommage à plus de soixante sanctuaires d'exception, en dégageant tant leurs spécificités régionales que leurs parentés par-delà les frontières. Ce monde de formes depuis les dômes de marbre de la grande mosquée de Shahjahanabad à Delhi, jusqu'aux parois de terre de celle de Niono au Mali répond aux besoins et aux préférences de communautés disparates, mais fédérées par une quête spirituelle et éthique commune.   LES POINTS FORTS * un panorama international, de l'Afrique à l'Inde, aussi varié qu'exceptionnel * de nombreux sites classés au patrimoine mondial de l'Unesco * une introduction idéale à l'architecture et à l'esthétique de la mosquée * un riche ensemble de photographies inédites  Avant proposPar le prince Amyn Aga Khan

  • Surgi au VIIe siècle, en marge des grandes civilisations du Moyen-Orient, l'Islam s'étend en quelques siècles de l'Atlantique à l'océan indien. En intégrant l'héritage culturel de ces territoires, il s'enrichit de leur rencontre avec les valeurs transmises par le Coran. La civilisation islamique acquiert une personnalité aux aspects variés mais toujours reconnaissables. De cette civilisation, l'architecture et l'embellissement des surfaces sont les témoignages visuels les plus éclatants de cette richesse créative.
    Le texte de Dominique Clévenot et l'ensemble exceptionnel de photographies réalisées pendant près de vingt ans par Gérard Degeorge dressent un panorama géographique du décor architectural islamique dans toute sa variété.
    Ils explorent les thèmes et les motifs de l'ornementation, les techniques des constructeurs, la variété des matériaux. Enfin, ils mettent en lumière les relations établies entre la structure des édifices, leur parure ornementale et le message coranique.

  • Cet ouvrage restitue les six conférences données au musée du Louvre par Finbarr Bary Flood du 26 septembre au 14 octobre 2019, autour des technologies de dévotion dans les arts de l'Islam.

    Http://mini-site du louvre.fr/trimestriel/2019/Chaire_du_louvre_2019 Dans un texte de 1920, Aby Warburg exprimait l'espoir que se réalise une « alliance entre l'histoire de l'art et l'étude de la religion ». Ce voeu constitue le point de départ approprié d'une série qui plaide pour la nécessité de se pencher sur les relations intimes entre les corps, les matériaux et les technologies dans les rituels de dévotion.
    De la mimésis de l'architecture sacrée à la copie des textes, en passant par la répétition incarnée des rituels, deux dimensions fondamentales de la phénoménologie de la dévotion sont la reproduction et la sériation.
    La culture matérielle du pèlerinage islamique est riche d'exemples - portant sur l'architecture, la matière sacrée ou les souvenirs portables -, qui ont souvent des liens avec des techniques et technologies de production et de reproduction en série, telles que la gravure, le moulage et l'estampage, comme s'il s'agissait de reproduire les « impressions » éprouvées par les pèlerins eux-mêmes. Reflétant une croyance commune en la capacité de certains matériaux à agir comme médiateurs de l'aura efficace d'un individu, d'un lieu ou d'une relique, l'efficacité perçue des objets était, peut-on penser, renforcée plutôt que diminuée par la production en série.
    Souvent, les objets en question se prêtaient à des pratiques de consommation multi sensorielles, très éloignées des pratiques d'observation désincarnées, telles qu'elles ont été cultivées dans la pensée post-Lumières et canonisées dans les galeries et musées modernes.
    Cette alliance entre les rituels de dévotion incarnés et les technologies de production de masse pose la plus ancienne des questions, celle de la nature de la copie, d'une manière qui nous invite à considérer sa dimension moderne très ancienne.

    Cycle de conférences de Finbarr Barry Flood à l'auditorium du musée du Louvre :
    -Jeudi 26 septembre 2019 Prendre la mesure -Lundi 30 septembre 2019 Incorporer par la poussière -Jeudi 3 octobre 2019 Guérir avec des images et des mots -Lundi 7 octobre 2019 Tracer les contours -Jeudi 10 octobre 2019 Faire une impression -Lundi 14 octobre 2019 Corps et copies, de la dévotion à l'exposition Chaque année, un scientifique de renom présente à l'auditorium du musée du Louvre une synthèse inédite sur un sujet original, qui permet les rapprochements transdisciplinaires entre des oeuvres du monde entier.

