Editions De L'aire

  • Aline, dix-sept ans, se laisse entraîner dans un amour qui l'arrache à la vie modeste qu'elle mène avec sa mère. Mais Julien, fils de bonne famille, ne tarde pas à se lasser. Lorsqu'elle lui annonce attendre un enfant, il n'a qu'une réponse - « Eh bien, tu n'es qu'une grosse bête ; ça ne me regarde plus » - et noue la tragédie. Inoubliable premier roman, "Aline" a la force et la singularité de l'oeuvre à venir. S'il situe son histoire dans la campagne vaudoise, Ramuz touche déjà à l'universel. Surtout, il bouscule la langue et bouleverse la littérature. La présente édition contient "Adieu à beaucoup de personnages"(1914), qui met un terme au premier pan de l'oeuvre.

  • A travers ce roman particulièrement éclairant sur la condition humaine, C. F. Ramuz s'attaque à l'idéologie communiste et ultralibérale qui dénigrent délibérément la nature de l'homme. Car que va-t-on faire de tous ces hommes disposant de nombreuses heures de temps libre ? Nous allons les cultiver et les distraire, répond le monde moderne. Mais il parle bien de cultiver l'homme, et non de l'homme qui se cultive par lui-même. Cette culture est donc passive et n'a rien de vécue. Elle passe à côté des grands questionnements essentiels. Selon Bastien Veuthey, l'oeuvre de Ramuz est un signal à cette humanité qui n'a jamais autant écrit, qui n'a jamais autant lu, qui n'a jamais été autant cultivée mais qui n'a jamais été si « fausse » Passage du Poète, un roman ambitieux qui unifie la poésie et le sens de la vie en donnant la parole à des gens simple dans un décor magnifique,comme si la beauté et la spiritualité était enfin réconciliée. Passage du Poète a fait l'objet de versions légèrement différentes. En 1929, il a paru sous le titre de Fête des Vignerons. Pour cette édition, nous avons opté pour la version de 1941 parue chez Mermod et revue par l'auteur, et repris les notes de Michel Dentan publiées dans la Bibliothèque romande.

  • L´histoire de Noé, je l´ai vue, j´ai vu Noé ivre de vin nouveau. L´inlassable pressoir n´arrête pas de faire entendre sa plainte au fond de mon souvenir, accompagnée du monotone crépitement du cran d´arrêt tombant entre les dents de la roue d´engrenage. La bougie brûle et vacille dans l´énorme chandelier de fer forgé et est-on ici au coeur de la Palestine ou sur les bords du Rhône tout près encore de sa source? mais considérez plu s loin vers le sud la mer où il va se jeter. C´est vers elle que s´écoulaient aussi le torrent d´Hébron, les fontaines de Samarie. Où sommes-nous? et en quel temps? j´ai connu tout petit garçon qu´il n´y avait pas de temps, que le temps était une maladie et qu´on ne guérissait que quand on s´était défait de lui.

  • Je rêvais d'Iran depuis longtemps. Une poésie qui colle aux lèvres, des jardins qui figurent le paradis, une civilisation qui brille de beauté. Neuf mille ans de civilisation, carrefour entre Occident et Orient ! Ces récits de voyage racontent la grandeur de Persépolis et le bleu d'Esfahân, les turbulences de Téhéran et les bazars de Chiraz et Yazd, la joyeuseté du piquenique persan et la nature aimable des Iraniens, comme l'anarchie des périphéries urbaines ou les rivages perdus de la Caspienne. Des voyageurs d'antan avaient parcouru la Perse, historiens et pèlerins, marchands ou missionnaires. Hérodote, Xénophon, Marco Polo, Jean Chardin et tant d'autres ont rapporté leurs étonnements et émerveillements. Mais surtout on y découvre la richesse de la civilisation perse précédant l'histoire grecque, la première mondialisation il y a 2500 ans qui unit les peuples dans un vaste empire du Danube à l'Indus, les inventions scientifiques et philosophiques mondiales telles la première Charte des droits humains dite Cylindre de Cyrus, le service postal, l'observatoire astronomique d'Al Tusi, le calendrier solaire d'Omar Khayyam et tant d'autres. En voyageant j'ai traversé l'espace et le temps là où grandeurs passées, petitesses quotidiennes, soubresauts de l'Histoire se croisent et donnent sens à la route du XXIe siècle. Illustrations Raoul Delafontaine & Cyrus Mechkat

