À propos

La domination d'un Occident raciste, à l'intérieur de ses frontières et au-delà, n'a pu que renforcer les préjugés à l'encontre des personnes définies comme Noires. Parce qu'il en est ainsi, il est illusoire de se dire Blanc par simple convention, sans le moindre rapport avec l'histoire qui créa cette caté­gorie. La blanchité s'est élaborée dans le cadre de la plantation pour sévir ensuite dans l'espace colonial sur tous les continents et se consolider au sein des sociétés multiethniques de l'Euramérique contemporaine. Elle est une manière d'approcher l'autre qui se caractérise par le crime.

Léonora Miano se livre à une analyse aussi fine qu'implacable de ce « problème blanc », depuis les traites négrières et la colonisation jusqu'au présent. Car, sans prise de conscience de ce qu'est la blanchité, il est impossible de trans­former ce qui s'est transmis de génération en génération, à la fois comme un patrimoine et un secret de famille, certes gênants mais qu'il nous faut regarder en face. Il se passera du temps pour vider la race de toute signi­fication et guérir le monde. Cela ne signifie pas qu'il faille baisser les bras. C'est en ayant conscience de l'ampleur de la tâche que l'on pourra s'y atteler.


Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences sociales / Société > Thèmes et questions de société > Diversités / Discriminations


  • Auteur(s)

    Léonora Miano

  • Éditeur

    Seuil

  • Distributeur

    Mds

  • Date de parution

    06/10/2023

  • EAN

    9782021540710

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    176 Pages

  • Longueur

    20.5 cm

  • Largeur

    14.1 cm

  • Épaisseur

    2 cm

  • Poids

    218 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Léonora Miano

  • Naissance : 1-1-1973
  • Age : 51 ans
  • Langue : Francais

Romancière, dramaturge et essayiste, Léonora Miano est l'autrice d'une ving­taine d'ouvrages. Elle a reçu le prix Goncourt des lycéens en 2006 pour Contours du jour qui vient (Plon), le prix Seligmann contre le racisme en 2012 pour Écrits pour la parole (L'Arche), le prix Femina et le Grand prix du roman métis en 2013 pour La Saison de l'ombre (Grasset).

empty