  • Plus de quinze siècles d'échanges culturels et spirituels entre l'Afrique subsaharienne et le monde arabo-musulman ont donné naissance à une production foisonnante.
    L'exposition de l'Institut du monde arabe fait dialoguer l'archéologie, l'art contemporain, l'architecture et le patrimoine immatériel afin de rendre compte de la richesse et de la multiplicité des contacts entre ces cultures.
    Dès le VIIIe siècle, le Sahara devint un espace de circulation où voient le jour de grands centres de savoir. La ville de Tombouctou fut le théâtre de cette effervescence intellectuelle au XVIe siècle. A l'est, la culture swahilie s'est nourrie du commerce avec les grands ports de l'océan Indien.
    La coexistence des pratiques spirituelles est au coeur de ces échanges. Elle se lit dans la pluralité des formes architecturales qui, d'est en ouest offrent des lieux de culte sans pareil dans le monde arabo-musulman. Les pratiques cérémonielles, la magie, racontent également l'histoire des rencontres entre les traditions. Enfin, l'exposition et son catalogue rendent hommage à l'artisanat en présentant les savoir-faire des artisans musulmans africains dont la créativité rayonne à travers le continent. En mettant en perspective l'ensemble de ces productions artistiques, les arts de l'Islam s'ouvrent à un nouveau territoire.


    Exposition : Paris, Institut du monde arabe, du 3 avril au 30 juillet 2017.

  • Ce beau,livre, unique en son genre, est construit sous la forme d'une série d'articles portant sur le Patrimoine Culturel du Maroc, avec toute sa pluralité. Tout son intérêt réside dans sa capacité à rendre sensible le nombre et la diversité des groupements humains qui se sont succédé ou ont cohabité sur la terre marocaine. Depuis les vestiges les plus ténus des périodes préhistoriques aux chorégraphies les plus contemporaines en passant par la création calligraphique et les arts rupestres, le livre met en évidence toutes les composantes de l'identité marocaine qui s'est constituée de tous les échanges entre le Machrek et le Maghreb, l'Afrique et l'Europe. Le Maroc, riche de son identité plurielle aux multiples affluents linguistiques et ethniques, possède un patrimoine culturel et artistique digne d´admiration. Il appartient donc au secteur culturel de traduire concrètement cette diversité. Il devrait encourager toutes les formes d´expression créatrices, aussi bien celles en harmonie avec notre patrimoine séculaire que celles en phase avec le goût moderne, dans ses styles et ses genres, multiples et variés, et ce, dans une démarche où se conjuguent et se complètent les traditions ancestrales et les créations modernes. Discours de Sa Majesté le Roi Mohammed VI à l'occasion du 14e anniversaire de la Fête du Trône (30 juillet 2013).

  • Orientaliste français, écrivain et artiste, Émile Prisse d'Avennes (1807-1879) fut l'un des plus grands égyptologues avant le XXe siècle. Enfant, il rêve d'explorer l'Orient, et c'est à l'âge de 19 ans qu'il commence à voyager en Grèce, en Inde et en Palestine. Au cours des 40 années suivantes, il parcourt la Syrie, l'Arabie et la Perse, et fait de longs séjours en Égypte et en Algérie. Converti à l'islam, il voyage sous le nom arabe d'Edris Effendi.

    Avec son oeil aiguisé, attentif à la symétrie, la richesse et la complexité des cultures visuelles locales, d'Avennes répertorie les merveilles de l'art et l'architecture qu'il rencontre au cours de ses voyages. Son travail devient par la suite l'une des sommes les plus remarquables en matière d'art et d'architecture islamiques, publiée à Paris entre 1869 et 1877 sous le titre L'Art arabe d'après les monuments du Caire, autrement connu sous son titre anglais Arab Art.

    Cette édition TASCHEN redonne vie à l'exceptionnel recueil de chromolithographies d'Avennes, respectant l'attention de l'auteur pour les détails comme pour le contexte historique, social et religieux. Pour permettre une compréhension plus profonde de la situation, l'ouvrage inclut les études complémentaires d'Avennes sur les peuples de la Vallée du Nil et leurs costumes, réunies dans L'Album oriental (en anglais, Oriental Album: Characters, Costumes, and Modes of Life, the Valley of the Nile, Londres, 1848). L'ensemble forme un précieux témoignage de l'héritage islamique, mais aussi de l'histoire de la pensée et de l'imaginaire, entre Europe et Moyen-Orient.

  • Ce hors-série fait le lien entre deux expositions L'une, présentée au Louvre Lens, s'attache à la Mésopotamie antique, berceau de notre histoire, à travers des oeuvres majeures et des témoins inédits de la Mésopotamie du IIIe au I er millénaire avant J.-C. L'autre, montrée au Grand Palais, permet de redécouvrir grâce aux techniques d'imagerie moderne les grands sites archéologiques inaccessibles tels que Bâmyân, Khorsabad, Palmyre...