  • Roland Jaccard, né à Lausanne en 1941, est psychologue, diariste, journaliste et éditeur. En 1969, il publie déjà son journal intime sous le titre Écrits irréguliers. D'ailleurs tous ses écrits sont irréguliers : souvent provocateurs, et presque toujours désenchantés et paradoxaux. Avec ses livres intenses, Roland Jaccard se délivre de sa pesanteur et de ses tourments. Il nous fait connaître ses amis, ses phantasmes (Louisa Brooks) et ses amours extrême-orientales qui nous laissent un goût de pamplemousse dans la bouche, ce qui n'est pas désagréable. À un moment ou l'autre, le bonheur a presque toujours un goût d'amertume. Si son père et son grand-père se sont suicidés, Roland Jaccard a cette force intérieure qui lui permet de toiser le désespoir. Il se console dans des palaces en partageant des whiskies avec des amis ou en se blottissant dans les bras d'une belle Chinoise. Dis-moi la vérité sur l'amour est une méditation poético-philosophique déroutante mais qui résume assez bien son credo existentiel.

  • Laissons de côté toute prétention à une « littérature nationale » : c'est à la fois trop et pas assez prétendre. Trop, parce qu'il n'y a de littérature, dite nationale, que quand il y a une langue nationale et que nous n'avons pas de langue à nous ; pas assez, parce qu'il me semble que, ce par quoi nous prétendons alors nous distinguer, ce sont nos simples différences extérieures. On les a si souvent énumérées qu'il serait inutile d'y revenir ici. Qu'on oppose notre régime politique, notre religion ou notre morale à celui ou celles des pays voisins, ce ne voir toujours que l'objet « en soi ». Et notre chemin va dans l'autre sens.
    C.-F. Ramuz

  • Nous avons lié connaissance devant les choses et par les choses. De nouveau, je ne me souviens plus du tout de ce qui fut l'objet de la conversation: ce dont je me souviens très bien par contre, c'est de cette parfaite entente préliminaire dont le pain et le vin d'ici furent l'occasion. J'ai pu voit tout de suite, par exemple, Strawinsky, que vous aimiez comme moi le pain quand il est bon, le vin quand il est bon, le vin et le pain ensemble, l'un pour l'autre, l'un par l'autre. Ici commence votre personne et du même coup commence votre art : c'est à dire vous tout entier; je me suis acheminé à cette connaissance dite intérieure, par le plus extérieur, le plus terrestre des chemins.

  • Akhmatova, Pasternak, Mandelstam, Tsvetaeva, quatre grands poètes de la période d'argent, nés sous le régime tsariste de Nicolas II, ont vécu leur destinée culturelle au milieu de la révolution, à travers les malheurs d'un peuple courageux, les tourments de la faim, les massacres, les tortures, les persécutions. Toujours ils ont su, avec dignité et courage, garder leur parole. Toujours et au-delà des obstacles, ils ont transcrit leur vérité, ils ont écrit leur vécu, leur bien-être, leur mal-être et surtout clamer leur humanité. Ce livre n'est pas un ouvrage politique, ni historique. Il ne décrit que des faits, des anecdotes, des péripéties, des aléas de la vie de ces quatre artistes. Le seul et unique but de ce projet d'écriture, fut une grande recherche poétique auprès de ces quatre contemporains et amis. Dans un esprit torturé et harcelé, les quatre ont donné leur âme à la culture russe, à la poésie. Cette rencontre imaginaire au bord de la Volga permet au lecteur de vivre moult scènes de leur réalité et ainsi de saisir émotionnellement toutes les vicissitudes de leur vécu. Quelle beauté, quelle volonté, quelle ardeur, dans leurs souffrances criées à la liberté !

