pourquoi sommes-nous anarchistes ?

pourquoi sommes-nous anarchistes ?

À propos

Élisée Reclus fut d'abord un grand géographe, l'un des plus éminents de son temps. On lui doit une « Une nouvelle géographie universelle », en 19 volumes, qui fit longtemps autorité et qui lui valut, à l'instar de Pasteur, une gloire universelle. Il fut également anarchiste. Il le proclama urbi et urbi. Ce qui lui valut divers inconvénients, dont la prison et le bannissement (il mourra à Bruxelles). Après la proclamation de la Commune, le 18 mars 1871, il s'engagera comme volontaire dans la Garde Nationale et sera fait prisonnier, le fusil à la main, par les Versaillais. Il était géographe et anarchiste, pour les mêmes raisons. Ce qui peut paraître paradoxal. Comme Pierre Kropotkine, qu'il préfaça, son communisme libertaire se nourrit de la science. C'est l'étude rationnelle des sociétés humaines, de l'aménagement de l'espace, de la production et de la distribution des ressources qui justifie son adhésion aux idéaux anarchistes. Il est anarchiste par réalisme. Il y voit, à la fois, la conséquence nécessaire et inévitable de la révolution sociale et l'aboutissement de ses recherches sur la vie effective des hommes à la surface d'une planète qu'il parcourra inlassablement.

Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences politiques & Politique > Doctrines et formes de gouvernement > Anarchisme

  • EAN

    9782851978288

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    96 Pages

  • Longueur

    16.5 cm

  • Largeur

    11.1 cm

  • Épaisseur

    0.8 cm

  • Poids

    98 g

  • Distributeur

    Union Distribution

  • Support principal

    Grand format

Elisée Reclus

Elisée Reclus, né à Sainte-Foy-la-Grande (Gironde) en 1830, fils
de pasteur protestant, vécut une partie de sa jeunesse à Orthez en
Béarn. Il reste l'auteur internationalement reconnu de la monumentale
Nouvelle Géographie Universelle (1894-1895) mais son engagement politique (républicain sous le Second Empire, communard en 1871, anarchiste), l'amène à des exils répétés en Suisse et en Belgique où il meurt en 1905.

empty