épouses de ministres : une histoire sociale du pouvoir féminin au temps de Louis XIV

À propos

Colbert, Louvois ou Pontchartrain : les noms des proches conseillers de Louis XIV sont bien connus, autant que leurs personnalités et leurs oeuvres politiques. Leur histoire conjugale et familiale, elle, comporte de larges parts d'ombre, pour les historiens comme pour le grand public. Cet ouvrage propose un portrait dynamique des femmes qui ont épousé un ministre sous le règne personnel de Louis XIV, en envisageant leur place dans leur couple, dans leur famille, dans l'entourage du roi et dans la société française du XVIIe siècle. Capacité d'action, concertation conjugale et stratégies lignagères se trouvent au coeur des réflexions dans une perspective genrée, afin de dessiner à la fois une histoire des femmes, du couple et de la noblesse dans la France moderne.



Sommaire

Introduction.
Prologue.
Inscription sociale des épouses : origines et nuptialité.
Chapitre 1 Compagnes.
L'impérative vie conjugale ? Présence et soutien des épouses.
La paradoxale solitude des épouses de serviteurs du roi.
Tromper l'absence : les enjeux de la correspondance conjugale.
Stratégies discursives et épistolaires : le soutien par la parole.
Entretenir les réseaux familiaux.
L'épouse avocate.
Rechercher la faveur : l'établissement de l'époux et du couple.
Réception et sociabilité : une responsabilité féminine ?
Affirmer son identité nobiliaire.
Chapitre 2 Gestionnaires.
La gestion des biens, une affaire d'hommes ? Incapacité juridique féminine.
Et accompagnement masculin.
L'époux, premier gestionnaire des biens.
L'épouse représentée, encadrée, épaulée : procureurs et intendants.
Au service de la gestion des biens.
L'épouse autorisée : entre domination masculine et collaboration conjugale.
L'épouse procuratrice : un agent de gestion pour le couple.
L'acte de procuration, genèse de l'autorité juridique et familiale.
De l'épouse gestionnaire.
Prêter, emprunter, dépenser : l'épouse procuratrice.
Et la gestion comptable.
Acheter, vendre, louer : l'épouse procuratrice et les biens immobiliers.
Absence de l'époux et responsabilités économiques et lignagères féminines.
Préserver et rebâtir la fortune familiale : les tentatives désespérées de Marie-Madeleine de Castille.
La veuve à la tête de la fortune familiale.
Les veuves de ministres et leur personnel de confiance : un soutien pour la gestion des biens.
Chapitre 3 Mères.
Devenir mère : un impérieux devoir.
Le souci lignager à l'épreuve de la fausse couche.
Enfanter au péril de sa vie.
Se saisir de l'autorité maternelle : les tutelles féminines.
La mère tutrice : une régente particulière ?
La grand-mère tutrice : un choix naturel ?
Être mère : enjeux individuels, logiques nobiliaires.
Être mère de ministre : faire fructifier les atouts familiaux.
Défendre l'enfant et l'honneur familial.
Chapitre 4 Femmes de cour.
Vivre à la cour : réalités et opportunités.
Obtenir un logement à Versailles : honneur et performativité royale.
Topographie des appartements ministériels : une division sexuée de l'espace.
Un vecteur féminin d'intégration curiale.
Recevoir des honneurs et distinctions : la formation d'une élite nouvelle ?
Un système codifié.
Tabourets et carrosses : distinguer les couples ministériels.
Les épouses des ministres et la duchesse de Bourgogne : une intégration curiale réalisée ?
Nouer des amitiés : les femmes des ministres dans l'entourage des femmes du roi.
Faire société et intégrer la cour par le jeu.
Fréquentation et sociabilité.
Concurrences curiales et disgrâce : la précaire position.
Des épouses des ministres à la cour.
Chapitre 5 Femmes au service de la cour.
Entretenir la vie de cour : une participation active au quotidien curial.
Organiser des festivités : un investissement social et curial.
Assurer la pérennité des activités curiales : l'honneur de Marly.
Assumer des responsabilités auprès des enfants royaux.
Faire la layette des Enfants de France : un honneur.
D'un genre nouveau.
Sous le sceau du secret ? Veiller sur les enfants illégitimes du roi.
Les bornes de la faveur royale : une non-transgression de l'étiquette.
Accéder aux Maisons royales : un rare privilège.
Le discours de l'exception.
Chapitre 6 Pieuses et charitables.
Agir de son vivant pour préparer la mort.
Un quotidien baigné de religiosité.
Fondations et pratiques testamentaires.
Être guidée pour agir en bonne chrétienne.
« Les charités du château » : les épouses des ministres et le devoir seigneurial Une « machine de charité » à l'échelle d'un comté : les dons et distributions de Marie de Maupeou.
Pourvoir aux besoins de sa paroisse : Michel Le Tellier et Élisabeth Turpin seigneurs de Chaville.
Pauvres malades, Enfants-Trouvés et religieux : une prise en charge complète de la pauvreté.
Veiller sur les pauvres malades.
Veiller sur les Enfants-Trouvés.
Veiller sur le dynamisme religieux : compenser une pauvreté volontaire.
Un moyen d'expression dans la sphère publique : une visibilité matérielle et topographique.
Marquer l'espace de la seigneurie : l'hôtel-dieu de Pontchartrain et son impact topographique.
Quand la charité structure l'espace urbain.
Conclusion.
Dictionnaire biographique.
Sources et bibliographie.
Remerciements.

Rayons : Sciences humaines & sociales > Histoire > Temps modernes (de 1492 à 1799)

  • EAN

    9791026710356

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    336 Pages

  • Longueur

    24 cm

  • Largeur

    15.5 cm

Infos supplémentaires : Broché  

Pauline Ferrier-Viaud

Docteure en histoire de Sorbonne
Université, Pauline Ferrier-Viaud est aujourd'hui
maîtresse de conférences à l'Université d'Artois. Autrice
d'une thèse soutenue en 2017 sous la direction de M. le
Professeur Lucien Bély, elle a très tôt engagé des
recherches en histoire des femmes et du genre à
l'époque moderne.

empty