  • "Carabas" publié en 1971 à Paris et à Lausanne constitue un livre charnière dans son oeuvre. Ecrit à l'âge de trente-six ans, l'âge des grandes conquêtes, Jacques Chessex se libère de l'héritage de ses ainés qui ont influencé son oeuvre de jeunesse. Il en profite pour écrire un autoportrait baroque où l'on sent la rage de vivre et d'écrire. Ne disait-il pas en privé qu'il avait écrit ce livre avec des gants de boxe, ce qui ne l'empêche pas de saluer au passage ses frères d'écriture les Normands Flaubert et Guy de Maupassant et le poète valaisan Maurice Chappaz. "Carabas" est aussi un livre de règlements de comptes mais d'abord un règlement de comptes avec lui-même. Un ouvrage généreux écrit avec fougue et maestria où la lumière oscille entre le noir intense et l'orange de Fra Angelico.

  • Je suis parti depuis deux semaines seulement, c'est bien peu de temps. Mais il me semble avoir vécu plus en l'espace de ces quelques jours qu'en une année de ma vie routinière. Je me sens si loin de chez moi. Si loin de l'existence que je menais il y a peu encore. C'est comme si, exilé, j'avais pénétré de nouveaux mondes. Des mondes intérieurs. Tout y est différent : l'environnement, le pays, la langue, le climat, la nourriture, le relief, la végétation, mais plus important encore, mon mode de vie, ma capacité à penser, la foi et le coeur que je mets dans chaque instant. L'intensité qui m'habite. Ce ne sont ni les jours ni les kilomètres qui font la distance. C'est le regard que je porte sur ce qui m'entoure, c'est cette façon de ressentir. Je les avais oubliés, je les redécouvre. C'est tout ce qui fait de moi un être vivant.

  • "Besoin de grandeur" constitue une synthèse de plusieurs livres parus dans l'entre deux guerres avec des titres significatifs. "Taille de L'homme", "La Main", "Remarques", "Questions". Avec un sens du réalisme qui lui est propre C.F. Ramuz analyse comment l'Histoire et la Géographie ont forgé notre destin. Un petit pays qui a la sagesse de ne pas vouloir jouer dans la cour des Grands car il a dû pour survivre développer le sens de la mesure et des particularismes. "Besoin de grandeur" est un livre où les questions existentielles sont savamment posées. La réponse n'est pas une nécessité mais une approche de la vérité qui se profile dans le futur.

  • De la Baie des Trépassés, en plein Finistère, aux rives de Saint-John, dans le Nouveau- Brunswick, en passant par Paris, Liverpool, Boston et Montréal, la famille de Gwellaouen et Kaelig, d'Enor et de Marius enchaîne les voyages à travers l'océan. De la fin du 19 e siècle au milieu du 20 e siècle, ils affrontent ainsi, successivement, les falaises de l'abandon, les tempêtes de la guerre et les marées de l'espoir pour se jeter avec fougue vers de nouvelles vies pleines d'idées, de coeur et de justice. D'une chaloupe sardinière aux gratte-ciel des avocats, d'une longère de paysan aux bâtiments de brique rouge de l'université, des pontons vaporeux des paquebots aux océans de boue des tranchées, de la peine de mort aux joies de l'existence, ils se lancent dans toutes les traversées. Sous le regard constant de la mer, porteuse de leurs rêves mais aussi, par la vague la plus forte, des secrets de leurs origines.