  • Published in association with the Historic Cities Programme/ Aga Khan Trust for Culture

  • L'histoire de la Mosquée de Paris est devenue une affaire d'appréciations diverses, de controverses, et parfois d'enjeux politiques, jusqu'à nier les origines historiques de l'édifice, enjeux souvent révélés dans des récits qui ne concordent ni avec le contenu des archives ni avec la réalité historique.
    La Société des Habous et des Lieux Saints, qui fut à l'origine de la construction de cette mosquée, relève de la juridiction musulmane : habous ou waqf, terme qui désigne le statut d'une terre ou d'un édifice en bien de mainmorte.
    La permanence d'un statut juridique toujours en vigueur depuis 1957, résiste à toutes les tentatives visant à nier la place qu'a prise le Maroc dans la conception et la réalisation des traits spirituels et architecturaux de la Mosquée de Paris.
    Le travail présenté ici cherche à faire parler des archives inédites, à rappeler les noms et l'oeuvre des artisans marocains réduits à l'oubli et enfin à retracer le parcours d'une mosquée, en projet depuis la fin du XIXe siècle, mais qui n'a été conçue qu'en 1916 et dont le bâtiment fut inauguré en 1926 par le Sultan Moulay Youssef.

  • An introduction to 1,400 years of Islamic art and culture as seen through the stunning and diverse masterpieces of the new Aga Khan Museum. Opening in 2014 in Toronto, the Aga Khan Museum will be a showplace for Islamic art and culture unlike anything in the Western Hemisphere. This richly illustrated volume features the new museum and park complex and more than one hundred rare treasures from one of the most important collections of Islamic art and objects in the world, assembled by His Highness the Aga Khan and his family. Masterpieces of design, texture, and artistry created from 600 AD to the 1800s in Spain, North Africa, Turkey, the Middle East, Iran, Central Asia, India, and China, the works include radiant illuminations and calligraphy; marvels in ivory, wood, glass, and metal; and exquisite paintings, sculptures, ceramics, and textiles.

  • Far from simply being a centre of military and economic activity, the Ottoman Empire represented a vivid and flourishing cultural realm. The artefacts and objects that remain from all corners of this vast empire illustrate the real and everyday concerns of its subjects and elites and, with this in mind, Suraiya Faroqhi, one of the most distinguished Ottomanists of her generation, has selected 40 of the most revealing, surprising and striking.Each image - reproduced in full colour - is deftly linked to the latest historiography, and the social, political and economic implications of her selections are never forgotten. In Faroqhi's hands, the objects become ways to learn more about trade, gender and socio-political status and open an enticing window onto the variety and colour of everyday life, from the Sultan's court, to the peasantry and slavery. Amongst its faiences and etchings and its sofras and carpets, A Cultural History of the Ottomans is essential reading for all those interested in the Ottoman Empire and its material culture. Faroqhi here provides the definitive insight into the luxuriant and varied artefacts of Ottoman world.

  • Art mosquée

    Patrice Thébault

    La grande mosquée de Casablanca illustre parfaitement la richesse artisanale de l'art Musulman.
    Cette mosquée est l'une des plus grandes au monde.

    Les calendriers Calvendo sont des produits haut de gamme avec ces plus qui font la différence : nos calendriers présentent bien toute l'année grâce à leur papier de qualité supérieure et leur reliure à spirales pour une manipulation des pages plus aisée et une tenue parfaitement droite contre le mur. Un film plastique transparent protège la couverture de ces calendriers toujours plus solides, qui se déclinent désormais en cinq langues. Offrez-vous un calendrier Calvendo qui reste beau tout au long de l'année.

    Ce calendrier à succès a été réédité cette année avec les mêmes images et une grille calendaire mise à jour.
    Dieser erfolgreiche Kalender wurde dieses Jahr mit gleichen Bildern und aktualisiertem Kalendarium wiederveröffentlicht.

  • The renaissance of Islam : History, Culture and Society in the 10th Century Muslim World Nouv.

    The tenth century was a formative period for Islamic culture and Adam Mez's Renaissance of Islam offers a detailed survey of the Muslim world during that period. No other single work covers the subject as comprehensively. Mez drew upon a vast range of sources to produce a detailed account of all aspects of Islamic culture and society - finance, religion, geography, industry and trade, law, morals, navigation, etc. The result is a lucid and engaging work that even today remains a key resource for researchers and students alike. The original edition is now very rare. This new edition, introduced by Hugh Kennedy, one of the leading scholars of the period, makes the work available once again and includes a bibliography and index specially prepared for this edition.

  • Metalwork from the arab world and the Mediterranean Nouv.

    Un nouvel ouvrage consacré à la collection al-Sabah. Dans ce volume, la collection présente des objets fabriqués en Syrie, Egypte, Irak et au Yemen, datant du début de la période islamique jusqu'à la fin de l'empire Ottoman.

  • Iran : five millennia of art and culture Nouv.

    Ce catalogue accompagne une exposition au Museum für Islamische Kunst à Berlin. De la Méditerrannée à la Chine en passant par l'Inde, elle retrace 5000 ans de domination perse sur le monde des arts. Elle présente pour cela 360 objets, depuis le 3e millénaire av. J-C, jusqu'à la fin de l'Empire Safavide à la fin du XVIIIe siècle.

empty