Le goût de la joie ; réjouissances monarchiques et joie publique à Paris au XVIIIe siècle

À propos

Au XVIIIème siècle, Paris célébrait chaque événement heureux pour la Couronne. La Maison du Roi, le Bureau de la Ville et le Châtelet de Paris organisaient les réjouissances. Les manifestations de joie étaient donc contrôlées par les autorités qui y voyaient les signes tangibles d'une communion avec les sentiments du souverain. Pour autant, l'expérience de la joie publique n'était pas celle d'une obéissance passive. Les Parisiens s'appropriaient les réjouissances aussi bien en participant qu'en détournant certaines normes de réjouissances. Ils fabriquaient leur propre culture de l'approbation, empreinte d'une critique à peine voilée.
Dès 1770, les gestes traditionnels des réjouissances furent progressivement détournés pour faire valoir un droit de se réjouir indépendamment de la Couronne.



Rayons : Sciences humaines & sociales > Histoire > Temps modernes (de 1492 à 1799)

  • EAN

    9791026709787

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    425 Pages

  • Longueur

    24 cm

  • Largeur

    15.5 cm

  • Épaisseur

    3.1 cm

  • Poids

    682 g

  • Distributeur

    Harmonia Mundi

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Pauline Valade

Pauline Valade est agrégée et docteure en
Histoire moderne.

empty