  • Naissances

    Collectif

    Il y a quarante ans naissaient les Éditions de l'Aire et pour fêter cet heureux évènement, nous avons demandé à quarante amis d'écrire un texte sur la naissance. Rarement, un livre collectif nous aura procuré autant de plaisir : une aire de liberté où l'on découvrira toutes les facettes du plaisir et du gai savoir en passant d'une naissance d'une abeille à la naissance de la psychanalyse. Bien évidemment, les mères nous ont fait part de leur accouchement, moment où la douleur se confond avec l'émerveillement.

    Raphaël Aubert, Alain Bagnoud, Bertrand Baumann, Arthur Billerey, Nicolas Bokov, Xochitl Borel, Anne Bottani-Zuber, Eric Bulliard, Alain Campiotti, Jacques Cesa, Raymond Delley, Philippe Dubath, Jon Ferguson, Françoise Gardiol, Valérie Gilliard, Anaïs Hébrard, Blaise Hofmann, Marie Houriet, Karim Karkeni, Harry Koumrouyan, Pierre Yves Lador, Alphonse Layaz, Isabelle Leymarie, Annik Mahaim, Françoise Matthey, Cyril Méan, Béatrice Monnard, Michel Moret, Damien Murith, Baptiste Naito, Cédric Pignat, Jacques Pilet, Gilbert Pingeon, Anne Pitteloud, Thierry Raboud, Ivan Salamanca, Pierre Smolik, Lolvé Tillmanns, Michel Vogler, Véronique Wild.

  • Après la prise de Troie par les Grecs, femmes et enfants des vaincus se voient livrés aux mains des vainqueurs.
    Inspiratrices de celles de Sénèque, de Sartre et de Vinaver, «Les Troyennes» d'Euripide ont conservé intacte la cruelle beauté de leur dénonciation de toute entreprise guerrière.

  • Ils sont âgés de vingt ans à peine quand ils se rencontrent à bord de «l'Impératrice des Indes », un vaisseau traversant l'Atlantique pour la première fois. Il y a Raffy, rouquin et bruyant, Gaspard le Genevois mélancolique et Ali qui a été chassé de son pays. Ensemble, ils abordent une nouvelle étape de leur vie, bousculés entre l'adolescence et la maturité. De leurs familles ils cherchent à s'éloigner, « car, en réalité, trop d'affection les liait, à la manière d'une corde, rêche et douce à la fois, dont il fallait apprendre à défaire les noeuds. » En treize chapitres, le roman déploie sa polyphonie et rassemble les morceaux du puzzle. Apparaissent alors un père sans scrupules, une chanteuse d'opéra, un journaliste persécuté, un médecin arménien, un violoncelliste soudain dans l'incapacité de jouer. Et, en surplomb de ces personnages, Maria Encarnacion del Rio veille, attentive, brutale, chaleureuse.

  • Jacques Chessex (1934 - 2009) est l'auteur d'une oeuvre considérable. Romancier à succès, Prix Goncourt (L'Ogre, 1973), Prix Goncourt de la poésie (Allegria, 2004), Grand prix Jean-Giono (Le Vampire de Ropraz, 2007), il était autant un poète délicat qu'un nouvelliste subtil, un pamphlétaire redoutable qu'un épistolier savoureux. Entre mars 2000 et août 2001, il fut chaque quinzaine chroniqueur pour le newsmagazine de Suisse romande L'Hebdo. Au final, une trentaine de textes personnels, nés du mariage entre l'air du temps et l'intemporalité. D'une vivacité et d'une élégance d'écriture rares, ces chroniques, jamais encore rassemblées pour publication, évoquent son amour de la peinture, du jazz, de la littérature, du cinéma et quelques amitiés fortes. Parce qu'une chronique, « C'est justement le lieu où l'on dit «je» dans le temps qui passe ».

  • La vie artistique de Jean Villard Gilles est un régal pour le biographe : il a exprimé tant de talents ! Comédien, auteur, compositeur, interprète, l'artiste a décrit la traversée de son siècle et la fréquentation de ses contemporains en plus de trois cents chansons qui font maintenant partie du patrimoine de la Chanson francophone. Quelques une d'entre elles sont analysées en détail dans l'ouvrage. Il ne sera pas question ici des petits secrets intimes mais du parcours artistique d'un homme travaillé par de profondes interrogations. Politiques souvent, métaphysiques parfois, elles ont animé, agité cet artiste prolifique mû par une énergie créatrice dont l'humour fut le principal carburant. Deux auteurs se sont relayés pour explorer cet te destinée. Olivier Rumpf, enseignant passionné que la maladie a at teint trop tôt et Marie Perny, artiste multi-tâches, qui en respectant les choix d'Olivier Rumpf leur a donné leur orientation finale.

  • La vie est variable aussi bien que l'Euripe» disait Apollinaire. Il en va de même pour les villes, qui varient sans cesse d'un regard à un autre regard. A l'heure de la mondialisation et du tout-venant, ce tour du monde troque la consommation de masse contre l'impression subjective que l'on peut avoir d'une ville. Ce collectif ressemble plus à la palette bariolée d'un peintre qu'à un guide du routard. Une vingtaine d'auteurs couchent sur le papier la nudité pittoresque de grandes capitales mais aussi de villes plus modestes. Chaque auteur a son timbre, sa sensibilité, sa nuance. Du reste on se rend compte que finalement les villes ne flottent pas dans la chemise du monde. De Rio de Janeiro à Alger, ou de Beyrouth à New York, il n'y a qu'un pas pour l'imagination, un petit pas pour feuilleter notre monde pas plus grand qu'un village.

  • Dans cette brève histoire, j'aimerais montrer ce qu'a pu être la littérature au cours des siècles et à travers le monde, en prenant appui sur quelques-unes de ses manifestations les plus éclatantes, de "L'Epopée de Gilgamesh" aux "Fictions" de Borges. Je voudrais donner en quelque sorte, par l'exemple, une définition de la littérature ; en esquisser les contours et les formes ; en présenter l'éventail historique.

  • Aujourd'hui, par tous les problèmes qu'elle pose, la- Méditerranée se trouve au centre de bien des préoccupations de la planète. Vaste dépôt des plus ingénieuses inventions de cultures, voire de civilisations désormais effondrées sous leur propre poids prestigieux : l'Égypte, l'Empire romain, la Grèce, l'Empire byzantin, l'Andalousie, l'Empire ottoman, Venise, les grands Empires occidentaux (l'anglais et le français notamment) établis par la force des armes et le pouvoir de la technique et de la technologie sur les rives sud et est de la plus féconde des mers. Mer où sont nés tous les mythes qui nous gouvernent, mer des trois credos abrahamiques, mer où la grande poésie épique et lyrique a vu le jour, mer des philosophes qui alimentent aujourd'hui encore notre pensée sous toutes ses formes.

  • Dire que Letmý sneh (Neige d´été) est un livre sur la maladie d´Alzheimer ou celui d´un glissement lent et irréversible vers la démence serait trop facile. Letmý sneh (Neige d´été) est avant tout un livre sur la perte - de la mémoire, de nos proches. C´est une histoire racontée de manière virtuose et malgré la difficulté du thème, nous fait l´effet d´un magistral et habile jeu de l´esprit. De courts chapitres numérotés (de 1 à 5), marqués de lettres de l´alphabet nous engagent, du point de vue de l´histoire, de manière chronologique mais pour lentement mieux l´abandonner. Le lecteur retourne à des pages déjà lu, cherche et très vite trouve comme un bout de ficelle, qu´il tire pour aller plus loin. A ce jeu là, on se laisse prendre à l´humour « sérieux » de l´auteur, qui ne relève pas du comique de situation, mais de la connaissance profonde de l´absurdité humaine, qui tâtonne dans la complexité et qui n´est rien d´autre, qu´un monde grotesque.

empty